vendredi 23 novembre 2012

INTRODUCTION AU LARGE

«Hors de ce qui meurt, je ne puis voir de beauté, mais que peut-elle être sinon l'intuition chancelante, renaissante, que le jour ne s'achève pas avec ce qui l'achève ?». (...) "... l'essor ou le plein vent, l'essor ou notre part d'enfance, lucide, aussi frais que la neige ou le lilas, éveille la poussière en s'adressant à ce qui passe pour l'invisible et les paroles sont les siennes quand se dénoue l'orgueil de nous prétendre seuls, de dire adieu." (...) .   PIERRE DHAINAUT . Oeuvre Mohamed Jaamati  
Posté par emmila à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 22 novembre 2012

ENTREES EN ECHANGES...Extrait

De ce qui vient du fond de l’oreille, tu n’es pas responsable, ni de ce qui vient de l’horizon, mais tu l’es, pleinement, de leur charnière, le poème. Les mots ne nous laissent pas seuls, n’en reste-t-il que quelques-uns. Tant d’usages n’ont pas atténué cette urgence de les réunir dans un poème, on sait de moins en moins pourquoi, réunir simplement. Ces bouts de phrases que nous emmenons dans le sommeil, qui semblent gratuits, incompréhensibles, souvent le poème du matin en découle, presque sans heurts, il ne les explique pas, il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 20 août 2012

DANS LA LUMIERE INACHEVEE...Extrait

Pour qui parler sinon pour ceux qui nous précèdenten l'invisible ? Absent, ils n'ont qu'un peu d'avance.Aucune inscription, seulement la terremoins lourde, ici. L'amour par-delà les regards,l'amour affranchira les souffles :acquiescer à la mort comme au feuillage qui s'agite,nous faisons plus que retrouver la voix,le silence y devient un arbre d'air ou de lumière.. PIERRE DHAINAUT .    
Posté par emmila à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 10 juin 2012

OFFRIR ET NE JAMAIS FINIR

.. offrir sur la vitrela première buée. Tu rêveraisuniquement d'être ici en avril,tu n'esquisserais que les initialesdes prénoms que tu aimes, et toujoursce serait, venant vers toi,le vent pur, les nuages, l'écume...... offrir un peu d'eauqui croupit au bas des trottoirs.A peine entre les mainstu ne dirais plus qu'elle est sale,tu t'en laverais le visage,tu écouterais à l'instantce bruit de source où le ciel se découvre...... offrir un papierfroissé, jeté. L'origine perdue, les lettresdevenues grises, l'encre et la pluiemélangées à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 12 janvier 2012

PIERRE DHAINAUT

Nos coeurs enfin libres de battre, l'espace à l'aube, l'horizon nu, et nous dirons dans un murmure plus fort, plus juste que tous les cris, le mot " confiance " avec confiance et nous irons au loin, ici à la rencontre . PIERRE DHAINAUT .    
Posté par emmila à 16:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 26 décembre 2011

INALTERABLE

Inaltérable un rivage profond sous la lame étoilée un souffle au ras du sable et nous lumière absente un râle un coup de vent ciel immense ébloui dernier appel notre regard vers cette cime foudroyée l’aube une racine mise à nu mains serrées dans l’amour un oiseau l’aile trop pure il criera sur la mer PIERRE DHAINAUT Tina Modotti par Edward Weston
Posté par emmila à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 9 octobre 2011

PIERRE DHAINAUT

C'est face à l'océan qu'il faudrait naîtreafin que notre cri se mêle aux cris d'oiseaux,au grand matin de la conscience, de la louange,toujours nous serions disponibles. Une fois, une seule,ici, fût-ce par tempête, avons-nous pris peur,et la respiration, avons-nous cru pouvoirla contenir ? Un appel sans frontière,le monde, une arche, la mort s'y tiendrait à son rang...Murs ou fenêtres lisses, étroits, est-ce encoreune chambre, dès que l'on y ramène un nouveau-né?Nous n'osons pas le prendre entre nos bras :l'arche est-elle autre part... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 8 octobre 2011

SUR LE VIF PRODIGUE...Extrait

Confiance aux mains quand les regards défaillent,elles ont peur autant qu'elles espèrent,elles avancent : l'espace au bout des doigts,le temps d'attiser l'air nocturne, s'éclairenten chaque cicatrice, chaque silence, les premiers mots,un poème en connaît-il d'autres? Ceux qui nous engagentà leur ressembler, téméraires, vulnérables,à faire ainsi du moindre effleurement une rencontreen lui apportant la chair vive, une parole aimante. . . . PIERRE DHAINAUT . . .
Posté par emmila à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 8 octobre 2011

FRAGMENTS ET LOUANGES...Extrait

Ne cherche aucune issue, contente-toi de respirer. Etre présent, rendre présent le seuil ou le bord des falaises. Un jour entier sur la terrasse, transmettre, agrandir le matin. Il n'y a de secret que l'origine, l'offrande, la frondaison. . PIERRE DHAINAUT .  
Posté par emmila à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 2 octobre 2011

PIERRE DHAINAUT

 Le souffle est aussi impérieux sous les portes                sur les caps, tu l'écouteras davantage                amener de très loin la vague immense qui déferle,                 les embruns qui se brisent, et tu écouteras de même ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,