vendredi 7 décembre 2012

CANTIQUE D'EVE

Je connais l’harmonie du monde Je sais le secret des couleurs Comment les formes s’épousent, se combattent pour mieux s’aimer Je sais leur germe et leur millénaire maturation Je sais leur mort Je sais leurs musiques Toutes les musiques de l’univers Le grand rut de la mer Toutes les voix du vent. Les sources, leurs glaciers secrets et leurs sommeils Leur réveil terrible les jours de débâcle Je sais Les voix des étoiles, je les ai si longtemps écoutées Qu’elles ont fini par me parler Je sais la petite voix des herbes... [Lire la suite]

mercredi 15 juin 2011

D'UN POETE

“Il a ancré ses mains aux continents mobiles. Il a tué de tous ses muscles, Jusqu’aux craquements de ses os Jusqu’aux éclatements de sa chair, De toute la force d’un volcan grondant Au creux de lui, Les continents sont demeurés immobiles ; Il est une île dans la mer d’ombres, La tête au sein des étoiles, Les pieds emmêlés aux racines de la terre, Les yeux comme les yeux des oiseaux de soleil Avec un regard oblique. Qui traverse et cerne les objets, Pèse sur leur masse secrète, Contemple leur noyau de miel et d’or mêlés : Et les... [Lire la suite]
vendredi 13 mai 2011

TAOS AMROUCHE

« J’ai un but à atteindre, empêcher la culture berbère de périr. Elle est aujourd’hui menacée en Afrique du Nord. Pourtant, elle ne porte ombrage à personne, mais on prétend qu’elle relève du particularisme régional alors que c’est toute l’Afrique blanche qui est berbère en profondeur. Il s’agit d’un patrimoine cinq fois millénaire, un patrimoine de beauté et de spiritualité qui devrait faire l’orgueil de tous les pays maghrébins et, au-delà, de l’humanité toute entière »   «  Nos bijoux sont exposés, nos poèmes,... [Lire la suite]
mercredi 11 mai 2011

JEAN AMROUCHE

“J’ai longtemps cherché la perte de mon âme Livré aux démons sourds qui perdent toute vie, O mon Dieu, Que je ne sais plus bien les chemins au cours calme Qui mènent aux Saints Lieux. Oubli, plongée du corps au plus triste du gouffre Dans la joie sans nom, où tous les souffles brûlent ! O dans des bras durs qu’enlacent les bras souples, Possédés un instant du délire sacré. Cris et heurts de ma chair contre une chair qui souffre Dans l’univers crispé de nos corps enivrés ! J’ai trop souvent pleuré sur le corps d’une femme Je me suis... [Lire la suite]
mercredi 11 mai 2011

ETOILE SECRETE...Extrait

« J'ai respiré la chair du monde et le monde dansait en moi, j'étais à l'unisson de la sève, à l'unisson des eaux courantes, de la respiration de la mer. J'étais plein du rêve des plantes, des collines ensommeillées comme des femmes après l'amour.Mais j'ai perdu l'esprit d'enfance, l'accord parfait aux Rythmes Saints. Ma bouche s'est emplie de l'âcre saveur de la connaissance et la musique du monde qui ruisselait au printemps de l'enfance peu à peu s'est évanouie dans le pas solitaire du sang.Entre les Choses solitaires où flotte un... [Lire la suite]
jeudi 6 janvier 2011

CHANTS BERBERES DE KABYLIE...Extrait de l'introduction

(...)J'écris pour les autres, pour ceux qui ne sont plus des enfants.Ceux-ci ont perdu le sentiment de leur fraternité avec toutes les choses créées, et le pouvoir de communier avec la nature; ils ont perdu la virginité de l'âme, le don de saluer dans chaque minute une imprévisible et parfaite création. J'aime à croire, pour l'amour des hommes, que leur enfance n'est qu'endormie, car le paradis, celui du ciel et celui de la terre, est le royaume des Enfants et de ceux qui leur ressemblent. La culture, qui se  moque du savoir... [Lire la suite]

jeudi 4 novembre 2010

POESIE...

Toute poésie est avant tout une voix, et celle-ci plus particulièrement.Elle est un appel qui retentit longuement dans la nuit,et qui entraîne peu à peu l’esprit vers une source cachée, en ce point du désert de l’âme où,ayant tout perdu, du même coup on a tout retrouvé.Poésie intérieure, qui tend au silence, mais silence peuplé de mille voix sans timbre,les voix des devenirs qui s'achèvent dans l'être vivant que nous sommes, en l'instant précis où nous nous éprouvons comme un être unique et prédestiné dans la chaine des êtres.Mais... [Lire la suite]
lundi 9 août 2010

TUNISIE DE LA GRÂCE...Extrait

« …Et la Grâce plus belle encore que le beauté » Terre de lumière terre de l’homme en son jour je te célèbre je te révèle je te sacre en t’imposant comme une couronne mystique ce nom Terre de la Grâce. Je ne chanterai pas l’arabesque la couleur ni le monument d’or ancien mais une forme de vie simple à ras de plaine et de mer sous le soleil mais le geste et la parole ordinaires vifs et affleurant des plus vieux âges mais la gloire sublime et pauvre de l’homme en la stature naïve et souveraine qu’il reçoit de toi Terre de l’homme en... [Lire la suite]
lundi 9 août 2010

LA FAIM DE DIGNITE

« L’Algérie n’a jamais existé, dit-on. Mais, elle commence à exister. C’est là le fondement du problème. Un refus irréversible s’est produit quand l’espoir et la mystification ont cessé de voiler la réalité. Une volonté, lentement formée, s’est déclarée : celle d’être des citoyens à part entière d’une nation qui entend reconquérir avec sa liberté tous ses mythes de son passé (ce que vous nommez images passionnelles) et de renouer avec son destin. C’est peut être un destin de misère économique mais comprendrez-vous que la faim de... [Lire la suite]
lundi 9 août 2010

JE SUIS JEAN ET EL MOUHOUB

«Depuis dix-huit mois passés des hommes meurent, Des hommes tuent. Ces hommes sont mes frères. Ceux qui tuent. Ceux qui meurent. Je me nomme El Mouhoub, fils de Belkacem, Petit fils d’Ahmed, arrière petit fils d’Ahcène. Je me nomme aussi, et indivisément, Jean, fils d’Antoine. Et El Mouhoub chaque jour traque Jean et le tue. Et Jean chaque jour traque El Mouhoub et le tue. Si je me nommais simplement El Mouhoub, ce serait presque simple. J'embrasserais la cause de tous les fils d'Ahmed et d'Ali, j'épouserais leur raisons et il me... [Lire la suite]