mercredi 2 janvier 2008

MAR POR LA TARDE

Altos muros del agua, torres altas,aguas de pronto negras contra nada,impenetrables, verdes, grises aguas,aguas de pronto blancas, deslumbradas. Aguas como el principio de las aguas,como el principio mismo antes del agua, las aguas inundadas por el agua, aniquilando lo que finge el agua. El resonante tigre de las aguas, las uñas resonantes de cien tigres, las cien manos del agua, los cien tigrescon una sola mano contra nada. Desnudo mar, sediento mar de mares, hondo de estrellas si de espumas alto, prófugo blanco de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 1 janvier 2008

ANGUSTIA CUARTA

FedericoToco a la puerta de un romance.-¿No anda por aquí Federico?Un papagayo me contesta:-Ha salido.Toco a una puerta de cristal.-¿No anda por aquí Federico?Viene una mano y me señala:-Está en el río.Toco a la puerta de un gitano.-¿No anda por aquí Federico?Nadie responde, no habla nadie...-¡Federico! ¡Federico!La casa oscura, vacía;negro musgo en las paredes;brocal de pozo sin cubo,jardín de lagartos verdes.Sobre la tierra mullidacaracoles que se mueven,y el rojo viento de julioentre las ruinas, meciéndose.¡Federico!¿Dónde el... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 31 décembre 2007

JACQUES SALOME...

Rainer Maria Rilke dit, dans les "lettres à un jeune poète" :« l’amour est difficile…l’amour d’un être humain pour un autre, c’est peut-être l’épreuve la plus difficile pour chacun de nous… »Ce n’est pas l’amour qui est difficile ou douloureux, c’est la relation. Il appartient à chacun d’avoir l’honnêteté de s’interroger sur la relation qu’il propose, celle qu’il accepte ou subit… venant de l’autre. L’épreuve la plus terrible est de découvrir notre incapacité à nous aimer.Quand l’amour de soi est absent, nous n’avons... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 30 décembre 2007

VOIR UN AMI PLEURER...

. . Bien sûr il y a les guerres d'IrlandeEt les peuplades sans musiqueBien sûr tout ce manque de tendresIl n'y a plus d'AmériqueBien sûr l'argent n'a pas d'odeurMais pas d'odeur me monte au nezBien sûr on marche sur les fleursMais voir un ami pleurer !Bien sûr il y a nos défaitesEt puis la mort qui est tout au boutNos corps inclinent déjà la têteÉtonnés d'être encore deboutBien sûr les femmes infidèlesEt les oiseaux assassinésBien sûr nos cœurs perdent leurs ailesMais voir un ami pleurer !Bien sûr ces villes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 30 décembre 2007

AMOUREUX ET SAVANTS

Amoureux et savants qui avez le génie,la patience et le goût d'approfondir la vie,tout ce que nous pouvons et tout ce que nous sommes.Amoureux et savants dites qu'est-ce que l'homme ?Ce corps fait pour la faim et la soif et l'effort,et le vieillissement, les frissons et la mort,ou bien cet univers cette harmonie parfaitedès que l'esprit l'éclaire et que l'âme s'y reflète.Amoureux et savants dites qu'est-ce que l'homme ?Nos pieds baignent dans l'eau mais la source est cachée,il faut la chercher seul très haut sur les montagnescomme... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 30 décembre 2007

DITES SI C'ETAIT VRAI

Dites, dites, si c'était vrai s'il était né vraiment à Bethléem, dans une établedites, si c'était vraisi les rois Mages étaient vraiment venus de loin, de fort loinpour lui porter l'or, la myrrhe, l'encensdites, si c'était vraisi c'était vrai tout ce qu'ils ont écrit Luc, Matthieuet les deux autres,dites, si c'était vraisi c'était vrai le coup des Noces de Canaet le coup de Lazaredites, si c'était vraisi c'était vrai ce qu'ils racontent les petits enfantsle soir avant d'aller dormirvous savez bien, quand ils disent Notre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 30 décembre 2007

ENTRE L'AMOUR ET L'AMITIE

Entre l'amour et l'amitiéIl n'y a qu'un lit de différence,Un simple "pageot", un "pucier"Où deux animaux se dépensent,Et quand s'installe la tendresseEntre nos corps qui s'apprivoisent,Que platoniquement je caresseDe mes yeux ta bouche framboise,Alors l'amour et l'amitiéN'est-ce pas la même romance ?Entre l'amour et l'amitiéDites-moi donc la différence...Je t'aime, mon amour, mon petit,Je t'aime, mon amour, mon amie...Entre l'amour et l'amitié ils ont barbelé des frontières,Nos sentiments étiquetés,Et si on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 30 décembre 2007

SANS L'OUBLIER

Sans l'oublier, on peut fuir ce qu'on aime.On peut bannir son nom de ses discours,et, de l'absence implorant le secours,se dérober à ce maître suprême,sans l'oublier !Sans l'oublier, j'ai vu l'eau, dans sa course,porter au loin la vie à d'autres fleurs ;fuyant alors le gazon sans couleurs,j'imitais l'eau fuyant loin de la source,sans l'oublier !Sans oublier une voix triste et tendre,oh ! que de jours j'ai vus naître et finir !Je la redoute encore dans l'avenir :C'est une voix que l'on cesse d'entendre,sans l'oublier ! Marceline... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 28 décembre 2007

FEDERICO GARCIA LORCA

Les guitares jouent des sérénadesque j'entends sonner comme un tocsinmais jamais je n'atteindrai Grenade"bien que j'en sache le chemin."Dans ta voixgalopaient des cavalierset les gitans étonnéslevaient leurs yeux de bronze et d'or ;si ta voix se brisavoilà plus de vingt ans qu'elle résonne encoreFederico García !Voilà plus de vingt ans, camaradesque la nuit règne sur Grenade.Il n'y a plus de prince dans la villepour rêver tout hautdepuis le jour où la guardia civilt'a mis au cachot,et ton sang tiède en quête de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 28 décembre 2007

LA TIERRA DE ALVARGONZALEZ

¡Oh tierras de Alvargonzález, en el corazón de España, tierras pobres, tierras tristes, tan tristes que tienen alma! Páramo que cruza el lobo aullando a la luna clara de bosque a bosque, baldíos llenos de peñas rodadas, donde roída de buitres brilla una osamenta blanca; pobres campos solitarios sin caminos ni posadas, ¡oh pobres campos malditos, pobres campos de mi patria! -- Antonio Machado, La Tierra de Alvargonzález
Posté par emmila à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]