mardi 26 février 2008

LE BASILIC ET LA TURQUOISE BOTICELLI, VIVRE...Extrait

"Il prend conscience que pour faire signe, il faut voir, recevoir et donner, consentir à l’empreinte du pas résilié d’or. L’âme ne travaille t-elle pas l’être, comme un levain, jusqu’au visage ? Ne devient-on pas ce que l’on éprouve ? Il voudrait tellement mériter la vision, enfin, le frôlement dense et chuchotant, près de sa joue, il voudrait encore et encore ce froissement si proche de son oreille qu’il éprouve alors la sensation que cela nait à l’intérieur de lui-même. Va-t-il bientôt traduire en triomphe pour le regard... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 février 2008

1,BIS,RUE ABOU NAWAS

"J’écris pour les mains calleuses Qui jamais ne toucheront mes livres Pour les analphabètes Et ceux qui ne croiseront jamais Qu’au large de mes mots J’écris pour ceux qui ont soif Qui ont faim du seul pain Qui leur manque L’Amour J’écris parce qu’ils ne le savent pas Et qu’ils se trompent pour de l’argent, J’écris pour essuyer le crachat Des racistes à leur visage J’écris là pour leur rendre Un jardin - Celui qu’ils m’ont pris Sans le savoir" "j’ai vécu au bord d’une plage de bleu et de sables lents à s’étirer. Les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]