jeudi 14 février 2008

EBAUCHE D'UN CHANT DE GUERRE...

Ah! Pour un mot de ma langue Pour la seule grâce d'un mot De schiste ou d'argile (  le vent le porte tel l'oiseau des rêves ) Pour cette flèche empennée de foudre Pour l'éclair de la liberté Pour ce mot orphelin Cueilli aux lèvres sèches de l'Ancêtre Goutte de sang sur la rose de l'enfance Etincelante dans la roue du soleil Pour ce mot de musique âpre Et de timbre sauvage Cri orphelin des entrailles immémoriales Pour cette parole sombre et fixe Comme un regard de veuve berçant son enfant ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 14 février 2008

CENDRES....Extrait

Je ne suis qu'un enfant perdu parmi les hommes, enfants perdus qui ont perdu leur enfance? Il perdure une empreinte creuse, une blessure mal fermée d'où le sang perle goutte à goutte, une saveur acide et pure, un avant-goût de paradis, une saveur de souvenir que le temps n'a pu submerger. C'est quelque part loin dans l'âme, en un lieu mal défini, dans les halliers secrets du coeur... Comprends-tu? Je suis orphelin, nous sommes tous orphelins...Connais-tu mon père et ma mère? Ou me montres-tu ma patrie? Car je n'ai ni père ni mère,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 19 janvier 2008

JEAN AMROUCHE...

« J’ai cru que l’écriture portait en elle une vertu d’exorcisme, mais rien ne me délivre de mon démon. Il sera libre de s’agiter en moi, de parler, de dicter des paroles dont j’ignore le sens à jamais. Il me faut être convaincu de cette cruelle vérité qu’il n’y a pas de délivrance par la parole. A moins qu’il n’existe au-delà du verbe humain des maîtres mots, un langage porteur de vie surnaturelle.» . Jean.E Amrouche .
Posté par emmila à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 7 janvier 2008

LE GRAIN MAGIQUE.......Extrait

  Chant de méditation pour les humains:Je me suis promis de dire la véritéSans l'altérer jamais, Le temps que durera ma vie.Voici deux ans que je néglige de faire le bienPour vivre en prodigue à travers le pays,Et cheminer dans les ténèbres.Aujourd'hui, je crains d'avoir honteEn présence de mes amis:La vieillesse besogneuse est redoutable ?Les hommes se disputent la terre - Hommes, la terre, à qui est-elle ? . TAOS AMROUCHEChant des pèlerins Chant berbère de Kabylie .       TAOS  AMROUCHE... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 janvier 2008

OCEANE

  Intemporelle je te contemple Souple et lisse , immobile étendue , Exhalant l’insoutenable absolu. Elle se tend et m’attire sans merci, Je perds pied , je cède, Je m’abandonne à son incertitude . PIERRE AMROUCHE PEINTURE  ELEONORE BERNAIR
Posté par emmila à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 2 janvier 2008

ETOILE SECRETE

« J'ai respiré la chair du monde et le monde dansait en moi, j'étais à l'unisson de la sève, à l'unisson des eaux courantes, de la respiration de la mer. J'étais plein du rêve des plantes, des collines ensommeillées comme des femmes après l'amour.Mais j'ai perdu l'esprit d'enfance, l'accord parfait aux Rythmes Saints. Ma bouche s'est emplie de l'âcre saveur de la connaissance et la musique du monde qui ruisselait au printemps de l'enfance peu à peu s'est évanouie dans le pas solitaire du sang.Entre les Choses solitaires où flotte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 22 octobre 2007

LE COMBAT ALGERIEN

À l'homme le plus pauvre   à celui qui va demi-nu sous le soleil dans le vent   la pluie ou la neige   à celui  qui  depuis sa naissance n'a jamais eu le ventre pleinOn ne peut cependant ôter ni son nom   ni la chanson de sa langue natale   ni ses souvenirs ni ses rêvesOn ne peut l'arracher à sa patrie ni lui arracher sa    patrie.Pauvre affamé nu il est riche malgré tout de son nom   d'une patrie terrestre son domaine   et d'un trésor de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 19 octobre 2007

POUR SAADIA

                       Qu'on aimerait suivre les âmes                     Au pays où elles s'enfuient.                     Je marcherais la nuit, le jour,                     Et les cieux je parcourrais          ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :