mardi 28 mars 2017

A LA LUMIERE DES LARMES

L'ange de l'épreuve brûle d'abord nos yeux avant d'ouvrir un chemin inconnu devant nous. Oseras-tu avancer? Monte! Egare-toi! Si les mots ont trahi si l 'anneau est brisé si tes larmes sont noyées dans l'eau perdue de la pierre tu peux encore avancer. Monte! Egare-toi! Tous nos cris ont des ailes tous les coeurs trouvent un chemin. . . . ALAIN SUIED . . .      
Posté par emmila à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 19 décembre 2015

SUR LE SEUIL INVISIBLE...Extrait

Dans la vie, dans le mystère limpidetu peux avanceret même au pays des ombrestu peux avancerou retrouver la mélodiebrisée            du vivant.Cela parle au fond de toicomme une source, cela chante.Il faut écouter.Il ne faut pas forcer l'écouteCela écoute aussi.Le poème du vivant.Eclat de lumière.Souffle de voix.Il vibre au diapason de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 20 septembre 2015

LAISSER PARTIR...Extraits

Cela ne revient pas, celane revient jamais, cette illusoire certitude, ce juste équilibrece rêve maternel de complétude : jamais !Cela ne revient pas, celane revient jamais, ce merveilleux miracle, cette fusion unique ce rêve commun et construit : aimer ! Et pourtant, cela nourrit ton cœur en secret.... .   ALAIN SUIED   .   Photographie Kalyn Hawkins            
Posté par emmila à 03:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 20 avril 2013

VERS LE HAUT

Le poème en avant de nous - toujours sedresse, oui, vers le haut. Intuition majeure, éclat de quelques subtile origine, présence incernable? Peut êtreseulement la liberté du sujet, échappant à ladéfinition, ouverte à l'infini des galaxies comme à l'infini de l'instant. Pourquoi sinon le poème parlerait-il à chacunintensément et secrètement - même dans le silence desorganes, même dans la surprise de l'écoute? Matière et voix, travail profond et surgissement nouveau, rêve et volonté, évènement etdurée. Le poème en avant de nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 20 avril 2013

ALAIN SUIED

Ne cherche pas à combler le manque:il te constitue. Ne cherche pas à ignorerle manque: tu le constitues.Etre au monde - voilà ce qui compte et voilà ce qui disparaîtra.Le monde existe quand tu le perds.Ne cherche pas à scruter le vide:il a tes yeux. Ne cherche pas à voilerle vide: tu le constitues.Aimer le monde - voilà ce qui survivra.Le monde répond quand tu l'oublies.   .   ALAIN SUIED   .        
Posté par emmila à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 23 novembre 2012

RESTER HUMAIN...Extrait

(...) Chaque âge, chaque blessure ouvre un secret, révèle un pan invisible de nos vies. Ne juge pas. Écoute. Ne prétends pas savoir. Regarde. Ne te plie pas aux illusions partagées. Vois. Chaque âge a son ombre. Chaque blessure a son fantôme. Avance. Écoute le murmure derrière le cri, regarde le fantôme derrière le rire vois la chair devenir larme et vision et silence. Non, tu ne connaîtras pas la langue du monde. Non, tu ne sauras pas le secret du vivant. Pourtant ta chair parle la même histoire. Pourtant ton coeur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 23 novembre 2012

LES MORTS SONT LEGERS

 « Les morts sont légers  Plus légers que l'air.  C'est nous qui portons  leurs poids à l'épaule. C'est nous qui écoutons leur vraie voix dans nos coeurs. Les morts sont légers  plus légers que le sommeil.  Ils nous parlent en secret dans la langue pure des galaxies. Ils nous tirent vers le haut tandis que l'oubli et la faiblesse nous ramènent vers la terre.  Les morts sont légers  plus légers que le souvenir.  Ils nous parlent en secret  dans la langue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 18 septembre 2012

L'EVEILLEE...Extrait

Qui témoigne pour nos blessures ? C’est par inadvertance que vient l’arbre dans la terre, c’est par jeu que la feuille naît dans l’arbre et nul ne sait pourquoi le vent et la pluie décident soudain de se perdre dans ses branches. Tu pourrais vivre sans savoir mais qui peut vivre sans témoin ? C’est par inadvertance que vient la faim sous la dent, c’est par jeu que la proie devient mâchoire et nul ne sait pourquoi le sang et la blessure décident soudain de hanter les rêves de la terre. Tu pourrais vivre sans savoir mais qui peut... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 12 novembre 2011

L'AMOUR, CE N'EST PAS SEULEMENT AIMER...

L'amour, ce n'est pas seulement aimer C'est être happé soudain par un ange Qui vous élève et vous tire vers le hautComme au-dessus de vous mêmeComme au-delà de votre histoireEt le désir n'est plus le désir Et la pesanteur n'est plus la pesanteur Et l'incertitude n'est plus l'incertitude L'amour ce n'est pas seulement aimer. Être aimé, ce n'est pas seulement l'amour C'est être reconnu soudain par un regardQui vous enveloppe et vous guide vers vous-mêmeComme au-dessus de notre conditionComme au-delà de nos pulsionsEt l'égarement n'est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 18 octobre 2011

ADIEU A ANDRE FRENAUD PAR ALAIN SUIED...Extrait

 À la fin, il faut laisser gagner l'ennemi qui avait pris votre place, qui avait noyé votre regard, qui semblait si familier. Tous les chiffres ont fait un zéro pur. À la fin, il faut laisser gagner la lumière : le feu blanc du réel, la flamme atroce de la destruction, le rouge brasier solaire. Sur l'ardoise du néant, il y a un visage. C'est le visage de tous nos rêves. C'est l'héritage amer de l'absence. C'est la souffrance sans voix de l'enfance. Sur l'ardoise du néant, il y un visage. . ALAIN SUIED .
Posté par emmila à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,