mercredi 25 février 2009

LES CORPS CONTINUS

Nous ne mettrons pas de point à notre phrase Les mots d’amour sont sans fin L’étreinte est sans temps Juste des roulis de murmures, chute de soupirs et autres preuves d’éternité Des mots comme des billets doux offerts au vent Nous déposerons des virgules sur la page à raconter l’amour Il faut effeuiller du songe les métaphores Enumérer les couleurs des villes Soulever le ciel pour voir d’un peu plus près, la peau d’après Nous ne mettrons pas de point à notre phrase Nous durerons comme durent les oeuvres Nous durerons jusqu’au sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 24 février 2009

LA CARESSE DANSEE

(...) Parce que le geste du peintre est caresse. Forcément. On ne peint pas comme on se bat. On ne peint pas comme on se meurt. C’est un frôlement. Un glissement de peau sur les surfaces du monde. Matière contre matière. Cuir contre cuir. La main effleure le sol des pas. Progresse dans les cendres du jour pour ranimer le foyer d’enfance : cette braise encore chaude sous les rameaux. Mirage. C’est un cri confondu en murmure. Une étreinte enlacée dans un dernier soupir. Couleur : souffle éteint du peintre qui donne à sa main, le désir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,