jeudi 13 octobre 2016

LE PETIT CHAT...

A Muchju et Ludwig, deux petits gris....    Tu es mort aujourd’hui, mon compagnon le chat,    Bleu de fumée, mon petit frère entre les lampes.    Tu as mis à mourir une extrême patience.    Tu t’es enfui à pas de loup, à pas de chat.    Mon petit feu du soir, Roi couronné d’oreilles,    Tu as perdu ainsi tous les prochains soleils    Et tes plaisirs d’oiseaux et les moelleux hivers,    La saison qui remue un matin... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 12 octobre 2016

ANDREE SODENKAMP...Extrait

Lorsque la mort pourra mourir, les galaxies ramèneront leur bétail de lumière, les longues heures voyageuses n’auront plus de passé dans le ventre et laisseront tomber longtemps leurs souvenirs éteints. Plus de vivants pour les tombes, de livres pour dorer les rois. Les légendes resteront vraies. On ne pourra plus rien contre elles. L’atome défera ses épousailles. Les comètes traîneront leur queue morte en se mangeant le cœur.   .   ANDREE SODENKAMP   .   Oeuvre Mahmoud Al Kurd ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 8 octobre 2016

RAVIR: LES LIEUX...Extrait

Une fenêtre. Presque le mur déjà Comme si l'on avait déplacé la fenêtre, et la fenêtre seule. Les livres se défont, les feuilles se perdent dans l'orbite du ciel -plus aucune couleur et le vent manque soudain. Qu'as-tu gardé des jardins fastes des ombres au petit matin qui venaient s'échouer sur tes lèvres? À l'instant bouge le paysage. L'heure n'est qu'un maigre abri, les arbres déploient cornes et lames. Écoute les années qui résonnent derrière toi l'orage brouille tes yeux, tes mains ne touchent plus que ce passé furieux. Tout... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 7 octobre 2016

LA VRAIE VIE EST ABSENTE...Extrait

Un jourune annéedes sièclessans toile courage se défaitl’agonie prend forme d’éternitésans toisans euxles autres qu’il faudrait rejoindrequi sont trop loin déjàailleursinsaisissablesentre nousune paroi de roches si lisseque les mains n’y trouvent pas d’appuion se lève le matinhébétéon se regarde dans la glaceces yeuxce visagece rictuspas moiun autreun étrangerun malade bien sûrils l’ont tant répétéles lâchespour qu’il ne reste vraiment plus rienà accrocher au gibet de l’amour avorté. .   FRANCIS GIAUQUE   .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 30 septembre 2016

PARADIS PERDU

Les branches s'écartaient pour nous laisser passage en retenant délicatement nos cheveux et nous proposaient des cerises dont le jus coulait sur nos joues C'était il y a si longtemps à peine si je me souviens il a fallu qu'on me raconte et que je retrouve des traces dans les peintures et chansons J'étais un enfant mais j'avais toutes les forces d'un adulte et tous ses désirs je passais de mère en fille et déposais des bébés poisseux dans leurs bras Tout cela semble disparu et pourtant tout cela perdure entre le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 29 septembre 2016

RIVIERE DE TOUT BOIS...Extrait

Au coeur des mots Toujours les mêmes fleurs . Vous me parlez d'abeilles De rameaux De sève de cigales Et du matin que vous avez dans l'âme Et vous fermez les yeux Sur mes secrets de pleine ivresse . L'hiver Vous le savez Blanchit le soleil même . Essayez donc De renverser le ciel sur votre table   .   SERGE BRINDEAU   .  
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 29 septembre 2016

SOLEIL EN BIAIS...Extrait

Merci pour la découverte Thami...   Front basculédepuis les hautes forges de l'ennuiQuel est ce fouqui ne sait plus attendre le printempsLa joie reviendraPromise à tout regardQui connaît sa lumièreNous subissons le poids de nos propres caressesNous mêlons chaque jour à nos mains jointesle souvenir des régions en frichedévastés par le ventEt nous sourionsparce que nous savons l'hymne du feuléchant les vitresLe moindre geste est l'exercice d'une forcecontre laquelle aucune parole n'a prévaluL'amoureuse peut bien s'ouvrir à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 28 septembre 2016

REGAIN DE SANG...Extrait

Du chemin d'herbes passées de feuilles vagabondes reste cette poussière à peine née, déjà ancienne qui est le goût de l'été. À mi-distance des adieux et de nous-mêmes. La lumière bientôt lente à s'emparer du ciel rendra aux formes leur chance, et le goût de vivre aux peintres. À cet instant où le jour est sans ordre notre chair est dans l'air perméable, tout entière au tranchant de la lame. Notre tâche c'est être et voir tout ensemble, de la branche qui a cessé de bouger à la mésange qui la quitte, des nombres sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 20 septembre 2016

BONJOUR

A celui qui a dansé la formeBonjourA celui qui a laissé dans les bras refermésDe l’amourLa place pour penser ensembleBonjourA celui qui rend perceptible le mondeAux aveugles définitifsBonjourEt pour la caresse au ventre durDe la vénus enfin trouvéeBonjourA sa ligne vivante courbéeAu dessin infini de l’homme torturéA son corps qui résisteA ses yeux trop fragilesBonjourAu sourd décidé de chasser les horreursArtiste assassiné par les incompétencesA ses contradictions, ses amours, ses errancesA ses heures du soir où il se sentait bienA... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 20 septembre 2016

AMERIQUE

à Carlos de Radzistky(fragment)Toute mon enfance a rêvé dans les atlas aux cartes hospitalièresJ’y ai imaginé le dernier Mohican près de la case de l’Oncle TomJ’ai vu les placers du Sacramento et les saloons où les femmescrachent par terreEt les cow-boys qui sucent en selle leur dernière goutte de rhumLes chutes du Niagara, les abattoirs de Chicago, le pont suspendude BrooklynLa lune de Chateaubriand sur les forêts bleues du MeschacebéLes visages pâles au crépuscule couleur de crime et d’aubergineLes cliquetis d’éperons quelque part... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,