jeudi 27 avril 2017

LES INEDITS 12

Près du visage que tu aimes Se trouvent les lucioles Se trouvent les baisers Non encore échangés Se trouve l’argile de l’origine Près du visage que tu aimes Se trouvent les oiseaux Non encore envolés Les secrets non encore dévoilés Se trouve la genèse des arbres Se trouvent les racines D’un amour inouï Et c’est le tien Et c’est le mien Tous les jours A nouveau réinventé Par la force et le lien De l’invisible De l’indicible Garde auprès de toi Le visage que tu aimes Ne sois pas distrait par la foule Garde en toi cet amour Après toutes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 25 avril 2017

LES ECORCES VIVES

Dans le verger des fées. A droite du petit chemin. Sur le toit de mousse. Deux amants reposaient là contre le ventre d’un arbre. Que dire de l’amour ? Que dire du temps ? Il est venu. Somptueusement nu. Elle attendait la vasque de son corps. Deux étoiles sont tombées. Tout près. En plein jour. Ses seins pointent vers le ciel. Sa peau est du miel. Que dire du temps qui les sépare puis les réunit. De nouveau. Et ainsi jusqu’à la fin des temps. Que dire de l’amour qui réunit un versant de l’âme, la petite chapelle. Qui réunit un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 19 décembre 2016

LE SEUL PAYS QUI VEUT BIEN DE MOI

Je retourne au pays des sources avant les noces du chêne, avant l’enfance, avant la nuit. Il y a, sur le bord du chemin de sable, la trace et la trame de toutes les années passées. Et parfois dans le ciel, les étoiles glacées portent un visage, une voix et le manuscrit d’une vie. Je retourne au pays des fées, je vais dormir dans la forêt du milieu avec le petit peuple des légendes. Où vont les années qui passent : dans quel grenier ? Dans quelle mémoire ? Dans quel doux oubli ? Et le grand livre de la vie est toujours ouvert à la page... [Lire la suite]
dimanche 9 octobre 2016

GUISANE...Extrait

La lumière délimite notre présence au monde Sombres, nous sommes pourtant lumineux Ecrire à peine juste pour frôler la peine Sinon la tristesse finirait par se prendre Définitivement au sérieux Comme la truite qui rejoint les eaux profondes Que nous pensions tenir dans nos mains Pêcheurs du poème   .   PATRICK CHEMIN   .     L'Aiguillette, vallée de la Guisane au Lauzet
Posté par emmila à 23:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 1 octobre 2016

LA CHAMBRE OBSTINEE...Extrait

Je serai peut-être vent de cendre dans la Guisane Cette rivière du pays de mon père qui va s'oublier Dans la Durance comme tout oublie toujours tout Et si je suis loin pensez à moi de temps en temps De la même façon Suffisamment Vivant Dans le vieil habit propre sincère de la tendresse Donnez-moi une postérité de proximité de baisers déplacés   .   PATRICK CHEMIN   . La Guisane au Lauzet    
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 9 juin 2016

GUISANE...Extrait

Ecrire, c’est poser sur la mélancolie du miel. C’est placer la ruche de vivre au cœur de l’abeille des jours. Ecrire, c’est se placer sous l’ombre latérale de la lune. Invoquer sa puissance minérale. Partager la ligne inconnue des étoiles avec les fourmis et les passants de l’herbe. Ecrire, c’est dire un monde qui hésitait à naître. Il y a dans chaque ruelle du sens et des fragrances. Ecrire est une femme d’argile. Puissante et visionnaire. Ecrire est un homme d’ambre. Qui dans son silence détient la clef du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 8 août 2015

DIGNITE DU CREPUSCULE

Le silence s’efface lentement sur la terre où nous passons. Il reste l’indulgence et la compassion des forêts. Il reste un arbre tout en haut de cette colline de pardon. Et si nous prions, c’est pour des dieux de terre mais la prière est précaire. Il nous reste l’imaginaire des anges. Cet amour végétal, au plus profond de nous-mêmes, qui pose sa tête sur l’épaule des solitudes. Le silence magnifie les branches et le texte de l’écorce. C’est ta vie que tu versifies dans la pluie traversière. Tu te dois de lui donner la musique la plus... [Lire la suite]
dimanche 12 juillet 2015

GUISANE...Extrait ( Le bonheur des origines )

Je voudrais te dire en un mot comme le ciel semble s’élargir encore quand il contient tout l’amour que je te porte. Je voudrais marcher comme un sage dans la majesté et la solitude du désert pour te dire que chacun des grains de sable contient une infime partie de mon amour pour toi. Je voudrais toucher cette étoile, à qui j’ai donné ton nom, pour te dire que chaque étoile, dans sa danse au travers de l’univers, porte la voyelle des initiales de notre rencontre. Je voudrais traverser la mer avec les oiseaux et toucher les îles... [Lire la suite]
lundi 16 février 2015

PATRICK CHEMIN...Extrait

Ainsi tu veux être une étoile.Il te faut attendre que le peintre finisse la toile du ciel.Tu dormiras longtemps avant.Il y a des retouches sur la gauche du tableau.Du pourpre, du carmin et puis plus rien.La noirceur de la nuit évoque nos profondeursMais toujours le songe élargit l’obscurité.Ainsi tu veux être le jaillissement de la lune.Il te faudra attendre que le musicienTermine la partie des violoncelles dans l’indécision du ciel.Il te faudra attendre l’évidence de ton existenceEt un jet de lumière dans la musique des âmes.Dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 31 janvier 2015

GUISANE...Extrait

.   PATRICK CHEMIN
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,