mardi 11 septembre 2012

ECLATS DE VIVRE ...Extrait

Ceci n’est qu’un ceci tout & à peu près rien à moins qu’il ne recrée la claire circonstance où ceci deviendrait une chose précise   A moins que ne renaissent le moment & le lieu où ce fruit cette fleur ce ciel ou cette épice n’exigeaient pas de nom   les conditions du rite qui le recommençait aux marges de l’Insignifiable & le faisait fragment du monde moment intense de son souffle de son sang pulsation secrète   faisait de lui cette saveur de miel ou d’acacia de menthe ou de cannelle ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 5 septembre 2012

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Oublier ces bris de vie temps de soi rassemblés ?   notre ciel phénicien d'où roulaient les étoiles notre raison travaillée par les vents et cernée par le sec l'exception des feuilles à mon sud   toi n'osant pas dire ta peine prenant la vie en conte en vers et contre tout demeurent le fracas où se cassent mes frères et le livre invisible   mais qui s'en est allé ? qui désormais n'est plus qu'images mais de refus  mais de lutte claquant dans quelques mémoires ? . RAYMOND FARINA . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 22 juillet 2012

ANACHRONIQUE...Extrait

Comment aller à l'essentiel quand il chante dans chaque vers Le fils cherche son père le père vers son fils revient Tous deux sont les pantins d'une distance pathétique Éloignes l'un de l'autre ils vivent l'un pour l'autre dans chaque pulsation des tempes dans chaque instant du temps intime Ils rencontrent chacun tous les sosies de l'autre   La guerre les a séparés monstres magies dieux et tempêtes s'acharnent dans la paix à prolonger l'attente à faire que chacun chaque jour un peu plus tragiquement devienne ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 20 juillet 2012

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Attester plus longtemps le temps de peupliers pliés par violence de vents ne pas rendre aux abeilles leur dérive à travers vergers vers le territoire total de notre tilleul ? Accepter encore le recours végétal du lierre pour lier les pierres déjointes du départ des hommes ces murs déjà gagnés par incohérence de ronces et séneçons ? Oh l'infection méthodique du temps se défaire des gestes répétés et remettre le soir ses plaies au lendemain pour épeler encore nos peines capitales en cœur et poser notre livre au paisible du temps après... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 16 juillet 2012

PAYS...Extrait

L'enfance avait ses travaux d'Hercule étoiles & cailloux minuscules dragons qu'on tirait des lentilles Elle eut aussi ses fables hostiles à tout soleil d'obscures fables encore nouées -pourtant les choses savaient parler si simplement : un nom la pluie c'était l'ivresse grains de soleil ô clinamen- La maison avait plein d'hirondelles Leur nid au-dessus de la table pleuvait des miettes de ciel... . RAYMOND FARINA .    
Posté par emmila à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 14 juillet 2012

ECLATS DE VIVRE ...Extrait

Que serais-tu sagesse? Parole incandescente qui calcine sans cesse ce que l'on dit du monde   ou peut-être silence Pas celui qui avoue ce qu'on ne peut pas dire ni celui qui sait taire ce qu'on aimerait dire   Un silence qui veut se dire & qui rend sensible l'effort la force rare de se taire lorsqu'on sait que l'on a dit tout ce qu'on avait pouvoir de dire   & qu'on tente de se soustraire à la tintante controverse qu'est la trame de notre monde   Que serais-tu sagesse pour ceux qui ont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 13 juin 2012

LE CONTE D'ETE...Extrait

quel invisible ô quel extrême violoncelle fait musique de nous au bord de cette rumeur d’arbres   c’est dans Schubert ou dans juillet entre deux vagues ou deux élans   une chambre de laine où semble que s’achève en une haleine la vie . RAYMOND FARINA .  
Posté par emmila à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 7 juin 2012

UNE COLOMBE, UNE AUTRE...Extrait III

O bleue simplicité affirmant souveraine l'étonnante colombe   - qui ne sera jamais la blanche solution d'une équation du ciel   ni ce signe que prête à des dieux équivoques le désorient de l'homme   ni ce bannisseur d'ombre dont le sang est offense à l'esprit qu'on appelle _   l'évidente colombe dont se brise soudain toute cage mentale   -colombe où je commence colombe d'où j'espère le visage & l'étrange -   la colombe de Braque si gravement céleste . RAYMOND FARINA . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 7 juin 2012

UNE COLOMBE, UNE AUTRE...Extrait II

Terrible était le sortilègeterrible aussi l’incantationcet infime destinsur la voix de l’enfant qui te poussaitmsissi *vers son piège & ton nom sifflait sur ses lèvres& ton nom soufflait sur ton âmeplume docile dans la main du petit chasseurinsensiblequand il t’entendait murmurer « Vous avez blessé le bruantvous avez tué l’hirondelleVoilà pourquoi leurs sœurs nous fuientpourquoi la colombe est en deuilNe versez plus jamais leur sangNe versez plus leur sang » . RAYMOND FARINA * En arabe dialectal du Maroc, nom de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 29 janvier 2012

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

Je reste calme comme un homme debout dans la crasse humide Je survivrai certainement si vous m'envoyez quelques lignes et des nouvelles des enfants mes enfants ont-ils un visage encore ? . RAYMOND FARINA . ?
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,