dimanche 16 septembre 2007

DESTINO TRAGICO

    DESTINO TRÁGICO Confundes ese mar silencioso que adorocon la espuma instantánea del viento entre los árboles.Pero el mar es distinto.No es viento, no es su imagen.No es el resplandor de un beso pasajero,ni es siquiera el gemido de unas alas brillantes.No confundáis sus plumas, sus alisadas plumas,con el torso de una paloma.No penséis en el pujante acero del águila.Por el cielo las garras poderosas detienen el sol.Las águilas oprimen a la noche que nace,la estrujan -todo un río de último resplandor va a los... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 16 septembre 2007

GIBRAN...ET L'AMOUR

Je suis venu dire un seul mot, et je le dirai. Mais si la mort me rappelle avant que je le prononce, alors c'est l'avenir qui le dira. Car demain ne laissera aucun secret enfoui dans le livre de l'éternité.Je suis venu afin de vivre dans la gloire de l' Amour et la lumière de la beauté. Me voici vivant, et les gens sont incapables de m'ôter la vie. S'ils me crèvent les yeux, j'éprouverai de la joie en écoutant les chants de l'amour et les mélodies de la beauté. Et s'ils me bouchent les oreilles, j'éprouverai du plaisir en touchant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 14 septembre 2007

FEDERICO GARCIA LORCA...Extraits

On m'a offert un coquillage.Il y chanteune mer de mappemondeet l'eau emplit mon coeuravec ses petits poissonsd'ombre et d'argent.FEDERICO GARCIA LORCA
Posté par emmila à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 14 septembre 2007

MER DU PARADIS

MER DU PARADIS de Vicente Aleixandre Me voici face à toi, mer, encore...La poussière de la terre sur les épaules,encore imprégné de l'éphémère désir épuisé de l'homme,me voici, lumière éternelle,vaste mer infatigable,ultime expression d'un amour sans limites,rose du monde ardent.Lorsque j'étais enfant,c'était toi la sandale si fraiche à mon pied nu.Une blanche montée d'écume au long de ma jambedoit m'égarer en cette lointaine enfance de délices.Un soleil, une promessede bonheur, une félicité humaine, une candide... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 14 septembre 2007

MIGUEL HERNANDEZ....Extraits

« Ta voix coule doucecomme d’un pot de miel, et dans son mouvement,le désir met dans mes mains terrestresses roses au feu habituel.J’arrive exaspéré au sommetde ta poitrine insulaire, et je l’entoured’une mer ambitieuse et je piétinedes pétales de lumière exaspérés.Mais tu te défends avec des muraillesde mes cupides tentativesde te submerger dans la terre et dans la mer.Comme une pierre pure et indifférente, tu te tais :un silence de pierre, ce sont des roses et d’autres rosesque tu poses et tu déposes dans mes mains. » .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 14 septembre 2007

DISPOSITIONS POETIQUES

DISPOSITONS POÉTIQUES Les étoiles n’avaient qu’un rôle :M’apprendre à lireJ’ai une langue dans le cielEt sur terre, j’ai une langueQui suis-je ? Qui suis-je ?Je ne veux pas répondre iciUne étoile pourrait tomber sur son imageLa forêt des châtaigniers, me porter de nuitVers la voie lactée, et direTu vas demeurer làLe poème est en haut, et il peutM’enseigner ce qu’il désireOuvrir la fenêtre par exempleGérer ma maison entre les légendesEt il peut m’épouser. Un tempsEt mon père est en basIl porte un olivier vieux de mille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 14 septembre 2007

MAHMOUD DARWICH....Extrait

Quand les martyrs vont dormir Quand les martyrs vont dormir, je me réveille et je monte la garde pour éloigner d’eux les amateurs d’éloges funèbres.Je leur souhaite " bonne patrie ", de nuages et d’arbres, de mirages et d’eau.Je les félicite d’avoir échappé à l’accident de l’impossible, à la plus-value de la boucherie.Je vole du temps afin qu’ils me volent au temps. Sommes-nous tous des martyrs ?Et je murmure : ô mes amis, laissez un seul mur pour les cordes à linge, une nuit pour les chansons.Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 septembre 2007

NOCTURNE

Nocturne Je regarde les étoilesau-dessus de la mer,Oh, les étoiles sont de l’eau,des gouttes d’eau !Je regarde les étoilesau-dessus de mon cœur.Les étoiles sont des arômes, des noyaux d’arômes.Je regarde la terrepleine d’ombre. FEDERICO GARCIA LORCA
Posté par emmila à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 septembre 2007

NOCTURNO

« Miro las estrellassobre el mar.¡ Oh, las estrellas son de agua,gotas de agua !Miro las estrellassobre mi corazón.¡ Las estrellas son de aroma,núcleos de aroma !Miro la tierraLlena de sombra. »Federico García Lorca, Estampas del mar LA NUIT ETOILEE DE VAN GOGH
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 septembre 2007

NIEVE

« Campo sin caminosy ciudad sin tejados.El mundo esá silenciosoy cándido.Paloma gigantescade las esferas.¿ Cómo no baja del azulel eterno milano ? » FEDERICO GARCIA LORCA
Posté par emmila à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]