mardi 7 octobre 2014

IL Y A DE L'INNOCENCE DANS L'AIR...Extrait

Sortilèges, calligrammes du vent Revenir de l'enfance mal léchéeque taquinent les carreaux de chocolatdans le garde-manger Basculer sous l'échelle de verredu rendez-vous d'avant-hier aux lèvres humides. Garder l'empreinte de la limailleen marge de l'agenda bleuté du savant. De bord à bord, en herbes d'Aladin, joindreles pensées digitales. Dessiner dans les draps ouvertsla bienvenue du pays d'encastre. Chanter en bulles de savonle fameux air du point de fuite. Rire toujoursparmi les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 25 décembre 2012

LA TERRE ACCOISEE...Extrait

Souffles du froid, l’arcane immobile des arbres et cent rires de traverse courant sous les ponts en lumière, ou bien seul avec rien que l’âme légère, désembuée. Un enfant vous fait signe d’aller. Et que soit sur la terre Noël hors des ressentiments et hontes, pour vous, piétons traçant pour nulle part mais ensemble, avec rien que ces pas mêlés de neige qui racontent, tout au désir de naître, votre ciel retrouvé. Piétons libres de cœur.   DOMINIQUE  SORRENTE      
Posté par emmila à 10:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 20 décembre 2012

LA TERRE ACCOISEE...Extrait

 Seule avec tous, sans mot d’ordre, elle se hâte en héritière de nos traces, noyau gonflé de miel. Sur les barres de fer du futur, de ses pieds libres et soulagés elle danse. Parfois elle s’amuse à ne plus du tout parler sur nos lèvres. Avec le quotidien qu’elle sculpte en son corps, elle fait silence. Silence à la nuit rousse des collines, dans les prémices de l’éclair. Et puis un jour, vous la voyez vraiment. Interminable et fugitive, c’est elle, l’abeille enceinte de l’été. . DOMINIQUE SORRENTE .      
Posté par emmila à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 11 novembre 2012

CHANSON POUR L'ETRANGER

Il a toujours une frontière à donner,un oiseau pour s’enfuir au réveil,un mal d’étoilesqui se nourrit de fées. Il voyage. La multitudele remplit,le papillon mourant l’appelle. Il voyagedans la sympathie des ailes. Il sait espérer d’un ruisseausous l’automne aux feuilles noires. Tout à la fin,il te donnera en filonson corps qui est cocagne. . DOMINIQUE SORRENTE .    
dimanche 11 novembre 2012

HEUREUX LES ENFANTS DE NEIGE QUI SE SONT FAITS BONHOMMES...

 A l’angle mort des lumières, ils sifflent de l’un à l’autrepour une branche où se dessine un bras,deux gros cailloux pour voir de leurs seuls yeux,une écorce qui se fera chapeau. À l’éclaircie de quelques mots,vous les mettez à découvert, enfants prodiguesqui ne veulent plus repartir,tant que le jour n’aura pas fondu tout entiersur leurs mains. Alors, et sans attendre, connaissant déjà toutdu temps inculte ou disloqué,ils signent le moment fantasquequi les a mis au monde. .   DOMINIQUE SORRENTE poème extrait de Le dit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 14 mai 2012

C'EST BIEN ICI LA TERRE...Extrait

« Il y a un matin où les grands ciels sont faits pour nous,   où les cailloux avancent avec nos marches,   où se disperse sans regret ce qu’on ne saura jamais.   Rien n’effraie plus les souffles qui respirent en passant.   Écoute : les routes tremblent, même pour les chercheurs d’or, nos défaites ont faim de nous plus que nous le croyons, mais sur ton cou, les colliers se changent un à un, pour annoncer le jour qui vient, le jour qui  tourbillonne,   et ton rire lance sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 1 mai 2012

PAYS SOUS LES CONTINENTS...Extrait

Seul, ce pourrait être cette pierre à partage. Le souffle du non-retour du vent, le premier logement du soleil au sommet, à rendre rose la montagne. Ou bien seul, la transparence d’un pas perdu, gagné, tout blanc sur noir comme une voyelle intermittente. . DOMINIQUE SORRENTE . Oeuvre Alain Thomas
Posté par emmila à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 3 novembre 2011

LÀ OÙ SÉJOURNENT D’INFINIS PAYSAGES

Au commencement est le silence de l’épaule et l’ombre du cou plane sur elle. Puis vient le sein à la fleur d’amandier pour y boire et le creux du nombril pour y dormir.  Au commencement est la hanche qui sait faire  balancer les regards et encore le genou au rêve danseur, et la plante du pied docile pour éprouver les massages du temps.   Puis un sourire invente les lèvres à peine ouvertes, et la courbure du dos, vêtue d’onguents et d’aromates,  s’allonge   contre la terre ferme, et les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,