dimanche 19 mars 2017

JOË BOUSQUET...Extrait

Vois la brûlure que fait en ce monde l'instant d'avant les choses tu es la pensée de cet instant et sa chair hélas Il n'y aura plus jamais de place entre toi et la folie de l'oubli et la folie de toutes les flammes Courage va tu as planté la hache les heures sont tes prisonnières déjà quand c'est le soir et que l'air change de couleur tu regardes en te penchant à droite à gauche comme un piéton à travers les arbres d'un pays inconnu tu fais tourner les yeux avec les derniers feux du jour tu marches tantôt doucement tantôt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 2 octobre 2016

JOE BOUSQUET

(...) Le vent pleurait les oiseaux de passage Berçant les mers sur ses ailes de sel Je prends l'étoile avec un beau nuage Quand la page blanche a bu tout le ciel   .   JOË BOUSQUET   .   Oeuvre Gilles Joseph Berger
Posté par emmila à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 11 août 2016

LE MENEUR DE LUNE...Extrait

Ma faute serait de croire que ce que je possède m'appartient. Tout ce que je suis m'est donné dans un miroir et est bel et bien tel que je le vois, mais, seul réel, me force à ne toucher de lui qu'une image. C'est que la mort est en moi. Qu'elle m'emporte si je n'accepte pas de l'épouser. Quand je touche un objet, elle abrite mes regards de la main pour me permettre de le voir.   L'être est indivisible. A prétendre qu'un être est, on lui donne pour contenu tout ce dont on conçoit l'existence. Mais comment dire cela de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 31 octobre 2015

CLOCHES

J’ai quitté mon nid de pierresSur un bel oiseau d’airainVos douleurs me sont légèresJe suis la mort des marinsJ’apprends la tendresse aux hommesQue j’étreins sans les briserJe suis l’amour d’un fantômeQue se souvient d’un baiserL’hiver conduit mon cortègeEt pour singer ses façonsJ’ai mis ma robe de neigeJe suis la mort des chansonsLes cœurs d’amants pour nous suivreÔtant leurs manteaux de roisPrennent des robes de givreLes morts habitent le froidDans un haut grenier de pierresOù la lune nous attendAu galant que je préfèreJe souris... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 19 juin 2015

JOE BOUSQUET

"Écoute ce que tu dis, il y a une oreille dans tes paroles, fais que cette oreille entende  battre ton cœur.Si tu ne choisis pas ta vie, le choix se fera sans toi, par un chemin taillé à même ta chair.Comme un astre ensoleillé qui te tienne cependant sous son ombre, comme une constellation qu'un feuillage s'attache comme une grappe lumineuse, le fait brûlant se confond mensongèrement à toi qui en restes le parasite. Tu éteins en toi le sentiment de la vie, te mutiles en le mutilant. Emploie ta vie à élever le ciel sur le fait... [Lire la suite]
lundi 18 mars 2013

LA CONNAISSANCE DU SOIR...Extrait

 Vois la brûlure que fait en ce monde l'instant d'avant les choses tu es la pensée de cet instant et sa chair hélas Il n'y aura plus jamais de place entre toi et la folie de l'oubli et la folie de toutes les flammes Courage va tu as planté la hache les heures sont tes prisonnières déjà quand c'est le soir et que l'air change de couleur tu regardes en te penchant à droite à gauche comme un piéton à travers les arbres d'un pays inconnu tu fais tourner les yeux avec les derniers feux du jour tu marches tantôt doucement tantôt vite... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 14 décembre 2012

L'OMBRE SOEUR

Entre à la nuit sans rivages Si tu n'es toi qu'en passant L'oubli d'où rien n'est absent   Ton silence né d'une ombre Qui l'accroît de tout le ciel Eclôt l'amour où tu sombres Aux bras d'un double éternel   Et t'annulant sous ses voiles Pris à la nuit d'une fleur Donne des yeux à l'étoile Dont ton fantôme est le coeur. . JOË BOUSQUET   .    
Posté par emmila à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 4 octobre 2012

LE MENEUR DE LUNE...Extrait

Quand il connut sa vocation il comprit qu'il était poète, pour penser aussitôt qu'il n'avait plus l'âge de la poésie. (….) «  Je ne suis pas l'enfant, se dit-il, je suis le frère de ce qui est, je suis l'incarnation d'une fatalité dont la vie est la forme sensible... » Le poète n'a pas d'âge; il naît... Voix des mers dans une nuit si claire qu'il n'est de bonheur qu'en ce qui dit souviens-toi ! Roucoulements dans le clair de lune dressé sur les pierres, face à l'étang, face à la mer plus loin, face aux yeux clairs du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 1 septembre 2012

L'ECRITURE DU DESASTRE...Extrait

Plus de dates. Le temps reculera. C’est à mon cœur de sonner les heures de ma vie. A minuit, un bruit de porte m’arrache à mon mauvais sommeil de fiévreux. Devant quelques amis je reprends difficilement l’usage de mes sens. Mes yeux me pèsent. La gorge serrée, je regarde ces jeunes femmes, ce gros journaliste luisant comme un obus, un grand garçon qui les accompagne et qui paraît à la fois délicat et violent. Quelque part, très loin de moi, les choses de la vie s’agitent ; et elles me semblent me concerner d’autant plus qu’elles sont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 11 août 2012

LE MENEUR DE LUNE...Extrait

Ma faute serait de croire que ce que je possède m'appartient. Tout ce que je suis m'est donné dans un miroir et est bel et bien tel que je le vois, mais, seul réel, me force à ne toucher de lui qu'une image. C'est que la mort est en moi. Qu'elle m'emporte si je n'accepte pas de l'épouser. Quand je touche un objet, elle abrite mes regards de la main pour me permettre de le voir.   L'être est indivisible. A prétendre qu'un être est, on lui donne pour contenu tout ce dont on conçoit l'existence. Mais comment dire cela de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,