dimanche 29 mai 2016

LE COEUR D'OCTOBRE...Extrait

Quand l'été reviendra le ciel des lavandes ô coeur! Le poème aura accompli un peu du chemin de poussière la beauté n'aura cessé de veiller à la consommation de ses registres le lézard dressé auprès d'elle mourra intouché dans ce feu foulant les hautes herbes je saisis l'amertume de l'air l'âpre semonce au levant le nom déjà s'efface le ciel maternel soudain par-delà les combes noires (la paille dorée bientôt foulera les terres patientes) la pureté du silence et les lèvres dans un souffle formant un oui.   .   ... [Lire la suite]

dimanche 29 mai 2016

PIERRE-ALBERT JOURDAN...Extrait

Tremblement du matin. Souffle si léger qu'on le dirait messager. Feuillages caressés sans bruit. Douce toilette. Simple messager, porteur de baume, de la liqueur de vie. Messager qui efface les murailles, ne laisse qu'une façade. Qui te laisse cette façade, que tu l'effaces, que tu rejoignes ce messager. Pas besoin de gaspiller tes forces. Comment dire ? C'est un travail d'esprit à esprit, d'éliminations successives. Le messager est immobile, il te voit nommer les distances mais que pourrait-il savoir de l'éloignement,... [Lire la suite]
samedi 14 mai 2016

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

Merci à Sylvie ...  Toujours les choses se dérobent et laissent le regard errer sur cette nappe de clarté  dont la douceur n’est que l’approche de la pierre pour de violentes noces imparfaites.  Et l’entaille demain à la mesure du corps entier,  de quel cri s’éveillera le chemin ? Sous les paupières d’amande glisse le fruit des larmes évaporées, dur sommeil, long soleil de la besace des pauvres. ...    La parole chargée de guérir a dressé cette ruine  de quelques chardons... [Lire la suite]
jeudi 29 octobre 2015

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

... Ce sont des battements d’ailes très douxdans la banalité grise d’un ciel éteinton entend cette voixtapisserie disjointe de la terrelaisse rousse semée d’oiseauxon entend ce murmure déchirantsauvé…provisoire…on ne peut se fier qu’à ces ailes douceson ne peut que bâtir sur l’absenceen son nom d’angecar la piété ce beau nuage basnous conduit vers cette porte de nous-mêmesoù de grands chiens fauves s’endormentsur une herbe scintillantenommant clarté cette dépossession infinie   .   PIERRE-ALBERT JOURDAN   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 3 octobre 2015

FRAGMENTS...Extrait

Il n’y a plus d’ombre. Une seule larme où tremble un monde. Si peu de miel à cette heure que les ruches s’emplissent de cris absurdes. Ai-je grandi ? Je suis seul sur cet équilibre de pierres d’où j’embrasse tout le décor. Mais qui a brossé tant de verdeur ? Je suis seul. Le peuplement du soleil envahit jusqu’à mon nom. J’ai grandi. Je suis heureux. La lumière tisse son châle de frissons. Le moment où l’esprit s’habille de stupeur. Moi, rendu aux traces, à l’arête de la pierre. Moment trop aiguisé pour que la parole en sorte... [Lire la suite]
samedi 12 avril 2014

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

Et pour s’en détachernous aurons ensemencé cette terre de motsl’orage les emporteL’image tronquée du cielles colore parfois – on diraitde grands jarres éclatéessous la poussée violente du désird’accéder à la lumièrePlus loin que la houle des oliviersbien plus loin que le gelcomme un murmure incontrôlablece front naissant de l’aubeporteuse d’évidences   .   PIERRE-ALBERT JOURDAN   .        

mercredi 26 février 2014

EBAUCHE D'UN PARADIS PERDU...Extrait

(...) L'homme s'éveille avec peine de cette longue nuit. Il s'arrache aux liens tissés. Il le croit. Il secoue sa compagne, comme si la prière de l'aube résonnait encore dans sa tête. Partir ! Mais il contemple ce corps allongé près de lui. Il lèche cette chair endormie. La chaleur monte dans ses reins. Et le désir s'échappe, glisse dans les terres, frappe l'ombre miroitante et se love dans les collines. Il gonfle la pâte des nuages, étoffe les feuillages, leur donne odeur puissante. Il entaille la terre, l'ouvre aux semences. ... [Lire la suite]
mercredi 26 février 2014

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

 (…) Quel est ton nom ?je suis l’usure des corps des pierres de l’ombremême de l’ombreje suis l’auxiliaire de la beautévous me saluez parfoissi vitela tête vous tournerait peut-être ?j’active la poussée des feuillagesvous ne dominez plus vos arbreseux aussi vous oublientje suis cette bouffée de tendressedans les corps la brume des regardsqu’ils reposent en paix !les voix se perdent dans l’espaceaccostent à la rive comblée de gravatslà le festin se déroulec’est toujours autour d’une tableque l’attente se fait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 14 juin 2013

L'ESPACE DE LA PERTE...Extrait

N'emporte pas un lourd bagage pour tes excursions. Juste une pointe de lucidité à tes souliers. Car cela monte beaucoup pour tes artères. Comme bagage emporte une fleur d'amandier, cet ongle bref sur la douceur de l'air.Rien de moins étroit pourtant. Fleurs de l'air...Non pas rêveries trompeuses mais lent accomplissement mené jusqu'à la perfection. Pas une seule fausse note. C'est cela qui bouge en toi : une aérienne mesure de perfection. Pour te rejeter dans les ténèbres de l'esprit maniaque, pour que tu puisses prendre ce recul et... [Lire la suite]
vendredi 24 mai 2013

PIERRE-ALBERT JOURDAN

À ce qui vient et qui, comme précipité par son propre mouvement, te déborde - et la lassitude le nomme hasard - qu’opposerais-tu ? Hasard n’est qu’un nom, le plus commode ou exaltant, je ne sais ; il est la somme de ces forces qui s’inscrivent dans ton propre destin : et quoi de plus qu’une pression infime du temps, l’éclosion d’une fleur de cerisier ? Hasard est un des noms de cette poussée au-dedans de toi. Pourquoi l’habiller ? Vois comme est lisse ce visage modelé par le vent, lorsque toutes les poussières tiennent dans ton poing... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,