dimanche 11 novembre 2018

ANNA MARIA CARULINA CELLI ... Extrait

È porta lu quissu missaghju Per tutti quelli chì sò d’avveneÈ di l’anticu ai primuraÈ di l’avvene ùn ai paura Campesino, Esse Et porte leur ce messagePour tous ceux qui sont l'avenirDu passé prends soinDe l'avenir n'aie crainte     .   ANNA MARIA CARULINA CELLI     .   Oeuvre Vlad Safronow
Posté par emmila à 21:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 11 novembre 2018

ON M'APPELAIT ANTONIU.....

11 di nuvembre, So`falate e castagne...Salut mes frères... Je me souviens de vous…Dans les tranchées, les traces de vos pas se mélangeaient aux miennes. Nous étions blancs de froid, nous étions noirs de peur et nous cherchions courage au bout de nos sourires pour réchauffer nos cœurs.Moi, je suis tombé ici. Ici juste à vos pieds, à pieds entremêlés, dans la boue de la Somme, au bout d'un jour de mai, le mai de mon enfance, le mai des transhumances.Je venais de Niolu. Le Niolu lointain.Il ne reste de moi qu'une petite... [Lire la suite]
dimanche 11 novembre 2018

LES CHANTS DE NOS MERES

On peut emprunter tous les sols de la terre franchir les dunes les plus arduestraverser les banquises glaciales du pôle avec pour seul bagage primordial les chants de nos mères   .     KAMEL YAHIAOUI     . Oeuvre Emile Auguste Pinchart  
Posté par emmila à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 10 novembre 2018

LES RICHESSES DANS LE DESERT. SUR LES ROUTES DE LA MEUSE ET DE L'ARGONNE

 "Quatre ans. Ils ont vécu là quatre ans. Ils ont vu, pendant quatre ans, se lever sur ces collines inexorables le jour tardif de décembre et quelquefois le soleil d'hiver qui se soulève à peine au-dessus de l'horizon. Pendant quatre ans, ils ont vu chacun de ces puits d'eau recevoir et vomir le feu... Ils comptaient les retours des saisons, du fond de ces terriers forés au bas de la colline... Quel grand coeur d'homme, quel coeur surmené d'adolescent battit sous ce hutteau de guetteur ? Le soldat qui trouva la mort ou le salut... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 10 novembre 2018

MARECHAL DUCONO ( PETAIN )

  Maréchal Ducono se page avec méfiance,Il rêve à la rebiffe et il crie au charronCar il se sent déja loquedu et marronPour avoir arnaqué le populo de France. S’il peut en écraser, s’étant rempli la panse,En tant que maréchal à maousse ration,Peut-il être à la bonne, ayant dans le croupionLe pronostic des fumerons perdant patience ? À la péter les vieux et les mignards calenchent,Les durs bossent à cran et se brossent le manche:Maréchal Ducono continue à pioncer. C’est tarte, je t’écoute, à quatre-vingt-six berges,De se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 9 novembre 2018

A CET INSTANT MÊME

   À cet instant même, j’enfile cette aiguilleavec le fil d’un propos que je tais et je me mets à ravauder.Aucun des miracles qu’annonçaient les très éminents prophètesn’est advenu et les années défilent vite.Du néant à si peu, toujours face au vent, quel long chemin d’angoisse et de silences. Et nous en sommes là: mieux vaut le savoir et le dire,les pieds bien sur terre et nous proclamer les héritiers d’un temps de douteset de renoncements où les bruits étouffent les paroleset la vie en miroirs déformés.Plaintes et... [Lire la suite]

vendredi 9 novembre 2018

PETAIN EN QUESTION ...HOMMAGE AUX " FUSILLES POUR L'EXEMPLE " 1914-1918

Hommage aux mutins, aux déserteurs, aux anti-militaristes, aux pacifistes, aux objecteurs de conscience, aux insoumis, aux anarchistes, à ceux qui ont désobéi, qui ont protesté, qui ont abandonné leur poste, qui ont été foudroyés par la peur, qui ont fui l'horreur, qui ont contesté les ordres, qui se sont dressés contre l'absurdité de la guerre et le pouvoir de ceux qui la déclarent.Hommage à ceux qui ont été fusillés, exécutés, emprisonnés, battus, humiliés, exilés, déportés, ou condamnés aux travaux forcés pour avoir refusé de... [Lire la suite]
jeudi 8 novembre 2018

A L'ECHAPPEE

L’heure est ouverte. Toujours. La seconde offerte à la vie, la durée la zappe et ne s’en souvient que si elle subjugue. Sur la table, proche du mur où repose l’horloge, un vase et un bouquet de fleurs. Au fond de l’écuelle, un peu d’eau pour maintenir la vie et la couleur. Une gorgée de lumière dans le sillon qui traverse la pièce. Tout est calme et silencieux lorsque le temps sonne la cadence. Le rythme régulier du tic-tac ressemble à celui des vagues uniformes venues mourir sur la plage. Il est midi, il est minuit. C’est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 8 novembre 2018

VINOD RUGHOONUNDUN...Extrait

« Jour après jour je creuse le tracé des origines  remonter à la source du flot lumineux  et ce tourbillon d’où naissent les consciences »  ...   seuls les battements du cœur rythment ce noir cosmique  lumière ravalée jusqu’au plus profond d’elle-même  violence de la parole éteinte sur les contreforts de tous les silences »     .   VINOD RUGHOONUNDUN   .   Oeuvre Gérald Bloncourt bloncourt2.over-blog.com/  
jeudi 8 novembre 2018

VOCATION BELLIQUEUSE

Laissez-moi, je vous prie, mes armes blanchesBlanches de tous les dieux, de toutes les églises, de tout dogmeDicté par des hommes, fut-il Créon, fut-il Néron,Ou ces modernes conversibles en devisesAllez… Dans ma tribu, on circulait à l'aise entre trois religions,Maronite, orthodoxe, catholique, et pour bousculerLe jeu de quilles j'ai annoncé à la troupe réunie au repas de PâquesQue j'étais en train de me convertir au judaïsme (Rien que pour le haut le corps de Festen cela valait une messe)Plus tard parce que j’apprenais l'arabe,... [Lire la suite]