dimanche 18 juillet 2021

FLEURS DU SAHEL...Extrait

Gorée Je ne puis visiter tes cachotsOù se terre l'imageDe la dégradation humaineNi voir tes chaînesQui vibrent encore du courage résignéDe ces guerriersAux mains calleusesQui ont pétri le roc de leur destinNi sentir l'odeur putrideDe leur rancune accumulée sur tes mursNi mesurer le regretQui rongeait leur cœurTuméfié de projets avortésQue n'aurais-je dû poursuivreLes galères qui emportaient les esclavesAmputés aux rêves brisésSur les galets ! À Gorée !C'était un soir, il y a si longtempsUn soir de luneBrusquement Gorée... [Lire la suite]

mercredi 7 juillet 2021

VENTS... Extrait

  C’étaient de très grands vents en quête sur toutes pistes de ce monde, Sur toutes choses saisissables, parmi le monde entier des choses… Et d’éventer l’usure et la sécheresse au cœur des hommes investis, Voici qu’ils produisaient ce goût de paille et d’aromates, sur toutes places de nos villes, Comme au soulèvement des grandes dalles publiques. Et le cœur nous levait Aux bouches mortes des Offices. Et le dieu refluait des grands ouvrages de l’esprit. Car tout un siècle s’ébruitait dans la sécheresse de sa paille, parmi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 1 juillet 2021

STABAT MATER FURIOSA, Poème de Jean-Pierre Siméon, Interprété parSophie Marceau

Adapté par l’artiste colombienne Violeta Cruz, le texte de Jean-Pierre Siméon, qui fait entendre la voix d’une femme qui n’en peut plus de la guerre et de la violence, est porté par Sophie Marceau et un orchestre dirigé par David Greilsammer. . . ... . Un tremblement contenu Une inquiétude C’est le cri d’une femme. Au moins on peut dire ça. Le cri d’une femme qui a perdu son fils. Je crois qu’on peut dire ça. Derrière le propos apparent, l’horreur et l’absurdité de la guerre, le sujet principal semble être... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 31 mai 2021

INSTANCE

Il nous faudrait avoir l’humilité des pierres Nues en offrande au ciel ou célées sous la terre Sentinelles pétrifiées face aux effondrements Toujours à résister contre vents et marées Aux débords et folies des humains sans esprit Niant la toute urgence à faire renaître en nous Cette graine sacrée venue du fond des âges En instance de prendre racine en nos coeurs       .       ELISA KA Sur https://lobaia.wordpress.com/       .    
Posté par emmila à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 31 mai 2021

MOTS PASSANTS

Au bord de l’incertitude, ses mots résistent encore un peu avant de tomber comme lettres mortes des pages du Livre de sa vie, imparfait Ils avaient poussé en elle, renforcés par des vents d'infiltration la livrant aux métaphrases parodiques de lecteurs hypothétiques, d’occasion Délestée du poids des méprises et du tout-venant, elle tomba enceinte d’un vide immense Désencrée mais plus légère qu'une plume elle ne se nourrit désormais qu'à l’éphéméride des Mots Passants... . . . . . . ELISA... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 22 avril 2021

DE LA DUALITE

    Au nom de qui de quoi de quel dogme précepte ou credo devrais-je abandonner l'autre rive vers laquelle l'âme tend inélucatblement à jamais depuis toujours . Au faîte des années qui t'isolent quand le geste surrané camisole et rompt à l'intention à l'attente et au désir des mondes . Faim de non recevoir Fin d'un corps usé ployant sous le faix des ans Lorsque tonne le tumulte limbique . Que lui reste - t - il si ce n'est... [Lire la suite]

mercredi 31 mars 2021

THIERRY MATHIASIN...Extrait

À la droite clarté des envols Mon horizon élève son roulis À tous les soleils du Vivre Les visages que j'ai cru voir s'amassent au plus fort de l'orage, la ligne blessée des chants perdus pour une prière sans peau, un cabotage de silence J'ai vu comme Lazare toutes les nuits du monde, les signes occultes des crépuscules L'enfant vieilli d'un rêve lointain, les vagues depuis longtemps clamées sur les côtes du continent noir Au milieu de toutes choses nues, J'ai aimé ta voix comme une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 17 mars 2021

REGARDS D'AILLEURS

Et je voyage Confinée A l’angle des fenêtres Et je ballade Un livre ouvert à la date du jour Et je te pense De si loin Tes baisers en longs voiles Et j’attends A la lucarne De ma blessure Et puis Tu vois... Mon cœur inquiet De ce monde Bouleversé... . . . . . . ISABELLE BRECHET BRANDY . . . . . Oeuvre Auguste Rodin
dimanche 7 février 2021

PALAIS DE GLACE...Extrait

  Il en est des miroirs comme de la mémoire, ils sont déformants, c’est une autre réalité mais elle reste virtuelle, si l’on pouvait se voir avec les yeux des autres, la vision serait toute autre. Nous reste toujours l’image mentale que nous avons de nous plus jeune et en adéquation avec le souvenir de notre force, de notre poitrine volontaire, ce héros secret qui nous hante et nous permet de vieillir sans nous en rendre compte jusqu’à la rencontre de notre reflet que nous ne reconnaissons pas tout de suite, qui nous... [Lire la suite]
vendredi 15 janvier 2021

UN HEMISPHERE, UNE CHEVELURE

« Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l’odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l’eau d’une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l’air. Si tu pouvais savoir tout ce que je vois ! tout ce que je sens ! tout ce que j’entends dans tes cheveux ! Mon âme voyage sur le parfum comme l’âme des autres hommes sur la musique. Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures ; ils contiennent de grandes mers dont les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,