samedi 13 octobre 2018

PEU A PEAU

  Est ce qu’un jourUn jour seulementLes peaux se souviendrontQu’elles ont le même ton Juste Soie en granitéDe Clair en Obscur moiréComme nous sommesHumains bêtes de somme Est ce qu’un peu enfin _ un jour Juste le temps de reprendreLe fil de l’humain en ChœurLes sens voilés à nos cœursEn tête pourront Doux entendre Que l’espace au temps d’exister S’il te plaîtVous Tant se meurtA vivre seul courbéQuandOn devrait surtout S’aimerEt plus encore se protéger. Cil Scille Sur le fil de l’ExilPeu à peau S’il vous PlaîtCil se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

mercredi 10 octobre 2018

LA PEINE ET SES ETOILES

Que la peine soit lourde ou légèreQu’elle soit profonde ou passagère,Il existe toujours trois étoilesQui sont comme des guides. Trois étoiles qui nous aidentA éviter la peine ou à vivre avec elleEt à la traverser. L’étoile du tempsQuand tout parait désert, brulé et désoléParce qu’on a trop souffert,Le temps qui passe peut encore nous aider.Lentement, patiemment, grâce au temps,D’autres joies, d’autres rêves,Viennent se glisser en nous … L’étoile du veilleurÊtre veilleur, c’est tenir une lampe alluméePour empêcher la peine... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 6 octobre 2018

CHANSON DE LA TOMBE D'ICARE

Ils sont d'ici ils sont d'ailleursL'un met sa vie entre des rimesQui l'escortent L'autre est tailleurDe nuits parfaites pour un crime Mais où est la tombe d'Icare Ils sont d'ailleurs ils sont d'iciL'un se parfume l'autre pasMais ils partagent le souciD'être vivants jusqu'au trépas Mais où est la tombe d'Icare Qu'ils soient d'ici ils sont d'ailleursToujours à rêver d'impossibleDu pur amour ou du meilleurPour rester au cœur de la cible Mais où est la tombe d'Icare Qu'ils soient d'ailleurs ils sont d'iciEt sur les murs comme au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 6 octobre 2018

LA PART DE L'OMBRE...Extrait

Non, la terre n'est pas couverte d'arbres, de pierres,de fleuves : elle est couverte d'hommes.Si les meilleurs sont enfermés dans un long supplice,s'il n'y a plus que le mensonge qui se montre, chamarréde fausses prairies,si quelqu'un te dit : " Admire le soleil !"- et tune vois que le miroitement de la boue, ou bien : " faiston devoir ! " - et on te tend un couteau pour égorgerta mère et ton frère,alors tous les arbres sont abattus, les pierres noircissentet s'effritent, les fleuves sont des cloaquesinfâmes.Tu ne peux plus avancer,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 5 octobre 2018

LE CHEMIN DE L'OISEAU

Je ne choisirai pas cette route ni l’autreOù des oiseaux tout court ont trop chantéÀ la saison des chasses.On a trahi partout leurs souvenirs de l’ArcheEt saint François ne leur a plus parlé.Saint Hubert, Saint Hubert : Plumes que vent emporte;Plumes et feuilles mortesSous le ciel pommelé…   .     SABINE SICAUD     .  
Posté par emmila à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 28 septembre 2018

LE HEURT

  Tu marchais Parcourant la trace de la terreOù bruit l’obscur et l’incertaine qui repose VoiciL’herbe enclaveA cette pierre Ô fausse clarté de l’ascendanceDon lumineux des pierres agissantes Dans quel achèvementNe plus saisir Herbe franchieC’est un lieu de pierre nu Quelle trace y sais-tuOù les plaies sont larges dans la lueur Tu marchais La terre en perte rougeAttarde au dernier lieu sa dernière lueur Sur cette terre à gravirIvreImprobable Où tu riaisPar le gré incertain des sables     .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 28 septembre 2018

BACH EN AUTOMNE...Extrait

  Dans la gamme couleur d’automne de si bémol mineur, descendCette première marche jusqu’à la note sensible ! Le nom alors se hisseJusqu’à do, le niveau de la réalité. Et, de nouveau, du même demi-ton                        RetombeSur ce si dont la vibration suspendue appelle une nouvelle ascension.Le clavier est l’image du monde. Comme l’échelle de Jacob            Il nous traverse de bout en bout. Regarde la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 26 septembre 2018

LA METAMORPHOSE DE NARCISSE ...Extrait ...A L'ATTENTION D'AGAMEMNON

  Quand l’anatomie claire et divine de Narcissese penche sur le miroir obscur du lac, quand son torse blanc plié en avantse fige, glacé,dans la courbe argentée et hypnotique de son désir,quand le temps passesur l’horloge des fleurs du sable de sa propre chair, Narcisse s’anéantit dans le vertige cosmiqueau plus profond duquel chantela sirène froide et dionysiaque de sa propre image.Le corps de Narcisse se vide et se perddans l’abîme de son reflet,comme le sablier que l’on ne retournera pas. Narcisse, tu perds ton... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 21 septembre 2018

VENTS...Extrait

« Ce serait un jour de grand vent. Oh ! de vent à trousser toutes les robes aux arbres de la terre. Et la mer serait folle à tordre ses vagues comme de la dentelle brassée par des mains de femme. Les graines des fruits cliquetteraient au fond de leurs gousses. Il y aurait des râles d'eau, des plaintes d'arbres, des roulements de pierres. Il y aurait des moiteurs dans l'air, des senteurs de vanille et de sel, du rose de luxure aux joues du ciel. Vous seriez là, assis au milieu de tout cela et vous entendriez tonner la voix du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 21 septembre 2018

UNE VIE ORDINAIRE...Extrait

La mort des hommes que j’aimais me fit pleurer J’en connus peu et le regrette car pleurer n’est pas honteux, mâle ou femelle nous avons la larme facile pour si peu de chose qu’enfin y aller de sa goutte acide quand un ami s’en va nous laisse dans ce monde plutôt mauvais quoique pas souvent responsable du mal qu’il décrète (nous sommes tellement abandonnés vrai notre folie est naturelle comme tout ce qui vient de loin (…)     .     GEORGES PERROS     . Oeuvre Rogier... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,