vendredi 2 juin 2017

PIERRE NOIRE, SANGUINE ET PASTEL

Je t'ai tutoyée, tout de suite. Depuis notre brève rencontre, il y a trois semaines au musée des Beaux-Arts de Besançon, je ne te quitte plus.     On ne devine qu'un fragment de ton épaule, dépassant d'un carré d'étoffe. Tu sembles si pudique, si jeune encore. Cependant ton visage, bien que détourné, s'offre sans réserve. Donné à son intériorité. Et le peintre à son tour a voulu rendre ce miracle de transparence.     Je te rencontre quatre siècles plus tard.   M'aideras-tu à comprendre le passage... [Lire la suite]

mardi 15 novembre 2016

FRANCOISE ASCAL...Extrait

Si le monde est en sang, en chaos, en violence toujours renouvelée, si le sens bégaye, faut-il à notre tour bégayer ? Dresser un miroir sur nos seuls faillites ? Abandonner à eux-mêmes les éclats de lumière, fragiles comme nos abeilles en voie de disparition?   .    FRANCOISE ASCAL   .   Oeuvre ?
Posté par emmila à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 22 août 2016

DES VOIX DANS L'OBSCUR...Extrait

        Humanité un drôle de mot Humanité sac de misérables créatures jetées entre ciel et terre frères            sœurs de poussière humanité visages éblouissants désirs tendresses meurtres argile modelée            brisée molécules jointes disjointes qui vous fabriquent du Je du Tu du Nous à n'en plus finir            humanité à foison j'y macère... [Lire la suite]
dimanche 10 juillet 2016

UN AUTOMNE SUR LA COLLINE...Extrait

Comment cultiver la mémoire essentielle sans se plomber les ailes ? Prendre un nouvel élan sans cogner aux vitres ? Comment ne pas s'engager dans une course d'animal affolé, tout en zigzags, en labyrinthes, en retour sur soi, en trou final, piège à rats, fosse commune ? Comment remmailler le monde ? Recoudre obstinément l'étoffe déchirée ? Comment déposer garder entretenir oublier se souvenir ? Comment élargir les seuils, repousser les murs intimes ? Comment s'alléger pour le prochain départ ? Ne pas peser plus lourd qu'une... [Lire la suite]
mercredi 9 avril 2014

NOIR-RACINE

Cela commence toujours par un mélange de noir et d’odeur.   On ne baisse pas la tête pour franchir le seuil. On appartient au monde de l’enfance. Les adultes, eux, courbent leurs épaules au passage.   *   D’abord, on est aveugle. Le soleil tape trop fort dehors, les ouvertures sont minuscules dedans. On tâte du pied les grandes dalles du sol, irrégulières, toujours un peu humides malgré juillet. Ici, tout est mouillé. Les murs suintent, des fleurs d’écume y naissent qui s’effritent entre les doigts. L’odeur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 9 avril 2014

ISSUES...Extrait

Au bord de quelque chose, toujours. Dans l’insécurité native. Au bord d’une compréhension. Ou d’une décision définitive. Au bord d’une imminence. Un franchissement de col, à partir duquel tout pourrait s’inverser, la vision s’agrandir, le souffle s’apaiser. Ne plus avoir à haleter pour atteindre le sommet, jouir du paysage en amorçant la descente, laisser aller un pied après l’autre sur le sentier accueillant, celui qu’on sait rejoindre le havre, là-bas au creux de la vallée, ardemment pressenti depuis l’autre versant. Mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 15 juin 2013

SI SEULEMENT...Extrait

sous le masqueun autre masqueplus fragile plus blancpeau toujours plus fineplus transparenteen voie d'effacementmue de chrysalidepour quelle naissanceimprobable ?au creux du sommeilneige et nuitrecousent mes paupièresneige et nuitlangent mon corpsde fines bandelettesd'éternitéchaque éveil est un exil   .   FRANCOISE ASCAL   .      
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 6 janvier 2013

A CIEL OUVERT ...Extrait

Fragments de proses rêvant de souffle, vous êtes d'aimables petits morts sagement rangés sous votre chemise cartonnée. Je vous palpe, vous soupèse, vous dégraisse, vous maquille : toilette pour la morgue. Jamais le vent ne vous fera frémir. Et si la rage au coeur je vous malmène, aucune lettre pour me crever les yeux. Sans mots pourtant pas de salut. Le muet qui m'habite veut ma peau. . FRANCOISE  ASCAL   .  
Posté par emmila à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 15 novembre 2012

ISSUES...Extrait

Et dire qu’il faudra quitter ce berceau de lumière... ce suspens ... ce maintenant de toujours, retrouvé chaque soir à l’heure où le soleil penche, là-bas vers l’ouest, répandant en ondes généreuses ses dernières vagues sur le noyer amical, ouvert, paisiblement ouvert à l’est du jardin, tandis que les vrilles de la glycine se courbent un peu plus, comme pour boire la fraîcheur qui monte de la terre. “Doux royaume de la terre” ...disais-tu, à l’instant de disparaître. Doux royaume tracé par l’aile du martinet haut dans le ciel,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 15 novembre 2012

MEMOIRE QUI TUE....

Mémoire qui tue...mémoire qui étouffe à petit feu..”. Excès de déchets organiques, pourriture lente formant vase au fond du cœur. Et l’on suffoque, et l’on s’égare à vouloir trouver le chemin inédit, le sans-trace, le non-balisé par les ancêtres, par la forge du temps, par la puissance de l’Histoire ou la pression des événements, même futiles, même anodins, même attendus. Sortir. Out. Sortir. Out. EXIT. SORTIR. ANY WHERE OUT OF THE WORLD. Trouver la passe, trouver l’issue, trouver la fente la faille la fêlure la fenêtre la face ou la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,