vendredi 16 avril 2010

NULLE AUTRE LAMPE QUE LA VOIX...Extrait

 Toute saison porte sa rosée, sa note vive et son long vol de ciels cendrés. Ainsi, cher Pierre Gabriel, rien n'altérait votre questionnement : ni ce trop plein de larmes blanches, de sources blessées, ni la nuit essentielle où tant d'étoiles vrillent, où tant d'atomes veillent au lucernaire du poème. .   GILLES  BAUDRY .
Posté par emmila à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 24 mars 2010

PRESENT INTERIEUR...Extrait

Etrange. Tu as beau faire c’est toujours par le milieu que la Bible s’entrouvre sur un épithalame. Entre tes mains le cœur du Livre bat, énorme, et la voix cristalline qui s’élève est celle de la Sulamite : « Avez-vous vu celui que mon cœur aime. » A la question inapaisée qui te harcèle, en vain tu cherches autour de toi une réponse d’amoureux. Relisant de plus près, tu entrevois soudain dans le point d’interrogation la forme d’une clé qui chante et tourne dans ton cœur son rêve de serrure..GILLES  BAUDRY. .
Posté par emmila à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 24 mars 2010

VERSANTS DU SECRET...Extrait

Qui ne cherche l’étoile s’étiole mais toi par nuit noir ou d’épiphanie à travers les persiennes sous l’éclat du réel   dans des gestes d’aurore dans les appels muets   dans les méandres des aveux des souvenirs en tout reflet, en tout écho lointain derrière les rumeurs, les apparences partout tu cherches obstinément   la note bleue grave et profonde celle qui porte celle d’où naissent toutes les harmoniques d’une destinée.. GILLES BAUDRY . . Oeuvre  Raymond  Berthelet
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 1 juin 2009

INVISIBLE ORDINAIRE....Extrait

Nos passeraient plus purss'ils avaient la lenteur de la sèveet notre sangbattrait à l'unissonde la forêtChaque matinpourrait tenirles promesses de la première page.GILLES  BAUDRY . . Oeuvre  de He Yifu
Posté par emmila à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,