vendredi 6 décembre 2019

KAMEL YAHIAOUI...Extrait

L'art est notre arméenos œuvres sont des grenadesnos chansons des kalachnikovsrangez votre artillerie meurtrièrenous avons besoin de place pour danserfêter la fin de vos crimes et régimesrangez vos urnes sorcièresnous voterons sans vous en 2020au printemps des bourgeons libérésles youyous des roses sonnerontjusqu'à l'extinction du dernier sanglot     .     KAMEL YAHIAOUI     .   Oeuvre ?
Posté par emmila à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 6 décembre 2019

PARIS, DE MA FENÊTRE...Extrait

"On me remontrera que les jeunes gens des deux sexes sont en train de lire "n'importe quoi" ? Qu'ils lisent donc n'importe quoi. Ainsi fis-je dans mon jeune âge, à travers une bibliothèque où tout se fit pâture, et où l'on aurait rien trouvé qui convint à mes six ans, à mes dix ans, à mes quatorze ans... Livres défendus, livres trop graves, livres trop légers aussi, livres assez ennuyeux, livres éblouissants, qui au hasard s'illuminent, et referment sur l'enfant enchanté leurs portes de temple... Le désordre de la lecture lui-même est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 2 décembre 2019

DJAFFAR BENMESBAH...Extrait

Comme un vieux navire au mouillage, hésitant à lever l’ancre pendant que ses lumières vibrent sous les eaux, mes pensées prennent le large pour accoster sur mon étoile avec l’exigence qu’elle se nomme de mes éclats antérieurs à mon départ d’Alger. Seule Alger, l’amante, la muse, connaît mes aversions et mes penchants. J’avais pris contrat, la nuit, avec ses puits de silences et avais fait de son jasmin ma clause intime. Ainsi, je combinais ma vie à des surprises délicates qui m’enjolivaient continûment d’éclats immenses et... [Lire la suite]
dimanche 1 décembre 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Petite fleur de la neige,tache pourpre ourlée d'or sous un soleilbleu,Petite fleur des mots murmurés,du songe,du son vibrant,du chant d'oiseau... Sur la portée du vent les feuilles virevoltenten clef de sol,et la rivière --frissonne,bourdonne,chantonne,et le soleil --sonnedans la cascadevertedes saules.     .     ANNE MARGUERITE MILLELIRI  (2016 -modif.2019)     .    
dimanche 1 décembre 2019

PRISONS ET PARADIS...Extrait

"Dans ce temps lointain où j'apprenais à respecter la cendre, couvrir le feu pour la nuit, réveiller le lendemain matin son ardeur capitonnée de cendres, j'apprenais aussi que la cendre de bois cuit, savoureusement, ce qu'on lui confie. La pomme, la poire, logées dans un nid de cendre chaude, en sortent ridées, boucanées, mais molles sous leur peau comme un ventre de taupe, et si "bonne femme" que se fasse la pomme sur le fourneau de cuisine, elle reste loin de cette confiture enfermée sous sa robe originelle, congestionnée de saveur,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 1 décembre 2019

JOËL GRENIER...Extrait

Elles ont la couleur des nuits trop longues, les ombres blanches.Elles collent le soleil au mur et le fusillent de mépris. Trois fleurs en rang d'oignons, au garde-à-vous et recueillies, attendent sur une planche le chant du coq, celui du cygne.Elles mettent les rêves en cage , les ombres blanches. Comme les yeux, ils sont cernés. Une araignée sur le plafond creuse un trou noir dans le vide.Ça sent l'hospice et le formol est leur parfum d 'éternité, aux ombres blanches.Elles ont les mots du silence et le discours de l'ennui. Sur une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 1 décembre 2019

IN PRAESENTIA IN ABSENTIA

  Ceux qui savent pleurer ne seront plus comme tant d’autres :ménageant à grand peine leur vulnérabilitéaux mots prononcés, ou par l’écriture qu’on déroule,ils laissent opérer toute la résonance en eux. Sans le moindre barrage (protège ou doubles-fenêtres)l’Ailleurs les pénètre et garde possession de leur for,des scrupules les inhibent tant qu’ils ne voient plus outre,paysage intégrant leur native déréliction. Défait sous son blindage de papier à brioche.plus rien de positif ne leur est venu du soleilqui sitôt réapparu s’est... [Lire la suite]
jeudi 21 novembre 2019

EXISTIAN TUS MANOS/IL EXISTAIT TES MAINS

  Un día el mundo se quedó en silencio.Los árboles, arriba, eran hondos y majestuososy nosotros sentíamos bajo nuestra pielel movimiento de la tierra. Tus manos fueron suaves en las míasy sentí al tiempo la gravedad y la luzy que vivías en mi corazón. Todo era verdad bajo los árboles,todo era verdad. Yo comprendíatodas las cosas como se comprendeun fruto con la boca, una luz con los ojos.     .     Un jour le monde devint silencieux ;les arbres, là-haut, étaient profonds et majestueux,et nous sentions... [Lire la suite]
mardi 19 novembre 2019

UNE TRES LEGERE OSCILLATION, JOURNAL 2014-2017...Extrait

"Les arbres nous enseignent une forme de pudeur et de savoir-vivre. Ils poussent vers la lumière en prenant soin de s'éviter, de ne pas se toucher, et leurs frondaisons se découpent dans le ciel sans jamais pénétrer dans la frondaison voisine. Les arbres, en somme, sont très bien élevés, ils tiennent leurs distances. Ils sont généreux aussi. La forêt est un organisme total, composé de milliers d'individus. Chacun est appelé à naître, à vivre, à mourir, à se décomposer - à assurer aux générations suivantes un terreau de croissance... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 18 novembre 2019

UN GOÛT DE FRUIT MÛR...Extrait

Enfance mille-feuillesaux pollens dorésaux rêves extrêmes.On suivait du doigtnos sauvagerieson labourait l'air et l'eauon semait l'infini...Nos chants rythmaientau fond de nos gorgesun tourbillon de guêpes vibrantes. ...   .     AGNES SCHNELL     . Oeuvre Gustave Caillebotte
Posté par emmila à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,