jeudi 26 mai 2016

LES AUTOMATES DU SILENCE

  Ils sont les automates de la cause facile. Ils défendent ce qu'il est de bon ton de défendre. Il y a des causes qui sont médiatiques et d'autres qui ne le sont pas. En ce qui concerne le plus important, quand le choix de la parole a un prix, ils se taisent ou ils sont les fervents de la neutralité, de la pseudo-objectivité. Ils ont recours au contexte, a l'histoire, à un langage boursouflé et maladif, à des interprétations compliquées et contradictoires, ils ont recours à tout sauf à l'essentiel. Il ne faut surtout... [Lire la suite]

jeudi 26 mai 2016

L'HIRONDELLE - Un extrait de ton chant, sommairement traduit...

Survoler les pays pour effacer les guerres,partir, non juste vers la paix, mais vers la vie,être partout sœur absolue de la colombe,jamais un épervier pour les autres oiseaux.Humains qui me lorgnez avec cette constanceà ceux que l’on respecte et aime réservée,je suis perplexe en observant votre mélangede goût du vivant et de plaisir à tuer.Je tournoie sur vos fronts à quelques hauteurs d’homme,partout je me rapproche de vous et vous crains,goûte la belle part de vous que j’affectionnemais évite de m’abîmer dans vos brisants.Je niche... [Lire la suite]
jeudi 26 mai 2016

LESBOS

Trop assoiffée ce matin la terre s’offre aux caressesde cette pluie qui la fouille dans ses moindres recoinsparmi les arcanes de géographie intérieureoù les sentiments hauts savent parfois nous transporter.Elle est nous, dans le secret abandon à être prisesans violence, ni fioriture de mauvais aloi,avec toute l’obstination de la chair désirante,l’économie du vrai, qui se doit d’aller jusqu’au bout.L’endiablement de son plaisir quand la pluie se fait lourde,à telle hauteur de rage si longtemps contenue,exhale l’exotique fragrance de... [Lire la suite]
mercredi 25 mai 2016

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

Cris inaudibles de millions d'insectesà chaque instant sans faille dévoréset ceux bouleversants de la douleurd'une âme écrasée sans voixtant de vies sans cesse déchiréestandis que nous mettons tant de ferveurà recoudre ce qui se déchireUn poème déchiré et refait   . LORAND GASPAR .   Oeuvre Cristina Torres
Posté par emmila à 17:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 25 mai 2016

DEMEURE LE SECRET...Extrait

A la pointe des feuillesL'eau de l'ondée songeAux vastes eaux certainesQui la viennent emporterAcquise au moindre ventAu frai de l'orage vouéeLa rêveuse du proche hymenDes pluies et des grainesLe plus aigu des lobesTroue le voile des lichensDécouvre la pluie hautaineLes mensonges de l'écorcePour laine les seuls osLe calcaire soit notre litUn grand bruit de gravierCe sont les premiers pasCe qui élève te menaceMais abandonne les craintesCesse la menace avec la peurD'un sourire acquiesce A l'exigence   . MAX POL FOUCHET . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 25 mai 2016

CE N'EST QUE VIVRE...Extrait

Une fenêtre blancheouvre à la joie des fleursau sortilège des étangsLa nuit s'échappe de chaque planteSans l'eau des songes, que la vie serait longue ! .   COLETTE GIBELIN   .   Oeuvre Pierre Bonnard
Posté par emmila à 16:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 25 mai 2016

FLAQUES DE VERRE...Extrait

Merci Adélita mia   Dans l’abîme doré, rouge, glacé, doré, l’abîme où gîte la douleur, les tourbillons roulants entraînent les bouillons de mon sang dans les vases, dans les retours de flammes de mon tronc. La tristesse moirée s’engloutit dans les crevasses tendres du cœur. Il y a des accidents obscurs et compliqués, impossibles à dire. Et il y a pourtant l’esprit de l’ordre, l’esprit régulier, l’esprit commun à tous les désespoirs qui interroge. Ô toi qui traînes sur la vie, entre les buissons fleuris et pleins d’épines de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 24 mai 2016

L'ARIDE DES JOURS...Extrait

Midi, enfin.Un poing s'élève.Tous les feux du soleil se rassemblent en lui.Brutal instant qui déchire les ronces.Geste qui retrouve la mémoire.Le soleil blanchit aux confins du regard. Dressé au dessus des oliviers, il absorbe le ciel. L'olivier retient son délire. Le ciel n'ose plus frémir.Le pin éclate de sève, et au risque de périr, enlace l'heure. L'air alors devient plus lourd que le mystère. La poussière vaincue retombe sur le sol qui la fait naître...Là.Fixement, je parcours le paysage au plein de son jour.Des relents de... [Lire la suite]
mardi 24 mai 2016

AMINA SAÏD...Extrait

Ils ont tant marché hommes femmes enfants à l'étroit dans le temps   personne ne peut dire quelle route s'ouvre   infinie aux voyageurs ... voyageurs sans retour  il nous faut une trêve   (dans le doute  la vérité se fait jour)   voyageurs sans retour  sur les routes profondes  de la parole   il nous suffit d'une seconde d'inattention  pour les funambules que nous sommes   nos ailes disent l'élan  l'envol est une espérance de... [Lire la suite]
mardi 24 mai 2016

AMINA SAÏD...Extrait

Tous les présages sont faux ni les traces des oiseaux ni la direction de leur vol ne traduiront jamais la pensée des dieux et sur l'autel de leur propre démesure de longs couteaux de silence sacrifient nos passions croyant partager le pain du monde c'est ton corps que tu rompais il s'en écoulait un peu de cendre dont jalonner les sentiers orphelins  la vie est un voyage avec une mort à chaque escale .   AMINA SAÏD   .   Photographie Phil Mc Kay