samedi 9 novembre 2019

PARABOLE DE LA MER

... Je vous écris de la mer qui semble une peau écorchéeJe vous écris d’un squelette de noyéJe vous écris d’un tonneau de salaisonJe vous écris d’un grand voyage au fond des calesJe vous écris d’un exode pourchassé de requinsJe vous écris du galop de l’étalon et de la requête du pur-sangJe vous écris du lustre des luciolesJe vous écris des hautes dunes de la merJe vous écris de l’exclamation de l’homme, de la tempête aux doigts de fouet, de l’embryon qui se dilate, du placenta qui engraisse l’arbreJe vous écris l’offense et la bonne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 24 octobre 2019

SOLO D'ÎLES

  La mer est une guitare qui pleureL’histoire des hommesA même les brisantsElle remue son chant foudroyéAu bord de la mémoireEt nous nous souvenonsD’où nous sommes partisComme des orphelinsNous habitons désormais le selUne terre saléeUne salaison d’îles prophétiquesIl faut oublier la douleur du départLes bateaux négriersLa porte du non retourRecoudre la peau de la merEt inventer l’arrivéeAvec aux yeux un arc-en-cielAvec aux mains l’imaginaire des lendemainsLa Caraïbe ne s’est jamais donnéeSonge plurielElle appartient à ceux qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 25 septembre 2019

ERNEST PEPIN ... Extrait

Bon anniversaire, Ernest Pépin...     ..."Femme d'embruns brûlésEt de bourgeons d' étoileQui crayonne les cyclonesLa monture des maréesEt par la ravine chaude ou sommeille ta chaleurRedonne au monde le bel incendieLa première étincelleLa parole inconsolée des mythes"     .     ERNEST PEPIN     .     https://www.facebook.com/EGBodypaintingFestival/?eid=ARD7x9nAhY69fqecHiyRyRIZ6J_pQ2yVpwPTQxfrYZYDE_hyPuY9at40asXss32DSJyXqsjGXPtFl8km&fref=tag
Posté par emmila à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 14 juillet 2019

UN TOUT PETIT POEME

  Je n’ai à t’offrir qu’un tout petit poèmeFait avec les haillons de la vieLes boutures ratées de la chanceLes miettes du bonheurC’est un petit poème errant à la dériveBalloté par les vagues de l’espoirTorturé par les vents de l’amourUn poème en chienUn poème de rienUn poème vagabondSans prétentionSans considérationUn poème qui aboie par la queueAutant dire un poème marronUn poème mendiant les mots dans les poubellesPoème à quatre pattesQue nul rêve n’a pu apprivoiserEt qui va tout seulDe déboires en déboiresAllumer les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 3 avril 2019

DECLARATION

  Par la montagne bleueQui frissonne d’émotionPar le gommier rougeQui incendie les boisPar le sang des ancêtresQue promène la merJe t’aime Mon amourNe crois pas que je mensJ’ai pour toiLa tendresse des cannes où se lève mon histoireL’audace de la vague qu’épouse un rivage Le miroir oublié par les temps Ne crois pas que je mensLes vents n’ont pas dit autre choseAu moulin où tourne mon cœurAu rêve qui emprunte ta voixAu berceau fou de nos corpsJe suis ce que tu veuxQuand tu le veuxUn pays en pâtureUne jachère qui se meurtOu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 3 mars 2019

ERNEST PEPIN...Extrait

Nous ne sommes pas venus en avionNi en bateau de croisièresNous sommes venus traînés par la houleHappés par les gouffresNous sommes venus comme des marchandisesDu bétail ou des machines humainesLes vagues et le vent escortaient notre douleurEt les requins voraces festoyaientEn goûtant notre chairNous avons tout oubliéLes rois et les dieuxMais nous n’avons pas oublié l’AfriqueEt depuis nous reconstruisons l’AfriqueNotre musique vient de l’AfriqueNotre cuisine vient de l’AfriqueTout l’humain en nous rappelle l’AfriqueL’Afrique... [Lire la suite]

mercredi 13 février 2019

ERNEST PEPIN...EXTRAIT

Le beau songe qui s’éparpilleDans l’arc-en-ciel des ansA tire d’aile s’envole en reliant nos viesEt nous voilàArchet et violon d’un orchestre sublimeQu’on appelle l’amourQuand nous frôle la douceurDes souvenirs endormisSous nos paupières fragilesD’avoir pu exister et entrevoirCette lumière bénie par le tempsEt qui nous gratifie de blessures inconsoléesNous voilàEcorce des choses neuvesFiers d’offrir au jourSa part de tendresseCri muet d’un éclairQue le toujours du toujours foudroieAu point de chavirer nos chairs Ivresse des... [Lire la suite]
jeudi 7 février 2019

ERNEST PEPIN...Extrait

Je vis soudé à mon poèmeBuvard qui absorbe mes émotionsQuand elles débordent du litDe la vieEt dans les pages que j’écrisJe capte toutes les lucioles du mondeBaisers de feuSur les lèvres intranquilles du réelEt l’univers m’accueilleComme un enfant nouveau-néCouvert de motsDe peur De colèreMais aussi d’un collier d’amourQue je porte toujours au couPour conjurer ma vieJe suis mon propre poème qui vaComme un torrentInvente sa merComme un éclairVomit sa lumièreA pas d’homme désarméVers l’innocence de son paysCe drapeau d’humanitéQue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 5 décembre 2018

REVOLUTION

Assez D’instinct je dis assez A tout ce qui bourdonne dans ma tête A tout ressac A toute marée A toute sieste de la justice Et à toute cicatrice qui me lie aux révoltes du monde Nous sommes dans l’antichambre des humains Et le crime continue Le ciel se décolore Nos voix piétinent toute tendresse fausse Piétinent les frontières Grattent l’obscurité où flambent les suppliciés Assez La douleur nous épingle Nous empaille Nous lape Broie les os même du malheur Et tout le monde sait que ce monde est trop lourd Que la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 29 août 2018

BABIL DU SONGER...Extrait

Un oiseau passe éclair de plumesDans le courrier du crépusculeVa vole et dis-leur ! Dis leur que tu viens d’un paysFormé dans une poignée de mainsUn pays simple comme bonjourOù les nuits chantentPour conjurer la peur des lendemains Dis-leurQue nous sommes une bouchéeRépartie sur sept îlesComme les sept couleurs de la semaineMais que jamais ne vientLe dimanche de nous-mêmes Dis leur que les maréesOuvrent la serrure de nos mémoiresQue parfois le passé soufflePour attiser nos flammesCar un peuple qui oublieNe connaît plus la couleur... [Lire la suite]