jeudi 9 novembre 2017

A PEINE DEFIGUREE

Adieu tristesse, Bonjour tristesse. Tu es inscrite dans les lignes du plafond. Tu es inscrite dans les yeux que j'aime Tu n'es pas tout à fait la misère, Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent Par un sourire. Bonjour tristesse. Amour des corps aimables. Puissance de l'amour Dont l'amabilité surgit Comme un monstre sans corps. Tête désappointée. Tristesse, beau visage.     .     PAUL ELUARD   .    
Posté par emmila à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 6 mai 2017

LA VICTOIRE DE GUERNICA

Hommes réels pour qui le désespoir Alimente le feu dévorant de l'espoir Ouvrons ensemble le dernier bourgeon de l'avenir   PAUL ELUARD   .     Beau monde des masures De la nuit et des champs     Visages bons au feu visages bons au fond Aux refus à la nuit aux injures aux coups     Visages bons à tout Voici le vide qui vous fixe Votre mort va servir d'exemple     La mort coeur renversé     Ils vous ont fait payer la pain Le ciel la terre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 28 mai 2016

LA NUIT N'EST JAMAIS COMPLETE

La nuit n’est jamais complète.Il y a toujours, puisque je le dis,Puisque je l’affirme,Au bout du chagrinUne fenêtre ouverte, une fenêtre éclairéeIl y a toujours un rêve qui veille,Désir à combler, Faim à satisfaire,Un cœur généreux,Une main tendue, une main ouverte,Des yeux attentifs,Une vie, la vie à se partager. .   PAUL ELUARD   .   Photographie Hengki Koentjoro    
Posté par emmila à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 19 mai 2016

CE NE SONT PAS DES MAINS DE GEANTS

Ce ne sont pas des mains de géants Ce ne sont pas des mains de génies Qui ont forgé nos chaînes ni le crime Ce sont des mains habituées à elles-mêmes Vides d'amour vides du monde Le commun des mortels ne les a pas serrées Elles sont devenues aveugles étrangères A tout ce qui n'est pas bêtement une proie Leur plaisir s'assimile au feu nu du désert Leurs dix doigts multiplient des zéros dans des comptes Qui ne mènent à rien qu'au fin fond des faillites Et leur habilité les comble de néant Ces mains sont à la poupe au lieu d'être à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 29 juin 2014

NUITS PARTAGEES

Au terme d'un long voyage, je revois toujours ce corridor, cette taupe, cette ombre chaude à qui l'écume de mer prescrit des courants d'air purs comme de tout petits enfants, jerevois toujours la chambre où je venais rompre avec toi le pain de nos désirs, je revois toujours ta pâleur dévêtue qui, le matin, fait corps avec les étoiles quidisparaissent. Je sais que je vais encore fermer les yeux pour retrouver les couleurs et les formes conventionnelles qui me permettent de t'aborder. Quand je les rouvrirai, ce sera pourchercher dans un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 8 décembre 2013

PAUL ELUARD

Bouche folle ou sageIl te faut parlerBouche ouverte ou closeIl te faut rêverPlus haut que ton souffleParoles paroles penduesAux plumes vérités des nidsEntre les branches dessinéesDu mur sans fin de la forêtLes étoiles des œufs s’amassentC’est le bouleau la coquilleEt les roues fusées en ailesDe douces devenant subtilesLes bouches tremblent de savoirLégère brise sur les îlesEt mille plages c’est l’auneOu le tremble sans ruptureLa caresse s’éternisedans ce globe de verdurePiétiné par les oiseauxIl a plus sur les acaciasPoitrines que la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 5 juin 2013

LEURS YEUX TOUJOURS PURS

Jours de lenteur, jours de pluie, Jours de miroirs brisés et d’aiguilles perdues Jours de paupières closes à l’horizon des mers, D’heures toutes semblables, jours de captivité. Mon esprit qui brillait encore sur les feuilles Et les fleurs, mon esprit est nu comme l’amour, L’aurore qu’il oublie lui fait baisser la tête Et contempler son corps obéissant et vain. Pourtant, j’ai vu les plus beaux yeux du monde, Dieux d’argent qui tenaient des saphirs dans leurs mains, De véritables dieux, des oiseaux dans la terre Et dans l’eau, je les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 décembre 2012

CAPITALE DE LA DOULEUR...Extrait

Ta voix, tes yeux, tes mains, tes lèvres. Nos silences, nos paroles.  La lumière qui s'en va, la lumière qui revient. Un seul sourire pour nous deux. Pas besoin de savoir. J'ai vu la nuit créer le jour sans que nous changions d'apparence. O bien aimée de tous, bien aimée d'un seul, en silence ta bouche a promis d'être heureuse. De loin en loin dit la haine, de proche en proche dit l'amour. Par la caresse nous sortons de notre enfance. Je vois de mieux en mieux la forme humaine, comme un dialogue d'amoureux. Le coeur n'a qu'une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 25 novembre 2012

L'AMOUR LA POESIE

Où la vie se contemple tout est submergé Monté les couronnes d’oubli Les vertiges au cœur des métamorphoses D’une écriture d’algues solaires l’amour et l’amour.   Tes mains font le jour dans l’herbe Tes yeux font l’amour en plein jour Les sourires par la taille Et tes lèvres par les ailes Tu prends la place des caresses Tu prends la place des réveils.                             *   Toutes les larmes sans raison Toute la nuit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 18 novembre 2012

ILY A 60 ANS...PAUL ELUARD

Je suis né derrière une façade affreuse J’ai mangé j’ai ri j’ai rêvé j’ai eu honte J’ai vécu comme une ombre Et pourtant j’ai su chanter le soleil Le soleil entier qui respire Dans chaque poitrine et dans tous les yeux La goutte de candeur qui luit après les larmes. . PAUL ELUARD . Oeuvre Philippe Charpentier    
Posté par emmila à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,