lundi 4 novembre 2013

OU QUELQUE CHOSE A FREMI

A l’heure où la rage nous quitte on compte sur les fleurs Sauvages sur la braise et le miel pour l’absente annoncée On relit chevilles et poignets sur les vélins de la mémoire Pour se livrer aux délices des images on est dos au soleil Avec du poivre dans les yeux on défait la robe bleu lamé Des vagues à midi pour dessiner les seins de l’amoureuse Eperdue qu’on croyait éternelle on déchire trop de pages Du livre des merveilles de Marco Polo on somnole mains Ouvertes vers le ciel qui attend nos aveux le cœur de jais Brodé de crêpe et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 4 novembre 2013

CET OBSCUR COMME UNE ETREINTE...Extrait

Quelque chose qui semble toujours nous attendre quelque Part et reste toujours caché ce cri étrange solitaire d’avant Le monde comme d’un grand oiseau dans le gris du matin Ce quelque part cet incertain qui est une solitude éternelle Un manteau qui flotte autour du corps et dont on voudrait Se défaire à chaque instant Toute rencontre est une énigme Est un miroir qui nous défait et nous fait ressembler à cela Ces mains enfouies dans la farine du soir quand l’heure est Bleue quand il est temps d’écarter doucement les dentelles De la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 6 septembre 2013

NUDITES...Extrait

Tout s'y lit l'or bleu du désir l'eau qui dort sous Le sable des caresses attendues le frisson du réveil Comme une vague ramène le matin sur la peau On voudrait s'y étendre y mourir à son tour Et la fine rainure qu'on suit avec le pouce De la nuque aux reins comme un poème vertébré Partage l'est du sommeil et l'ouest des plaisirs Quand il est l'heure de lire le menu de la nuit avec les doigts » .   ALAIN DUAULT   .     Oeuvre Vladimir Rozmainsky        
Posté par emmila à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 4 septembre 2013

CE QUI RESTE APRES L'OUBLI

Rien moins que rien c’est ce qui reste après l’oubli L’écume de la vie et la couleur des roses pourquoi Tout a passé si vite sur mes lèvres sur ton sommeil L’oiseau qui paraphe le ciel cassé ne nous apprend Plus rien et nos pas égarés dans la lumière glissent Vers des questions interminables où sommes-nous Avec nous-mêmes J’ai vendu la clé de mes songes Il me reste le bleu de l’aube et le coquelicot de mai Après la saison violente quand le vent a soufflé sur La branche de mon amour quand mes mains gâtées Plus loin que tes épaules de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,