jeudi 6 décembre 2018

LE LEGS

Que faire maintenant de tous ces graffiti des adieux encombrants des choses des oiseaux des hasards désormais interdits dans cette cruauté d'horloge   & à l'enfant seul comme une île -à son effroi & à sa soif- quel sésame quel schiboleth quelle chose apaisante & douce quel bienveillant symbole laisser   si l'on n'a plus que l'art de questionner l'écho de voler au reflet ce qu'il sait du parfait aux maisons envolées le secret d'habiter & à la nostalgie la vérité d'ici   comme un... [Lire la suite]

jeudi 11 octobre 2018

DU SILENCE PREMIER

Mère soyez gentille différez l’heure de ma naissance Ainsi je serai en puissance comme on existe en poésie comme une lettre en souffrance qui aimerait bien faire sens sous le vacarme des idiots   Je me contenterai des traces des saveurs & du pur aliment d'un travail de silence   or feu puisés sans cesse dans les âges anciens de soi substance incandescente qui calcine les simulacres-   Je boirai ce que les oiseaux voudront me laisser de l'aurore   chaque jour un peu plus léger ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 26 juillet 2018

ANACHRONIQUE...Extrait

Quand j'ouvre l’Odyssée pour t'en lire une page ne me demande pas à moi qui fus déjà Hamlet & Gulliver -tant d'autres personnages- d'être celui que j'ai cherché avec les yeux de Télémaque     Toi l'enfant de six ans & moi le vieux marin de siècles de littérature qui durant sa vie affréta tant de contes corsaires nous voici une fois de plus embarqués tous les deux sur la même émotion sur le même poème     Il nous faudra contourner des charmes sournois & sauver de philtres... [Lire la suite]
samedi 9 juin 2018

LE FOU DE BAB CHÂBA

Soliloque du fou assis sur le trottoir Journal où il découpe de ses doigts minutieux comme un théâtre d'ombres   silhouettes de quel chaos quelle intime dramaturgie descendance de quel secret   confidences d'épouvantail que n'écoutent plus les oiseaux     .     RAYMOND FARINA Extrait de Détails in Anecdotes, Rougerie, 1988     .  Oeuvre Gaston Chaissac  
dimanche 6 mai 2018

EXERCICES...Extrait

Remerciements à Marie-Paule et Raymond Farina ...   . Fleuve, méditation, vaste, grave, si calme malgré l'orage et tant d'angoisses vagabondes, la guerre que se font les roussettes stridentes autour du grand palmier et la nuit obsédée   d'insectes inconnus, d'hystériques cigales et ces terreurs surgies des généalogies après avoir drainé l'amertume des morts. Mais comment faire taire, et comment effacer   ce théâtre entêtant d'apparences coupables ? Le sais-tu toi qui prends le Destin pour un ange et... [Lire la suite]
dimanche 25 mars 2018

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Perdre notion de la douceur de l'amande écale éclatée Perdre notion de ce lexique où se prirent tous mes oiseaux quand faseillaient les feuilles quand chaque arbre était singulier dans sa façon de ciseler l'espace & sasser la lumière Oh les mots de ma préhistoire Oh cette cécité loin du livre initial J'ai laissé tous mes gestes dans la conscience d'hommes maigres & secs de pauvres traversant le plus clair des jours pour échanger des grains des mots ou pour prendre le thé le temps de ne rien dire écouter... [Lire la suite]

dimanche 18 mars 2018

ARCHIVES DU SABLE ...Extrait

Au bout de mes doigtsces blancs oiseaux cunéiformesmon souffle mon amourmon désir voyageurces oiseaux effilant le loinfortuits et brefs entre l'incessantcombat du feu et de la merces moments d'ailes donnant cielà mes mots les voici insoucieux de moidésormais si lointainscomme les vagues et le ventet miens oh rythmiquement miens   .   RAYMOND FARINA   .  
Posté par emmila à 16:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 3 mars 2018

EPITOLA POSTHUMUS...Extrait

Tu subtilises le cœur de ce tyran amoureux Voilà pourquoi sa passion reste prodigue de tant d'égards dans ses cruelles manipulations Voilà pourquoi elle n'ose pas te mutiler ni te déchiqueter t'écrabouiller ni te pulvériser préférant pour toi une douce mort une sorte d'insensible euthanasie   Une stupeur à l'instant qui te ravit à l'air Une brume d'éther qui efface le monde Un étouffement progressif Un dernier sursaut d'ailes   D'une chirurgie d'amateur tu sortiras épinglé sur le blanc Tu seras... [Lire la suite]
jeudi 21 décembre 2017

RAYMOND FARINA...Extrait

...   Tu as au bout des doigts l'aurore& tout commence à leur contactDe chacun de tes motsde chacun de tes gestestu sors plus jeune qu'un désertsurpris par ton dernier visagedans l'instant percutantoù tu n'as plus qu'étoile en têteque fraîcheur en mémoire Possible que demain t'élèvetout ce qui t'avait aviliPossible que deviennentferment de force ta faiblesseferment de beauté ta démence& la mort occasion de naître       RAYMOND FARINA           Oeuvre Sarolta Ban... [Lire la suite]
dimanche 20 août 2017

REMINISCENCE

Merci à Marie-Paule et Raymond Farina . Revenant des piétés discrètes de la petite humanité d’une Malte absolue, quelque chose comme un appel, une prière vers Dieu sait qui :   Que nos pères soient moins célestes & nos mères plus maternelles. Que toute larme soit de joie, que soit de mai toute pensée, que tout enfin coule de source. Que paissent l’éternité verte les bêtes qui nous ont sauvés de tant de déluges d’acier & qu’on cesse de dispenser des noms de nymphettes & de fées aux typhons & aux... [Lire la suite]