mercredi 17 février 2016

SAMBELA..Extrait

Oui c'était merveille de soiesmerveille que ce fin systèmeoù se prenaientsemencesinsectes Te fascinait la dentellièresensible à la moindre détressesi prompte à répondre à l'appelsi délicate & si préciseen son exercice cruel Te voici maintenantnon plus simplement captivépar l'image du piège− rêvant comme l'enfantriant comme le sagequi domine le jeu& qui se joue de luien lui jetant des mouches − mais bien captifen son réseau fatal passionqui se débats'épuise penséequ'éteintson thèmeultime * Ai-je offenséun jourle... [Lire la suite]

jeudi 21 janvier 2016

PREMIERE NEIGE

A Marie-Paule . S'il est miracle ce fut bien de ces pétales de silence dans un lointain matin de France dont tu traduisais en mésange -ou dans un de tes idiolectes- le givre qui s’était figé, avec les larmes de l’hiver, en bleues dentelles de cristal d'étranges oliviers du Nord. Oui, ce fut bien de cette joie vivant en moi longtemps après ta joie d'alors devant le choix soudain de l'Ange : cette neige, pour toi première, dont s'effaça de tout la forme qui de tout absorba la voix, cette neige qui me fait dire que jamais ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 7 septembre 2015

ANACHRONIQUE...Extrait

Oh tant de bleu sur la conscience tant de matins légers et de brumes pudiques votre précise fébrilité mains féminines ouvrant la porte aux peupliers rassurant les choses inquiètes vérifiant la fraîcheur des fronts   Pas un avril féroce Pas un baiser amer Et pourtant parfois une peine comme une écharde quand une seule feuille oubliait l'allégresse du vert quand un oiseau doutait du ciel quand résistant à tes douces tisanes l'insomnie regardait dans les yeux la grande nuit muette   Puis-je te... [Lire la suite]
lundi 3 août 2015

RAYMOND FARINA

 Je ne veux pas porterce moi trop grand pour moije veux un moi modesteavec un cœur légerqui ne se dédit pasni ne se contredit- n’ayant rien à prouver& n’ayant rien promis – un moi qui cache en luises saisons ses repèressa magique chronologiequi fait dimanche d’un lundiqui fait de la lune soleil& désordonne son trajetselon ses frivoles critères Voilà pourquoi j’ai décidéfantôme fluide insaisissabled’échapper à ce rôlede fuir au lieu de faire. .   RAYMOND FARINA   .   Oeuvre ?  
jeudi 21 mai 2015

ECLATS DE VIVRE...Extrait

Que faire maintenantde tous ces graffitides adieux encombrants des chosesdes oiseaux des hasardsdésormais interditsdans cette cruauté d’horlogeet à l’enfant seul comme une île- à son effroi & à sa soif -quel sésame quel schibbolethquelle chose apaisante et doucequel bienveillant symbolelaissersi l’on n’a plus que l’artde questionner l’échode voler au refletce qu’il sait du parfaitaux maisons envoléesle secret d’habiteret à la nostalgiela vérité d’icicomme un vieux ciel démentcherchant parmi ses bleuscelui vif et vitalperdu dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 22 février 2015

UNE COLOMBE, UNE AUTRE...Extrait

Ô grand songe vous traversezdans votre régate nocturnel'écume & la rumeurdu tumulte des hommesvous glissez entre les étoilessur le soyeux tissu de l'ombreunique intense égal effortÉnergie d'un peuple d'ailesroyaume est votre mouvementun léger royaume invisibledans sa rythmique souveraineson innocente trajectoireoh si docile  la lumièreà sa douce légalitéoiseaux de mer dans le sillage- mouettes qu'on prendrait pour l'âmedu lieu qui garde nos soleils -vous essayez de nous rejoindretexte ou destin lisible encorederrière un écran... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 28 mai 2014

VIRGILIANES...Extrait

si ton souffle est tourmentsi tant de tes visagesse font et se défontô musique visiblec'est commeun parler de silenceô très douce ou parfoisun murmured'autre langueune langued'autre ciel   .   RAYMOND FARINA   .      
Posté par emmila à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 23 mai 2014

LE BROUILLON DE PRAGUE

Cela commencerait par la fatigue d'un voyage un nom que ne cesserait pas de ne pas effacer ce brin d'herbe tremblant sur la dalle le ciel minéral le chat là-bas devant un jeudi de neige (quelqu'un scrutant ses questions)   Le chat laissé dans sa sagesse casanière indifférent devant ce lent naufrage d'arbres dans le blanc l'erewhon lointain des nuages de quelle éternité détaché   Cela commencerait ainsi sans raison sans soleil par quelques mots blessés à vif ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 6 avril 2014

ANECDOTES...Extrait

Quelque chose faisait signe - dans le coeur du caillou dans la feuille effrayée dans la douce insistance de la pluie sur le toit dans la goutte dessinant le hasard sur la vitre- quelque chose ou quelqu'un -dieu peut-être Mais dieu n'existait pas encore- Je ne demandais rien Je me contentais d'être   Le vieux chien se heurtait aux chaises invisibles depuis longtemps   Je ne sais qui inventait l'ange en s'envolant loin de son apparence où l'on avait dû l'oublier   .   RAYMOND  FARINA   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 16 décembre 2013

CES LIENS SI FRAGILES...Extrait

Si d’indifférence tu deviens plus léger que ton ombre   capable enfin de suivre ton coeur   tu comprendras mieux mon silence   mes questions qui n’espèrent plus de réponse :   le vent chercherait-il quelque chose ou quelqu’un ?   Les nuages sont-ils réels ? Les nuages reviendront-ils ?   Avez-vous un destin paysages ?   Ai-je pour vous un sens ?   .   RAYMOND FARINA   .