jeudi 18 mai 2017

UNE JOURNÉE BIEN REMPLIE... Extrait

Beauté, ce grand espace tout noirOù l’homme s’avance les yeux fermésUn bouquet de coquelicots jeté sur l’épauleCe mauvais air qu’on souffle sur les âmesLe bruit des songes qui épouvante le mondeJamais ne me feront oublier, Beauté,Ton regard trop brillant, ta gorge blanche, tes bras.La terre me retient d’une main tremblanteCar la mort est un dur voyage pour l’homme seulQuand Dieu se fait vieuxEt n’est plus fidèle aux rendez-vous qu’il donne.Déjà le radeau de la chance se soulèveLe vent de la chance tourneL’abîme me prend par le bras,... [Lire la suite]

vendredi 14 avril 2017

LES ARMES DE LA GUERISON....Extrait

Insanes histoires de la vie,Toutes voix tuesReste le bruit éternel du sang.Debout sur les désastres des guerresBrillent les vains débris du monde,Le ciel rempli de fantômes d’aurore.Cachée dans les brouillards des villes,La peur fait bouger les engins du rêveUn doigt déchiffre la langue morseDes fièvres profondes,La litanie des oracles perdusTout va se refaire sous nos pasAu seul cri du matinEt les ruines s’illuminer d’aube.Aube, première aube toujours déchirante,Qui construit la journée avec le néant.   . ALBERT AYGUESPARSE ... [Lire la suite]
mercredi 5 avril 2017

ALBERT AYGUESPARSE...Extrait

Rien ne grandit ici qui n’ait le poids de l’ombre.La nuit même se cueille avec des gants de suieEt son bouquet se fane entre les mains des pluiesEt l’on dit que son cœur est plein de graines sombres.Le monde surprenant des bêtes endormiesGlisse dans les chemins et laisse un long remousDe sueur et de lait à la robe des loups.Les pieds dans les cailloux, je t'attends, mon amie.Car sans toi ma journée est perdue et s’en va,Comme tant de journées, se mêler à l’oubli,Si tu lèves le bras, les murailles d’ortiesN’arrêtent plus le sang de... [Lire la suite]
mardi 14 mars 2017

BALLADE

Je retrouve toujours mêlés à la souffranceLe cri mal achevé de notre amour, le goûtDe tes baisers, et comme au ciel de la nuit d’août,La musique des mots s’évade et recommence.Le temps du désespoir n’a fait que rendre viveCette soif que j’avais de l’eau de ton regard,Car pour nous séparer, le sort venait trop tardSi même notre amour est amour fugitive.Le ciel peut refermer sur nous sa main de nues,L’océan nous lier avec ses goémons,Le pain avoir le goût mortel de la ciguëEt les oiseaux mourir dans les cours des prisons,Ton amour est... [Lire la suite]
mercredi 8 mars 2017

LA ROSEE SUR LES MAINS...Extrait

L’automne trempe ses prés dans le rêveet les flammes du paysage se lèvent devant nousà mi-chemin entre les touffes de ronces, les cailloux,les puissances de la solitudedu côté des pommiers en retard sur la nocepressée d’en finiravec cette journée qui remue sous l’empoisune journée de grand ventnue et sèche au milieu des prairies et des fièvresquand passent dans la campagne une haleine de batailleune lumière d’orage qui met tout à l’enversle cœur de la mariée sous le voile couvert de baisersles tristes lessives de la semainel’équilibre... [Lire la suite]
mardi 7 mars 2017

PARIS NAIT DE PARIS

Paris des braseros, Paris des barricades,Paris qui s’émerveille au bout de la journéeQuand l’amour fatigué des rideaux de cretonneRespire à la fenêtre un air de liberté,Paris qui ne dort pas quand le monde sommeille,Paris naît de Paris dans son décor de suie.Sous le vieux ciel rayé par le vent des émeutes,Son grand bûcher troué de rires et de perlesEclaire le sommeil paisible des amants.Les objets oubliés au fond de la campagne,Après le long travail des saisons de soleil,Viennent toucher le coeur endormi de l’enfance,Le bras des... [Lire la suite]
vendredi 3 mars 2017

LA ROSEE SUR LES MAINS...Extrait

Quand il se renverse dans le cielles bras pleins de rumeursnoués au-dessus du rire des graminées,ton beau visage tourné vers les puissances du rêveles joues rougies par l’églantine du plaisirbrille sous la fraîcheur du matin.Une mer respire derrière ton frontnue et tranquille dans l’eau des larmesluisant de l’éclat poudreux d’un trésorle ruissellement de lait de ta gorgece torrent invisible qui meurt sous ta peauet le goût de l’infini humecte tes lèvresglissant d’un mouvement légerpar les chemins du sanggagne avec un bruit d’ailesla... [Lire la suite]
mardi 28 février 2017

A BOUCHE PERDUE

A Rachel   Je voudrais te parler à bouche perdue Comme on parle sans fin dans les rêves, Te parler des derniers jours à vivre Dans la vérité tremblante de l’amour, Te parler de toi, de moi, toujours de toi, De ceux qui vont demeurer après nous, Qui ne connaîtront pas l’odeur de notre monde, Le labyrinthe incertain de nos vies mêlées, Qui ne comprendront rien à nos songes, A nos frayeurs d’enfants égarés dans les guerres. Je voudrais te parler, ma bouche contre ta bouche, Non de ce qui survit ni de ce qui va mourir Avec la... [Lire la suite]
dimanche 31 mars 2013

JE DIS TON NOM

O mon amour, tu existes en moi depuis toujours. Il y eut un temps où je t’aimais et où tu ne m’aimais pas encore, mais ce temps est mort depuis tant d’années que je ne m’en souviens plus. Il y eut un temps où je n’étais que moi-même, mais ce temps est oublié. Il y eut un temps où rien n’existait de ce que nous sommes. Et aujourd’hui, ce temps est effacé où je t’aimais et où tu ne m’aimais pas encore. Je dis ton nom et le monde connaît la beauté du matin. Et pâlissent les aurores qui baignent le front des statues de l’ennui. Je dis ton... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,