jeudi 26 janvier 2012

ANECDOTES...Extrait

dionysos avait les yeux bleus et les voyelles leurs sirènes les images nous appelaient t 'en souviens-tu ève de mes six ans o petite contemporaine d'ancholies lunatiques au jardin des rouges croyances plus forte était notre passion d'innocence on vivait d'amour et d'airelles cherchant ce que le vent cherchait mettant aux nuages des virgules et si d'aventure on sortait du cercle des cigales il faisait blanc autour des morts blanc autour des cyprès gorgés de leur sommeil ou des silences chuchotaient et parfois... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 25 janvier 2012

LE RÊVE DE GRAMSCI...Extrait

si par hasard par songe Salakta revenait dans ce presque printemps en soleil filigrane mais traverse la fresque de l'armateur mais passe outre mémoire des murs où circulent les dieux debout dans l'outremer toutes les floraisons fluant vers le rivage Salakta   la mer fleurant le mimosa mots d'un dialecte guttural mots en bataille dans le vent restés lettres mortes pour moi tant de pensers inachevés Salakta rythmes de corps cuivre tendus barques tirées d'un polygone d'étoiles comme conclusion d'un parcours... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 27 novembre 2011

UNE COLOMBE,UNE AUTRE...Extrait

Comme est immense en toi le blanc cette neige à perte de dire Il faudrait un ciel hölderlin avec des visions majuscules des mots comme des angélus & des énigmes pour les anges Il faudrait un jour aussi vaste que la vaste nuit de l'aveugle ravi par des réminiscences de brefs enfers cinabarins où s'enflamment les cardinaux   Il faudrait la grâce de Klee d'un Sphinx-enfant aquarellant ses avions de papier qui tombent en ce champ d'horreur où les flammes font de la vie chemin de croix Ah si pouvait s'envoler... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 27 novembre 2011

ANACHRONIQUE...Extrait

 Qui est innocent vraiment en ce monde Connais-tu un grillon qui le soit encore   Quelle eau est pure vraiment aujourd'hui coule vers une mer vraiment pure   Quel ciel respire ne donne pas du poison à ses hirondelles donne son bleu sans nuageuse arrière-pensée sans noir dessein d'orage par plaisir vraiment   Quelle saison est sage encore n'apporte pas neige dans l'août et dans l'hiver la sécheresse Quelle saison vraiment   Quelle main sait encore donner quel amour est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 15 novembre 2011

EXERCICES...Extrait

« J'inventerai des bleus que ne sait aucun ciel pour faire l'Infini, pour peindre ton visage, o Christ halluciné du jardin des olives. Je puiserai mes ors dans les blés de Provence,   & vous, soleils, volcans intimes, les ferez fondre, les porterez jusqu'à ce jaune extrême qu'exige la tendresse équivoque des anges dans cette tragédie de violets & de cendres ».   Tes mains t'abandonnaient & tes visions flamandes. Tu n'étais plus Van Gogh que ce tableau clinique -symptômes alignés comme des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 13 novembre 2011

LE CONTE D'ETE...Extrait

(...) sommes-nous cette fable que notre corps raconte   sommes-nous le mot de l'énigme   un presque vivre ou un presque mourir quelque chose d'étrange entre Dieu et poussière   sommeil comme désert ou village sous la neige . RAYMOND FARINA .  
Posté par emmila à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 13 novembre 2011

VIRGILIANES...Extrait

il suffit d'approuver le blanc cerisier   de laisser les questions épuisées aller boire à la source des larmes   il suffit comme l'enfant d'écarter l'herbe divine jusqu'à la gloire du grillon (...) . RAYMOND FARINA .        
Posté par emmila à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 31 octobre 2011

VIRGILIANES...Extrait

le merle jaillit multiplie les jardins sonores   par la fenêtre Mozart s’envole tous les lieux tombent dans l’oubli   musique      ô territoire insensé je laisserais pour toi mon apparence grave   si les mots ne mendiaient ma voix   quel invisible ô quel extrême violoncelle fait musique de nous au bord de cette rumeur d’arbres   c’est dans Schubert ou dans juillet entre deux vagues ou deux élans   une chambre de laine où semble que s’achève en une ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,