samedi 30 mai 2020

LA POESIE ECLOT SOUS LA PEAU DIAPHANE DES MOTS

... Il n’y a d’ailleurs que dans le bruissement de l’eau qui court entre les pierres, le feulement du vent sur la plaine, l’alarme, le frémissement soudain des arbres, le fouet de l’été qui cingle le maquis ébloui à la verticale d’un cri… et plus tard au couchant, un murmure : la lumière radieuse, douce et franche qui redessine l’horizon et semble abolir à jamais la peur ancestrale des abîmes. ... Midi : le chant des cigales enflamme les collines, l’énigme du monde s’époumone. ... Ecriture tremblée, approche... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

mardi 26 mai 2020

ÎLES...Extrait

Soleil aux aplombs vertsces contrées étaient tiennes par toutes les racinesdes muscles et des pierrespar les nefs et le ventpar les tapis bengale des roches usagées où l’oraison des merss’achevait en exilspar la paupière close et tapissée de foudresces sentes et ces plagesces vains cheminements sur des pas retournésÀ toi ces pistes d’ombre au thorax des forêtsces meurtresces blessuresl’égorgement des lianesce massacre de fleursla noire purulence d’anciens pourrissements d’écorcesÀ toi ces peuples lents à toi par le daim mûr des peaux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 26 mai 2020

IL RÔDE UN RÊVE DE FEMME...Extrait

Elle voudrait la paix des eaux tranquilleset des vastes plaines le souffle bleu du froid à givrer les cilset la clarté dans les regards le pur des cimes où rêvent les grands oiseauxet les baisers du ciel, un peu de lait sur les lèvres. Elle voudrait l'envol de ses mots tendresvers ceux qui en manquent et le silence juste après la pluiecomme un écho. Elle voudrait l'accord juste, la résonance belletout ce qui s'attire, s'allie et se scelle tout ce qui va dans le même sens. Elle voudrait les confidences douceschuchotées, et les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 19 mai 2020

POEMES DE SAMUEL WOOD...Extraits

...   Pires que les nuits sans rêves, les nuits sans sommeil Où se livre jusqu'au jour dans l'esprit divisé Une implacable lutte intestine Mais en pure perte car le jour va poindre Qui sait noyer sous sa lumière aveuglante Le tourment des vérités trop dures Rendre vie au désir animal de vivre ... Comment  jouer sans y croire à se croire ailleurs Qu'en ce crâne qui nous emmure de toutes parts ? Ameutées, enhardies par le silence nocturne Tant de voix contraires s'y font entendre Qu'elles nous rendent sourds aux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 19 mai 2020

POEMES DE SAMUEL WOOD...Extrait

...   Feindre d'ignorer les lois de la nature Réincarner en songe la forme abolie, Prêter au mirage les vertus d'un miracle Est-ce pour autant faire échec à la mort ? Tout au plus douter qu'elle nous sépare, Que soit un fait le fait de n'être nulle part.   Irréparable cassure. Prenons-en acte. Nous voilà désolés la vie durant, Notre mémoire ouverte comme une blessure, C 'est en elle que nous la verrons encore Mais captive de son image, mais recluse   Dans cette obscurité dévorante Où, pour lier son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 17 mai 2020

SABINE SICAUD...Extrait

Solitude...Pour vous cela veut dire seul,Pour moi – qui saura me comprendre ?Cela veut dire : vert, vert dru, vivace, tendre,Vert Platane, vert calycanthe, vert tilleul. Mot vert. Silence vert. Mains vertesDe grands arbres penchés, d’arbustes fous ;Doigts mêlés de rosiers, de lauriers, de bambousPieds de cèdres âgés où se concertentLes bêtes à Bon Dieu ; rondes alertesDe libellules sur l’eau verte... Dans l’eau, reflets de marronniers,D’ifs bruns, de vimes blonds, de longues menthesEt de jeune cresson ; flaque dormanteEt courants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 9 mai 2020

MARION LUBREAC

Entrez, soleils!Ce matin, assise sur un banc bleuJ’ai vu rire la terre.Alors les grenouilles, puissantes et limpides, ont envahi de verdure cette nouvelle nuit,tandis queDurant des heures,siffle le merle noir.De mes orteils de plumes sauvagesont germé d’énormes tournesols éblouissants pour éclairer ma route. Froufrou d’envol ;On s’ improvise d’évasion.Vole, enfant du secret!Les hélianthes voguent et tremblotent entre mes cuisses cigogne.Je dois voler,tête haute au vent,frôler de près la mousse des arbres engourdis,sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 8 mai 2020

JEAN CAMILLE...Extrait

Nous les enfantsOrdinaires des vents contrairesMalgré tout il nous fallut vivreEtre mais contreUn adversaire ou une épauleC’est un métier à temps completQu’aimer et qu’être aiméPuis un jour le couplet s’arrêteOn a beau recompter ses doigtsRemettre à jourLe carnet de bal des caressesC’est à coups de pied dans les fessesQue l’on vous envoya valserLa vie est assez cavalièreLa perspective l’est aussiPassant avancé sur les rivesLe ballot se chargeait d’éclatsLa rivière charriait les shrapnels d’en quatorzeLes mères allaient rond mais ça ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 29 avril 2020

PAT RYCKEWAERT...Extrait

Il y a dans nos coeurs-oiseauxdes battements d’ailes et toutes les grandes migrations sous nos paupières des ciels si clairsqu’aucun chagrin ne peut tenir et sous le fer de nos masquesla liberté enclose et l’amour enfui. Je voudrais l’envol des oies sauvagesretenues dans nos gorges et tous les vents du sud à nous étreindreet nous embarquer vers la mer.     .     PAT RYCKEWAERT     .   Oeuvre Salvador Dali
Posté par emmila à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 29 avril 2020

LE CREPUSCULE DES VIEUX

  Des fois, j'ai hâte d'être un vieux.Ils sont bien, les vieux, on est bon pour eux, ils sontbiens. Ils ont personne qui les force à travailler; on veut pasqu'ils se fatiguent.Même que la pluspart du temps, on les laisse pas finirleur ouvrage.On les stoppe, on les interruptionne, on les retraitefermée. On leur donne leur appréhension de vieillesse et ils sonten vacances.... Ah! Ils sont bien les vieux! Et puis, comme ils ont fini de grandir,ils ont pas besoin de manger tant tellement beaucoup. Ils ont personne qui les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,