mardi 19 février 2008

SUR UNE CONFIDENCE DE LA MER GRECQUE

Ni la chauxni le figuier qui resplendit,ni même le temple aux cent portes-- tu ne pus les compterce sont les portes de toi-même devant le souffle de la mer-- ni même lalumière qui martèle                l'enclume de ce journi la peau éclatante de ce corpsne connaîtront la duréepauvres fragments brisés contre le ciel. Non pas un point immobiledans le temps indivismais le point incandescent de l'instant qui tourne,la somme peut-être d'instants dans le multiple,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 17 février 2008

CENDRES...Extrait

« Ma jeunesse éclatera sur le monde des ombres       Et tous les coeurs éteints     Ranimés par mon cri            Sous la violence d'un amour de feu  S'ouvriront au soleil              Et par la Terre humaine, à flots          Roulera    le sang vermeil du Grand Amour » . JEAN AMROUCHE . . " je n'ai rien dit qui fût... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 15 février 2008

POUDRE AUX YEUX...( Les enfants de Don Quichotte )

Poudre aux yeuxVidéo envoyée par lesenfantsdedonquichotte Un documentaire inédit et en exclusivité sur Dailymotion signé des Enfants de Don Quichotte. (Réalisation: JB et Augustin Legrand, Ronan Denecé) 71 minutes de résistance au présent. Le 26 octobre 2006, de simples citoyens se mobilisent pour fédérer les sans abris de Paris et défendre leurs droits. Voici l'histoire de leur combat dont ce film se veut être un prolongement, une arme, un outil. Véritable camp retranché, le canal saint martin fut pendant quelques mois... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 15 février 2008

L'EPOPEE DES NUS

L’épopée des nus Ils arrivèrent sombres et nusAux portes des villes repuesLe ciel sourd aux étoilesLes mouettes pour seules compagniesEt des rêves comme des miragesRemplis d’or et de défiIls échouèrent sur le large des côtesOù le partage a couleur d’oubliOù ton nomDéroule sa houleDans les affres du sable humilié sans merciO vieil océanQuel gouvernail pour attendrir les vaguesQuelle mer pour recevoir les fleuves et les rivièresMêler sel et douce sourceSans bois mortsSans eaux troublesMais le limonFertile et fraternel . TAHAR... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 15 février 2008

RAINER MARIA RILKE

L'amour d'un être humain pour un autre est peut-être l'épreuve la plus difficile pour chacun de nous, c'est le plus haut témoignage de nous-même ; l'oeuvre suprême dont toutes les autres ne sont que les préparations. C'est pour cela que les être jeunes, neufs en toutes choses, ne savent pas encore aimer ; ils doivent apprendre... Tout apprentissage est un temps de clôture. Ainsi pour celui qui aime, l'amour n'est longtemps, et jusqu'au large de la vie, que solitude, solitude toujours... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 15 février 2008

CITATIONES

Todo lo que conjura al hombre en arte supone un homenaje hacia la vida. . Tout ce qui porte l’homme à conspirer dans l’art témoigne de l’hommage qu’il rend à la vie. . Fuera de mí, CARLOS  MARZAL . . Vuelves a cada instante y lo que callas se te hace víspera en la lengua; vuelves continuamente hacia ninguna parte. . Sans cesse tu reviens ; ce que tu tais                   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 15 février 2008

PALESTINE

Je suis le témoinDu malheurDe l'homme qui peinePour juste survivreJe suis le témoinMais de quelle foi ? De l'homme qui croitEn son retour Je suis le témoin De ces enfants Que l’on massacre Etrange espoir... Je suis le témoin De ces destins Parmi les ruines De Ramallah Je suis le témoin D'un fleuve ancienQui trace un sillonSans avenirJe suis le témoin Entre l’Etoile et le Croissant Je brise ces liens Pour ne pas mourir Je suis le témoin De tant de mères ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 15 février 2008

PALISTINA

  Sò tistimoniu Di a disgrazia L’omu chì strazia U so campà Sò tistimoniu Ma di chì fedi ? L’omu chì credi À lu vultà Sò tistimoniu D’issi ziteddi À issi maceddi Stranu spirà Sò tistimoniu D’issi distini Trà li ruini Di Ramallà Sò tistimoniu Ch’un fiumu anticu Scrivi in lu vicu D’ùn duvintà Sò tistimoniu Trà stedda è luna Scioddu a funa Par ùn cripà Sò tistimoniu Di quantu mammi Trà pienti è chjami A vindica Sò tistimoniu ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 15 février 2008

UNE BELLE DECOUVERTE

Je suis né dans un pays sans arbres, un pays d'indigence végétale, avec çà et là seulement le poil ras d'une bruyère jamais fleurie ou encore quelques touffes de joncs au bord des mares, un pays d'os poli par les grands vents acides, quelque part du côté de l'ouest. J'avais tout juste six ans lorsque pour la pre­mière fois mon père me laissa le soin d'aller seul lui acheter ses cigarettes. C'était à cin­quante mètres de la maison d'école où j'habitais. Marie Delahaye tenait boutique aux quatre routes où l'épicerie voisinait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 14 février 2008

EBAUCHE D'UN CHANT DE GUERRE...

Ah! Pour un mot de ma langue Pour la seule grâce d'un mot De schiste ou d'argile (  le vent le porte tel l'oiseau des rêves ) Pour cette flèche empennée de foudre Pour l'éclair de la liberté Pour ce mot orphelin Cueilli aux lèvres sèches de l'Ancêtre Goutte de sang sur la rose de l'enfance Etincelante dans la roue du soleil Pour ce mot de musique âpre Et de timbre sauvage Cri orphelin des entrailles immémoriales Pour cette parole sombre et fixe Comme un regard de veuve berçant son enfant ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]