jeudi 24 novembre 2016

GERARD CLERY...Extrait

... je rêve les rives enflamméesles pétales étonnéspar le saccage doux qui les tourmenteje rêve la rivière qui sanglotetes parfums qui musiquent la pluie qui suppliele coeur quand il déploieses ailes dans ton ventreje rêve la vagueaux odeurs fémininesà la rosée d'étoilesau goût de selqui asperge mes dentsje rêve aux fleurs roussesà la barque de nacrequi recueille le cielà ta gueule de loupà ta fenêtre ouverteau dessus de ton îledeux oiseaux qui frémissentils sont mon ordalieet je rêve aux confins de ton îleà ta peau lenteà ton... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 24 novembre 2016

NE PAS TE NOMMER

Ne pas te nommerToi qui esDe toute arithmétiqueL’unique dissidence Tu dansesDans l’enfilade bleueDe ma mémoireÉmargeant de tes voeuxL’échelle de la joie À la fenêtre offerteLa digue se balanceEt le môle en riantÉperonne la mer Vois comme tout s'achemineAu large de l’hiverSous l’archet sémillantDe la prime espérance L’amour est insensé ONe pas te nommerToi qui esDe toute certitudeL’unique arborescenceL’infini retrouvéLe verbeLa fragranceL’embrasement secretDes lignes méridiennes ONe pas te nommerIl suffit... [Lire la suite]
jeudi 24 novembre 2016

DAVID GARRETT - AIR ( JOHANN SEBASTIAN BACH )

Posté par emmila à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 23 novembre 2016

BERNARD PERROY ... Extrait

Petite brassée d'automne avant que tout ne ploie sous l'avalanche des tons de gris froids et de terre mouillée… Les mots s'enchantent et se gavent de lumière, se prennent à rêver à trois fois rien niché dans un silence d'or… Ouvrir la porte, ouvrir la bouche et le coeur aux mouvements qui montent de l'intérieur de soi, douceurs ou blessures à longueur de mourir et de vivre à nouveau, mouvements de l'un vers l'autre que l'on apprend sans cesse entre les lignes à décrypter, à recevoir et à donner…   .   BERNARD... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 23 novembre 2016

PENSEE POUR VINCENT- PARIS ETE 1887

La nature remue du négatif au positif, puisque ce qu’en propose d’observer le pinceau libre n’est que trace figée d’un cheminement à deux sens que les tornades de l’intérieur agitent encore. Dans le cadre, qui s’en trouve pour l’œil presque vrillé, voire disparu, oublié dans l’attention extrême, opère de façon sensible, invisiblement, une tension si lourde entre les couleurs et les formes. Comment sa chaise fiévreuse, avec pipe et tabac, ses cyprès affolés, ses oliviers, ses fleurs altières rendent-ils le mal-être face au... [Lire la suite]
mercredi 23 novembre 2016

DEDIE A LEONARD COHEN

On a des frères, on a des sœurs, et des amis que l'on croit éternelsOn a des chansons, des bruits, des rires de cours d’écoleDes odeurs de quatre heures au chocolatL'émerveillement d'un premier NoëlDes goûts de fêteEt des années mêlées à nos années On a ces peurs au ventre des jours d’examenTous ces vieux rhumes et ces matins chagrins où l'on appelait mamanCe vieux grand-père qui ronronnait dans son fauteuilUn journal sur ses genoux mais les yeux fixés sur sa grande guerreOn a leurs voix et leurs rengaines, les ritournelles d'un... [Lire la suite]

mercredi 23 novembre 2016

UN TEMPS DE RIEN

... [Lire la suite]
mardi 22 novembre 2016

LE JOUR VIENDRA, LA NUIT AUSSI...Extraits

 Le temps est dur comme un bourgeon. Il chemine sous la peau, cherche son tracé vers le ciel. Le temps est nuage qui glisse,  pluie qui déchaîne et qui burine. Le temps nous enchaîne de ses mille fils d’Ariane.  J’éclaterai le temps. Je veux exploser et brûler. J’irai jusqu’au centre du soleil et je le projetterai en étincelles sur le monde. .... J’ai peur, tout à coup, de ce qui gronde en moi comme un chacal en proie au mal de faim. J’ai peur de toutes mes faims de vivre, inassouvies et prêtes à me... [Lire la suite]
lundi 21 novembre 2016

LA PIROGUE ET LA PETITE AMULETTE

L'amulette aura été fabriquée alors que nous parcourions, l'Ami et moi,les pistes et les rivages somptueux du Gabon, il y a si peu de temps, quelques quarante cinq années !...Signes d'un poisson qui se retrouve enfin,  après tant de cauchemars, de péripéties, d'écueils, avec lui-même  ? Je vous réponds donc depuis ma deuxième naissance, très africaine ; la toute première fut marocaine.Là-bas, vers l'Equateur géographique, le Gabon !Qui l'eût un jour imaginé, entrevu ? Hasard ou nécessité ? Une pièce rare de l'immense puzzle... [Lire la suite]
lundi 21 novembre 2016

ANNICK DE SOUZENELLE

Merci ma Nedjma   " Pénétrer la pulpe, au-delà de la coque, atteindre au cœur des choses, en ouvrir le noyau pour en libérer l'énergie, cela ne peut se faire par seule voie extérieure si ce n'est en reconduisant le geste dont fait part le mythe de l'exil (appelé “chute” dans le langage religieux), alors que la voie intérieure dont seul dans la création l'Homme est capable, le conduit au cœur de lui-même et le fait alors entrer en résonance avec le cœur de l'univers. C'est ce chemin-là que nous avons perdu."     ... [Lire la suite]