jeudi 15 octobre 2009

AIMER

Longtemps j’ai fait mon miel du néant Comme à la bouche vient l’eau des limbes Certains soirs Comme il est doux de s’éloigner de soi Sans un adieu De quitter ce qui n’a pas clairement de nom Une zone d’avant qui Un no man’s land de quoi Royaume si profond dans une tourbe sombre Avec le sommeil en visiteur confiant        Je ne pensais qu’au peu d’angoisse qui me hante A me savoir fardeau de l’oubli Egal au seul poids de la peau et des os Jusqu’à ton corps sous l’avalanche Jusqu’à tes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 17 août 2009

LA FIANCEE BLEUE...Extrait

La solitude court les chemins du mondepour mettre un météore aux mains des solitairesChant lointainde faim et d'amitié,souffle aventureuxqui lit quelque bonne aventuredans les paumes du vent.../...Chant venude l'écho du silencecomme pierre éblouiequi murmure et qui liele secret au secret.../... .. . ANDRE  VELTER . . . Oeuvre Marc Chagall
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 3 juillet 2009

LA VIE EN DANSANT...Extrait

Tout est départ.Du mouvement il n’y a pas à démordre.Du mouvement dans l’azur ou l’asphalte, les volcans ou les glaces.Le moindre geste a semé des étoiles sur la terre.Qui ne sent la cavalcade, le carnaval, la migration des corps et des pierres ?Le moindre écart a jeté des outrages au ciel.Qui n’accueille les cahots, les blasphèmes, les caresses et les traces ?Le moindre pas a levé d’autres horizons.Qui ne vit d’alertes, de temps anéantis, de souffles brûlants et d’ombres ?Tout est dépense.Tout est désert.Au grand miroir de nos mains... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 26 juin 2009

DU GANGE A ZANZIBAR...Extrait

J'avance au-dedans de moi et me voilà très au delà,déjà largué plus loin que la mémoire, plus loin que ce que je voiscomme un amnésique aux yeux éblouis qui filerait droit en dansantsur la ligne d'infini où la peau et les os s'accordent un vrai baiser de sable.Ce n'est pas rien d'être ce mouvement violent aux lèvres du néant,(...)pas rien d'échapper au corps du grand repos. . .. .ANDRE  VELTER .. .Ouvre de Giorgio de Chirico
Posté par emmila à 22:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 10 juin 2009

L'AMOUR EXTÊME...Extrait

Allié de toujours le soleilme blesse. Trop porté                au triomphe, trop glorieux. Il me jette              dans un jour  qui m'accable.                    Je lève les yeux, m'accroche                      aux nuages qui glissent avec une sorte          ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 3 juin 2009

PAR SON AMOUR, JE VIS

 Par son amour, je vis. Je sais qu’il ne s’est pas perdu Corps et biens dans l’oubli. Je sais Qu’il m’impose une autre vie.     Pas une éternité peut-être   Mais une clairière dans le plein jour, Mais un destin à fleur d’étoile, Mais de la rosée sous les pierres.     Ce n’est que croyance que tout ça, Juste un oracle à la bouche humaine… Connaissez ma passion : Je n’ai jamais autant aimé une femme. . . .   . ANDRE  VELTER   .   .   .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 3 juin 2009

AU PLUS HAUT

Tu me parles de si près que j’entends ce que je veux pas entendre, tu ris à me blesser, tu danses plus loin que l’aube, tu joues éperdument et m’enlaces aux épaules soufflant à mon oreille : Amours, tu dois vivre plus haut… .   . .     ANDRE  VELTER . . .
Posté par emmila à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 26 octobre 2008

TANT DE SOLEILS DANS LE SANG...Extrait

D’un rythme de feuEt de larmesNous avons secoué Le sablier du cielRavivé l'écorce de la terreMis le destin au galopEt sans doute en déroute . . . ANDRE  VELTER . . .
Posté par emmila à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 6 juillet 2008

ANDRE VELTER...

    « Comment jeter un regard neuf dans la tourmente où plus rien ne peut s’égarer ? Poursuivre sans savoir quel seuil a été franchi, ni si le pied a pris appui de l’autre côté du mirage ?    Le crédit du hasard est épuisé. L’aura de la magie s’est éteinte. Je retrouve la voie violente et sage de l’illumination, quand l’expérience est un corps de lumière qui traverse la glace et les pierres, les visages, les cendres et jusqu’à la ferveur et le feu. » . ANDRE  VELTER .
Posté par emmila à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]