dimanche 8 juillet 2007

PROPHETIE EGYPTIENNE

Prophétie Egyptienne Je suis le vieil Atoum, serpent d'éternité.Ma lumière a craché ces étoiles sans nombre,Puis les dieux ont jailli de la profondeur sombre,Plus nombreux que la mouche au soleil de l'été.Ils jettent en clameurs leur importunité, Ils m'ennuient ! La colère aux yeux de sang m'adombre, Je changerai leurs tours en fulgurants décombres : Ils seront comme s'ils n'avaient jamais été. Quant à moi, renaissant dans ma forme nouvelle, Cette merveille d'or où l'azur se révèle, Je ressusciterai comme l'oiseau Benou ! Sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 8 juillet 2007

L'AMOUR MAGIQUE

L'Amour Magique De nos bouches en feu s'envolent les baisers,Oiseaux voluptueux, vers un azur sauvage...Par l'entrelacement de nos membres brisés, Nos coeurs sautent, comme les flots sur le rivage. Et, dépassant d'un bond les nuits qu'un vent ravage, S' unissent nos désirs dans les cieux embrasés, Se fondent nos esprits dans le soleil des Mages... Tombez de Dieu, tombez, éternelles rosées !                          FRANCOIS BROUSSE
Posté par emmila à 02:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 7 juillet 2007

DECLARATION DES DROITS DE L'ANIMAL...

Déclaration universelle des droits de l'animal PRÉAMBULE: Considérant que la Vie est une, tous les êtres vivants ayant une origine commune et s'étant différenciés au cours de l'évolution des espèces, Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d'un système nerveux possède des droits particuliers, Considérant que le mépris, voire la simple méconnaissance de ces droits naturels provoquent de graves atteintes à la Nature et conduisent l'homme à commettre des crimes envers les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 7 juillet 2007

L'HYDRE FUMEE.....extraits

Orient de feuBraises incandescentes des montagnes noiresVent, sable et eauLa peinture de la vie affichée au soleilVie insolente nourrit des larmes d'AllahSe fige, se désoleVent d'espoir ensablé sous les bombesNoyé sous les motsOrient du feu salvateurRenaîtras-tu des cités oubliéesDans l'enfer des querellesAcier planté dans tes chairs ?Orient d'amourFureurs trépidantes de la Mer MorteSel et touffeur ne se marièrent-ils pasSous les hourra de ton peuple ?Hommes et femmesFiers, travailleurs, ombrageux et capricieuxCe mélange au fumet... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 7 juillet 2007

DE L'ORIENT A L'AMOUR

De la terre d'Orient, majestueuse beauté, du sable éternelest née la femme que j'aime et qui m'aime.De cette terre des contrastes issue de la nuit du destin,une âme nouvelle, et pure, et belle, est descendue du cielpour réconcilier tous les hommes dans le respect de la tradition :en une seule fois jusqu'au ciel le plus proche. Ainsi sont transmisle savoir des anciens, l'attente des enfants que les anges accordentaux braves qui ont gagné leur rédemption sur le champ de bataille.Le serviteur du Très Haut nous a inspiré sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 7 juillet 2007

LES TRAVAUX DU VENT....extraits

J'ai écrit mon identitéA la face du ventEt j'ai oublié d'écrire mon nom.Le temps ne s'arrête pas sur l'écritureMais il signe avec les doigts de l'eauDes voixFenêtres sur les murs des mots.Dans mon enfanceLes mots échappaient à mes lèvres entrouvertesComme une femme enceinte.Les arbres de mon village sont poètesIls trempent leur piedDans les encriers du ciel.Se fatigue le ventEt le ciel déroule une natte pour s'y étendre.Comment expliquer à l'arbre le goût de ses fruits ?Comment expliquer aux cordes le travail de l'arc ?La mémoire est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 7 juillet 2007

VERS UN SENS A VENIR.....ADONIS

       Nous savons tous que, parmi les caractéristiques premières de cette fin de siècle, le phénomène de l'isolement des pays et des peuples est périmé. Le monde se transforme en archipel où tous les peuples se rencontrent et se mélangent. Il se produit alors quelque chose que personne n'avait prévu : le métissage qui est en train de devenir le premier signe déterminant du monde à venir. Ce métissage ouvre un horizon à l'émergence d'une culture composite qui pourrait aboutir à une nouvelle identité, composite... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 3 juillet 2007

ALBERT SCHWEITZER....

      Deux expériences projettent leur ombre sur mon existence : la première est la constatation que le monde est inexplicablement mystérieux et plein de souffrance; la seconde, le fait que je suis né à une époque de déclin spirituel de l'humanité. Mon existence a trouvé sa base et son orientation à partir du moment où j'ai reconnu le principe du respect de la vie, qui implique l'affirmation éthique du monde. C'est ainsi que j'ai pris position et que je voudrais travailler à rendre les hommes plus profonds et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 1 juillet 2007

NEW-YORK

A Fernando Vela Debajo de las multiplicaciones hay una gota de sangre de pato. Debajo de las divisiones hay una gota de sangre de marinero. Debajo de las sumas, un río de sangre tierna; un río que viene cantando por los dormitorios de los arrabales, y es plata, cemento o brisa en el alba mentida de New York. Existen las montañas, lo sé. Y los anteojos para la sabiduría, lo sé. Pero yo no he venido a ver el cielo. He venido para ver la turbia sangre, la sangre que lleva las máquinas a las cataratas y el espíritu a la lengua de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 1 juillet 2007

NEW-YORK

NEW-YORK ( Officine et Dénonciation ) Sous les multiplications il y a une goutte de sang de canard. Sous les divisions Il y a une goutte de sang de marin. Sous les additions, un fleuve de sang tendre; un fleuve qui avance en chantant par les chambres des faubourgs, qui est argent, ciment ou brise dans l'aube menteuse de New York. Les montagnes existent, je le sais. Et les lunettes pour la science, je le sais. Mais je ne suis pas venu voir le ciel. Je suis venu voir le sang trouble, Le sang qui porte les machines aux cataractes et... [Lire la suite]