dimanche 20 juillet 2008

L'EPOPEE DE LA GUERRE D'INDEPENDANCE

Telle une caravane venue au grand galop de l'Asie lointaine,la tête tendue vers la mer,ce pays est le nôtre. Poignets ensanglantés, dents serrées, pieds nus,et cette terre qui est un tapis en soie,Cet enfer, ce paradis, sont les nôtres. Que les portes des maîtres se referment pour ne plus jamais s'ouvrir,supprimez l'esclavage de l'homme par l'homme,cette invitation est le nôtre... Vivre seul et libre comme un arbre,et fraternellement comme une forêt,cette nostalgie est la nôtre..NAZIM  HIKMET .

dimanche 20 juillet 2008

LA PLUS BELLE DES MERS...

La plus belle des mers est celle où l'on n'est pas encore allé. Le plus beau des enfants n'a pas encore grandi. Les plus beaux de nos jours sont ceux que nous n'avons pas encore vécus. Et les plus beaux des poèmes que je veux te dire sont ceux que je ne t'ai pas encore dits Ils nous ont eus : moi à l'intérieur des murs, toi à l'extérieur. Ce qui nous arrive n'est pas grave. Le pire: c'est de porter en soi la prison conscient ou inconscient. La plupart des hommes en sont là, des hommes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 20 juillet 2008

LE NOYER

Je suis tout imprégné de mer et sur ma tête écument les nuéesDans le jardin de Gulhané, voilà que je suis un noyerUn vieux noyer tout émondé, le corps couvert de cicatricesNul ne le sait, ni toi, ni même la police.Dans le jardin de Gulhané, voilà que je suis un noyerEt tout mon feuillage frémit comme au fond de l'eau le poissonEt comme des mouchoirs de soie, mes feuilles froissent leurs frissonsArrache-les, ô mon amour, pour essuyer tes pleurs.Or mes feuilles, ce sont mes mains, j'ai justement cent mille mainsDe cent mille mains je te... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 18 juillet 2008

LIVRE DES QUESTIONS...Extrait

"Regarde le visage devenir branche. Et la branche fleurir pour le visage. De l'aune au sapin, du baobab opulent au fusain du flâneur, regarde le monde improvisé des arbres vieillir et mourir dans le visage de l'homme ".   .   EDMOND  JABES .  
Posté par emmila à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 18 juillet 2008

LES DUNES PARADOXALES...Extrait

A écrire dans le sillage de ta voix en Désert de deuil quand les hommes en signe d'amertume effacent le sable de ses traces en traversées de silence le verbe en basalte de cris impudents sur le versant des catacombes le temps en poussière de Désert que la liberté des dunes emporte vers l'inconnu des marais .                                                  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 18 juillet 2008

ABEILLE

Abeille, Négresse du Prophète(1),Abeille chargée de bénédiction,Toi qui vas de fleur en fleur,Envole-toi vers mon villageEt tu iras de fille en fille...Et en allant de fille en filleA chacune tu diras mon nom.Ma bien-aimée, tu la reconnaîtras :Ce sera celle qui se mettra à pleurerQuand tu prononceras mon nom.Dis-lui que je me consume pour elle,La séparation me ronge l'espritComme se creuse le tronc du noyer,Et le chagrin me broie le coeurComme la meule moud le grain...Abeille, Négresse du Prophète,Pose-toi doucement sur son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 18 juillet 2008

LE NAGEUR D'UN SEUL AMOUR

Comme un enfant d'autrefois dont le cri se perd Dans un verger de pommes blanches Quand la lune couvre tout de son amour Je revois dans un miroir désert Mes souvenirs avec des cannes blanches Et je ne sais pas qui d'eux ou bien de moi Est le plus à plaindre Tellement les années sont cruelles Lune légère ô miroir d'absence ... . GEORGES  SCHEHADE (1985) .
Posté par emmila à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 17 juillet 2008

TOI, MON MAROC AMAZIGHE

A Ali Khadaoui « Les hommes continuent d’avancer ainsi Inconscients de ceux qui s’en allèrent, de ceux qui s’en vont, d’eux-mêmes… »             Yannis Ritsos Ô insensé Maroc, pourquoi veux-tu trahir Ton sang berbère, ton sang plus pur que diamant ! Pourquoi mentir, pourquoi ? La sève de tes enfants Vient d’une terre sublime, berceau de grands empires ! Oui, tu es berbère, berbère jusqu’aux racines De tes cellules nourries d’espace... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 17 juillet 2008

LE LIVRE DE L'INTRANQUILITE...Extrait

J'ai duré des heures ignorées, des moments successifs sans lien entre eux, au cours de la promenade que j'ai faite une nuit, au bord de la mer, sur un rivage solitaire. Toutes les pensées qui ont fait vivre des hommes, toutes les émotions que les hommes ont cessé de vivre, sont passées par mon esprit, tel un résumé obscur de l'histoire, au cours de cette méditation cheminant au bord de la mer. J'ai souffert en moi-même, avec moi-même, les aspirations de toutes les époques révolues, et ce sont les angoisses de tous les temps qui ont,... [Lire la suite]
mardi 15 juillet 2008

MONOLOGUE AU BOUT DES VAGUES

Découvrez Rokia Traoré!   Il est désormais certain que ce jour n’a jamais été. Aucune parcelle de cette aube première n’a laissé de traces. Aucun cri de coq n’a salué l’horizon. Voilà ce qu’il se disait pour tenter d’évacuer cette époque dont il ne voulait plus garder de souvenir.Depuis qu’il était venu de sa terre nourricière, à l’écoute des autres, il s’était senti en brousse, en jungle d’êtres, s’abreuvant d’espoir et de nuits étoilées, offrant sa jeunesse, sa force et sa pureté à qui voulait, comme lui, refaire le Monde.Ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,