vendredi 16 juin 2017

LETTRE A UNE POETE

Je t’envoie une lettre Que l’écume des mers a brodé Une lettre souveraine Née des racines du cœur Et de la parure de ton regard de femme Une lettre titubante Qui s’accroche à nos souvenirs Enorme coulée du vivre Quand le vivre se fait chair de lumière D’errance en errance Jusqu’au coquillage premier Qui chante dans tes yeux Là où je ne suis pas Dans l’allaitement des étoiles Je t’envoie une lettre écrite sur un papier cadeau Ou sur les nuits blanches quand tes lèvres s’exilent Un seul amour l’habite Au carrefour de nous-mêmes Une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

mercredi 8 mars 2017

HOMMAGE A MAYA ANGELOU

 Je suis femme par les deux plateaux de mes mains Comme deux générosités ouvertes Je suis femme par la savane brûlée de mes yeux Et par le bouclier de mon front  derrière lequel luttent mes pensées et mes rêves Je suis femme par l’audace de mes lèvres où viennent pondre les baisers Je suis femme par l’écho de mon prénom qui roule dans les vallées de la vie Je suis femme par l’étreinte de mes bras autour du soleil Je suis femme par le berceau de mon ventre Je suis femme par la poulie de mes hanches où remonte l’eau... [Lire la suite]
mercredi 15 février 2017

IL Y A AU BOUT DU MONDE UNE PAROLE

Alerte Il y a au bout du monde  une parole Qui éclot dans la tendresse Les mots appellent les mots par delà l’océan Et répondent aux chercheurs de trésor D’étranges magiciens maîtres des formules S’emparent de la fleur ouverte des étoiles Le monde s’arrondit au cercle de tes lèvres Ton visage surgit comme l’éclair Il est temps de respirer l’orage au fond de l’auberge Il est temps d’apprivoiser les grains de la beauté Les feuilles se taisent et s’enroulent comme des parchemins Elles ont beau tirer la langue La phrase... [Lire la suite]
dimanche 25 décembre 2016

LA SUEUR DU RÊVE

 Noël scintille dans l’arbre aux rêves Un enfant regarde le monde Et le monde le regarde fixement Sans ciller Sans honte Les malheureux sont plus nombreux que les guirlandes Et il est des vies qui ne sont pas des cadeaux Alors l’enfant ferme les yeux du monde Il voit Un autre monde derrière les dunes du rêve Il s’imagine que les hommes sont humains Il s’imagine que la terre est une toupie Il s’imagine que la guerre est en déroute Que la paix a mis son manteau d’amour Il s’imagine Un monde qui sourit au bonheur Il... [Lire la suite]
vendredi 23 décembre 2016

QUE LA VIE ME PARDONNE

La vie est une orange mûre et bigarrée Un présent que l’on ne finit pas d’ouvrir Une mémoire d’autres vies Une enfance qui  tourbillonne vers sa lumière J’ai habité un nuage Et j’ai tellement voyagé que j’ai avalé le noyau du monde Je n’avais que mon cœur pour monture J’ai pansé le soleil Rendu hommage aux femmes nues La vie m’a toujours tout donné Des pépites d’amour Des cimetières de rêves Des sanglots Des naufrages Et des torrents de rires Ainsi soit-elle Ma parole a usé les miracles Elle a aussi recyclé les... [Lire la suite]
mardi 13 décembre 2016

ERNEST PEPIN...Extrait

Irons-nous Pays frileux Au bord des fraternités Vrai cœur recousu de la mer Au hasard L’irrémédiable en nous L’atroce traversée de la fosse en nous Au hasard Le neuf galop d’une île qui cherche Se cherche Au hasard D’un feu de camp D’un boucan de soleil Coupable de quoi Je demande au remords Aux souvenirs hantés Au pays à venir Et que façonne la belle espérance Visage dû Ile tue Le ciel ne s’en est pas allé Il est en nous Irons-nous jusque là Aux dernières nouvelles Tout est en nous Tout est à nous   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 4 novembre 2016

PROPHETIE

Moi démineur des vents Homme des mille chemins de l’homme Et des mille carrefours Je joue à vivre sur la marelle d’une île Mon sang éteint la nuit qui se rebelle En une seule violence d’abeilles descellées J’écorche patiemment la nuit Rêve à rêve Et  je recommence avec toi la naissance du monde J’aurais payé comptant l’oiseau levé dans L’aiguille du jour Et qui brode tes yeux d’araignée fabuleuse Moi démineur des vents J’ai pris racine dans la flambée des lèvres J’ai jeté l’ancre J’ai pavoisé la route de soleils... [Lire la suite]
samedi 7 novembre 2015

ERNEST PEPIN

 "J’ai ouvert toutes les portesToutes les fenêtresPour que l’amour prenne ses aisesComme une brise du soirQui ouvre sur ta peau un trop-plein de caressesJ’ai ouvert la porte à grands battantsA grand balanPour accueillir tous les mots bleusSur l’aile de ma mémoireLa sève d’un crépusculeEt l’éclat triomphant du matinTous les mots qui saupoudrent le rêve brûlant de l’alphabetLes mots qui parlent tout basEt les mots qui crient la beauté du mondeJ’ai ouvert la portePas de barrièrePas de frontièrePour faire circuler l’audace de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 14 septembre 2015

VOUS DE LA SYRIE...

Dédiée à Maram Al Masri   Vous de la Syrie Vous qui élevez haut les arbres de la liberté Vous que les matins fusillent sans sourciller Sans se soucier d’épargner vos genoux Je vous tiens la main Parce que la main de l’homme vaut l’homme Vous qui apprenez la douleur des précipices La terreur des chars L’enfant incrédule  devant le silence Vous qui saignez du sang des humains Je vous tends la main Car une main peut être une feuille de justice Vous dont le soleil pleure Au midi de la mort Vous dont les murs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 9 mai 2015

NOUS SOMMES LA PREUVE VIVANTE D'UN CAUCHEMAR CONVERTI EN LUMIERE

Mesdames, Messieurs,   Il est des mots que l’histoire a blessés et dont le sang ne coagule jamais. Des mots de plaie vive qui suinte d’amertume et que ravive la conscience du toujours et du jamais. Des mots d’eau salée qui ont poussé à l’ombre de l’arbre du non-retour. Des mots sombres comme les cales des bateaux négriers. Des mots couleur de peau, au plus noir du désastre, quand s’effondrent les dieux et que la langue déparle. Des mots qui sont des cris que dévorent les îles et des chants resurgis au blues des plantations.... [Lire la suite]