mercredi 25 décembre 2019

JOËL GRENIER...Extrait

Souffle-moi une idée qui embaume le lait,La gelée de mûres et la fleur de tendresse.Ou donne-moi un mot. Le mien est bien trop laidPour écrire l'enfant à l'encre de caresse. Son regard merveilleux laisse ma page viergeEt ma plume s'envole aux vents de mon passé.Souvenir d'un visage éclairé par un ciergeDans l'ombre d'une église au rite dépassé... Mémoire de bougie qui fête un premier âgeComme l'éclair allume un ciel un soir d'orage,Mélange de sourire et de papier froissé. Devant ses si grands yeux, je ne sais que me taireEt ma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 1 décembre 2019

JOËL GRENIER...Extrait

Elles ont la couleur des nuits trop longues, les ombres blanches.Elles collent le soleil au mur et le fusillent de mépris. Trois fleurs en rang d'oignons, au garde-à-vous et recueillies, attendent sur une planche le chant du coq, celui du cygne.Elles mettent les rêves en cage , les ombres blanches. Comme les yeux, ils sont cernés. Une araignée sur le plafond creuse un trou noir dans le vide.Ça sent l'hospice et le formol est leur parfum d 'éternité, aux ombres blanches.Elles ont les mots du silence et le discours de l'ennui. Sur une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 9 novembre 2019

JOEL GRENIER

Parfois il tutoie la lumière quand il se perd dans les étoiles. Il a le cœur à la dérive dès qu'il entend le cri des vagues. Et il s'en va tout seul vers l'inconnu, quand la pluie voudra tomber pour mettre son rêve dans ce ciel noir où son envie va le trimbaler.Parfois il parle à tous les vents de ses voyages dans l'oubli. Parfois il en oublie le jour quand la lune veut se coucher. Et il boit le sel à l'embrun quand son regard sait où se perdre.Il a le ciel dans son œil bleu dès que les vagues le font chialerTous les nuages gros de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 9 novembre 2019

ENTRE HIER ET TOUJOURS

Tu seras venue entre hier et toujours. Une trace de tes lèvres au bord de ma tasse gardera le parfum de tes premiers baisers. J'ai entendu demain un souffle de ton voile qui transperçait ma peau dans un dernier frisson.Jamais le présent ne s'assoit à ma table, il s'égare et se meurt dans ma déraison. Il noircit mes feuilles, il charybde mes syllabes en écueil de mots.Tu étais venue un jour de futur. Dans la chambre noire, j'ai perdu la tête au milieu d'un naufrage. Plus rien ne concorde, encore moins le noir qui a besoin d'un jour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 27 octobre 2019

LORELEI...

A Lorelei, pour sa première année     L'enfant croit que les feuilles repoussent aux roux du soleil.Elle a mis sa chemise d'aube pour entendre les murmures de la nature. Elle sait déjà le flamboiement des herbes où elle réchauffe ses rêves et le clin d’œil des astres quand il se réveillent. Elle apprend les silences du monde, la beauté des aurores, la poésie des matins qui riment avec l'horizon.Et l'enfant croît, les feuilles tombent et passe le temps. ... Et bah moi alors, je t'ai fait un poème. C'est juste un petit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 11 octobre 2019

SCULPTEUR D'ECUME...

Il était sculpteur d'écume. La mer était son marbre, son burin, un rayon. Il éternisait les vagues où des rêves de mousse venaient à se baigner.Quelques sirènes aussi que l'on voyait à peine tant que le soleil brillait encore à rejoindre l'horizon.Et la princesse de l'écume dans sa robe blanche qui dansait, langoureuse, sur la mélodie du ressac et l'on disait parfois, dans le secret des océans, que le marteau du sculpteur battait la mesure comme s'il lui parlait.Il était sculpteur d'écume et ciseleur de mots. Et jamais il ne signait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 5 octobre 2019

JOËL GRENIER

Un jour, il partira au bord des rives roses, le corps à moitié nu pour se vêtir de vent. Avec une envie folle de chasser les nuages de quelques traits lancés au hasard des mots.S'il lui faut prier pour défaire la mer de ces tâches rouges qui racontent le sang de tous les opprimés, il le fera, je crois, le doute agenouillé sur un mauvais prie-dieu.Mais les vagues retireront sa plainte en dénonçant les hommes et leurs idoles.Alors, le corps à moitié nu pour se vêtir d'oubli, il entrera dans l'eau pour vivre dans la paix des profondeurs.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 16 septembre 2019

JOEL GRENIER ...Extrait

Il posa sur la plume blanche d'un oiseau qui venait des rêves une goutte de rosée, ronde comme la larme d'un enfant. Il en apprit le nom et l'aima très fort ! Et les mots sont venus s'écrire dans le ciel au milieu de l'ondée. Quelques nuages sages en trouvaient les rimes.Pourquoi a-t-il séché d'un revers de manche, l'émotion qui tombait sur sa page blanche ? Le verbe des nuages ne savait où aller.Alors il fredonna un chant de la mer, un air de printemps que les oiseaux de retour traversèrent, des mots plein les plumes et les promesses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 1 septembre 2019

JOEL GRENIER ...Extrait

Il est des mots qu'on ne dit qu'à la joue, dans le secret d'un soir immense où la lumière s'inonde de fleuves étincelants. Quand les ombres découpent l'amour sur les eaux dorées et que la parole se cisèle en murmures pour renaître ailleurs, sur une rive du corps qui ne demande qu'à fondre dans l'émoi.Alors là, et seulement là, le soleil se couche pour montrer l'exemple à la folie des doigts.   .     JOËL GRENIER     . Photographie Bernard Liégeois
Posté par emmila à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 3 août 2019

JOËL GRENIER...Extrait

Parfois, quand les rives fleurissaient, ils se faisaient voyage et la brise murmurait.Couchés au même flanc, ils attendaient la vague qui les emporterait.La mer était immense, pleine de promesses et des goélands blancs remplaçant les mots, se posaient sur le haut de l'écume d'un rêve que personne ne savait.Une tête se nichait dans l'offrande des désirs et c'était la conquête des corps, à petits coups de rames. Invincible armada de l'amour. Et les flots étaient bleus comme les blés sont blonds dans tous les voyages. Il n'y... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,