vendredi 7 juillet 2017

SEJOURS...Extrait

Neige Attente évacuée - Ciel plus lourd que la ville même - Le centre du jardin Coïncide avec celui de mon silence Nous habitons cet œil immense La chose tangue Et tout à coup dans le soir qui commence Devient sensible Qu'il faut un centre pour aimer Un centre rejoint l'autre Lent sourire invisible de notre gravité   .     GABRIELLE ALTHEN     .  
Posté par emmila à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 14 février 2016

GABRIELLE ALTHEN

L'homme a agrippé la femme Et la femme murmure "Ne t'écartes pas, nous tombons Tu vois, c'est un beau voyage dans le vent de la chute Et c'est si beau Le vent s'enchante Dans la maison trop claire qui tient sa paume ouverte Comme une plaine Sans turbulence malgré le vent" Tous deux s'épousent et le moment ne tombe pas La femme ne sait pas où ils vont L'homme croit peut-être le savoir Elle ferme simplement les yeux Pour mieux sentir son cœur qui navigue vers lui Et les vergers font des étoiles On voit le vent qui s'énamoure Et qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 9 septembre 2013

COEUR FONDATEUR...Extrait

 Et toujours cette dure fatigueDes jours pliés contre les joursEt le matin tous les matinsLes tilleuls saturés de feuillesObstruent chaque fenêtre devant chaque penséeQuand pèse l'absence de lumièreTu ranges les objetsLe long des quatre mursTu as aussi rangé des évènementsAux quatre coins de ta mémoireSi une écharde te demeureElle ressemble à un phareForgeron sans un pleur qui forges ton amourTu te crois séparé de l'amourAvec effort tu relèves la têteEt regardes si dans le temps pauvrePasse un oiseau désertEt derrière les... [Lire la suite]
vendredi 6 septembre 2013

NORIA...Extrait

Et d’un bleu sans archives, antérieur au toucher,Conserver la mémoire, la mémoire du regard,La pure mémoire de croire…Et, au-delà des mûres sèches de nos doigts,Reconnaître l’épure mise à nu de ce ciel,Une ligne d’étreinte haute et mauve sur l’abîmeOù un château de roche debout sur le couchant,Enfance capitale, diapason de l’instant,Accorde le présent….Et quand le vent limpide balaye les pins de la mémoire,Comme un rebord au jour, retrouver la démesure,La sauvegarde crénelée devant le vide suave,Ou bien, moins jeune parmi nous,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 6 septembre 2013

NORIA...Extrait

 Au point le plus aigu du jour, le silence nomme l’âme notre sœur indulgente, et, par cette fêlure, nous prenons vue sur nos foules intimes. Ainsi, parfois, la mer se nomme absence ou fleur inoffensive, et couvrirait ses monstres…. Et lorsque ta pâleur voulut parler d’extase et de démences, nous sûmes que nous pouvions durer sur le sentier, près d’une odeur de menthes fissurées par le soir, aux deux bouts de l’improbable rencontre...   .   GABRIELLE ALTHEN   .   Photographie Murad Osman   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 24 juin 2013

GABRIELLE ALTHEN

La joie comme un nœud sur le vent Le ciel pour fleur qui ne se peut couper Dans le feu s'ouvrent des portes d'air Plus bas crissent toujours les graviers de la route Et te voilà les mains qui rêvent Et c'est le vent encore qui chasse aux marges du voyage   .   GABRIELLE ATHEN   .                
Posté par emmila à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 17 mars 2013

LA GARE VIERGE

Tu cherches des yeux qui reportent le temps Des yeux qui ont touché le temps Des yeux qui remisent la crise Des yeux dans l’heure glauque qui avancent vers nous L’aube dort sur la gare difficile Ma gare est sans départ… La solitude est une vitre Est-ce que des anges vont sur ce rempart ? - Tu me regardes, ô vie, je te regarde - Et à nouveau je sais un peu le temps Qui se reporte et nous regarde Le jour et la maison plus souples Et la mer à côté qui attend Je sais aussi le pointillé des larmes de la pluie Qui visitent ma vitre Un ange... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 22 janvier 2013

VIE SAXIFRAGE...Extrait

Entre les doigts de mots si clairsQue la légèreté passe au traversDes traces de sourires affleurentDes perdrix courent entre les oliviersTu as fini par cesser de pleurerBien que de vieux sanglots te soulèvent parfoisrange tes épaules dans le calmeet qu'importe que te manque une étraveÀ l'heure où tout devient regardCette beauté n'est pas province arable .   GABRIELLE ALTHEN   .      
Posté par emmila à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 5 octobre 2012

GABRIELLE ALTHEN

La poésie est comme l'amour. La comparaison que j'ai derrière la tête tient à ce qu'ils font tous deux comme des saumons : ils remontent les courants (Oh! la belle et vive métaphore!). Autant dire qu'ils vont à contre-courant. Quand on est privé d'amour, pas d'autre remède que de prendre l'initiative d'aimer. Quand l'expérience est morne, le poème peut la porter à la lumière par les mots par lesquels il la nomme.A la lumière. Je n'ai pas dit à l'incandescence, alors que j'ai manifestement un goût pour elle. Non, cette fois me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 3 septembre 2012

SANS ESCLAVAGE

 Ulysse dans la mer des visagesDans la mer des écueils dans la mer de la peineMon frère dans le mal des épavesLa peur chantant parmi les incidentsEt mes doigts à tâtons autour de la tiédeurJ’ai rampé sur les échelles de la chairUlysse frère et prochain mon semblableEntre deux cris d’oiseaux Apprends-moi la présence parmi ceux qui se noientNos mains sont pleines de la rumeur des lèvresNos mains pleines aussi du silence qui mange entre nos yeux Nos mains vivantes sur les ondesNos mains cherchant la vie sur les visagesEt la mer tend... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,