mardi 23 septembre 2014

A L'HEURE DU LIMONCELLO ( Inédit )...Extrait

Maintenant, je dois refaire mes comptes Il me reste des automnes avant La longue nuit sans livres ni peinture Et il me reste aussi quelques printemps. Près de vingt ans, les automnes compris. Si je mets dix ans à grimper le mur Je n’aurais rien perdu si à la fin Mes lèvres se posaient sur ses deux mains J’aurais de quoi vivre encore vingt ans.   .   JALEL EL GHARBI   .    

vendredi 30 août 2013

POEME DE L'EXIL, DU MONDE QUI RETRECIT ET DES EGORGEURS

Ils sont venus de loin, de très loin, de derrière les dunes Ils portent des poignards et marchent comme des égorgeurs Ils ont mis un voile noir sur les visages les plus matinaux Si je reste encore ils vont me poursuivre jusque chez moi C’était encore l’aube d’avant Tout dormait encore les oiseaux les belles et le vent Si je n’étais pas aussi matinal J’aurais saisi Kairos par les cheveux Et je l’aurais traîné loin dans le premier estaminet Il y a derrière le paravent de la forteresse De vieux parchemins historiés Et les amis qui ne... [Lire la suite]
lundi 9 avril 2012

MON VOYAGE EN OCCIRIENT

Il n’est pas très confortable d’être passionné d’Occident quand on est oriental et il n’est pas confortable d’être épris d’Orient quand on est occidental. Dans un cas on passe pour être à la solde des puissances étrangères et dans l’autre cas, on est estimé victime de ce prisme déformant qu’est l’exotisme.Il n’est pas très confortable d’être. Peut-être est-il doublement difficile d’être lorsque on porte en soi cette double appartenance qu’on peut délibérément avoir choisi de cultiver.Sans le vouloir, j’ai usurpé un nom (El Gharbi, en... [Lire la suite]
mercredi 28 mars 2012

JALEL EL GHARBI

Aucune vague n'interdira la houle du rêve Un peu de vert là où rien ne pousse Du bleu pour les barques de l'ailleurs Et du carmin sur ses lèvres. . JALEL EL GHARBI .
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 23 février 2012

JALEL EL GHARBI

Je pourrais facilement fermer les yeux Reconnaître la page et non pas le livre L'escale et non pas le voyage Le sourire et non pas l'Amour Je pourrais ne plus ouvrir Ni la fenêtre, ni le hublot, ni le livre Et me dire c'est elle. . JALEL EL GHARBI . Photographie Philippe Pache
Posté par emmila à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 28 mai 2011

ODE EN ROUGE ET BLANC

Et ma mort sera douce. Je tomberai comme un pétale de coquelicot Que personne n’a cueilli. Je m’éteindrai sans peine, Comme les pétales des marguerites Qui disent « elle ne m’aime pas » Ou  « un peu ». Je fermerai les yeux facilement Comme une cerise qui roule sur la blancheur du melon Je m’éteindrai chaudement Comme un oreiller rouge sur un drap blanc Et ma mort sera douce Tant je t’aime. . JALEL EL GHARBI . . O d a  e n  b l a n c o  y  r o j o Y mi muerte será... [Lire la suite]

mercredi 19 janvier 2011

JALEL EL GHARBI

Or le monde s’ouvrait au chapitre Du lièvre matinal, Dans sa course onéreuse, A la page Du duvet sur la douceur Des fruits Et à la ligne du ciel nu sous sa fourrure De nuages Son chemin traverse la route Qui va derrière le paysage De quelle propension es-tu l’allégorie ? C’est la course du lièvre C’est le galbe de son chemin C’est le signe de son passage Que je cherchais à saisir Or le lièvre, le duvet, les fruits, la fourrure, le ciel, les nuages, la route, le chemin,... [Lire la suite]
samedi 15 janvier 2011

LE CRI DU COEUR

Avenue Habib Bourguiba. Hier, sous le couvre-feu, un homme sort dans la rue. Il lance un de ces cris intraduisibles qu’on n’oublie jamais. J'essaie de  le traduire tel quel pour lui dire mon amitié.Jalel El Gharbi . Personne ne nous l’a donnée Nous l’avons arrachée notre liberté Le peuple tunisien a arraché sa liberté Le peuple tunisien s’est payé sa liberté Vive le grand peuple tunisien Vive la grande Tunisie Vive la Tunisie libre Vive la grande Tunisie Hommes libres de Tunisie Vous voilà affranchis Il n’y a... [Lire la suite]
samedi 4 septembre 2010

PRIERE DU VIEUX MAÎTRE SOUFI LE LENDEMAIN DE LA FÊTE...Extrait

Prendre un cheveuQue l’amour a oubliéLe rapprocher de la lampe du jourLe peser à l’aune des rêvesUn millimètre pour mille onces de bonheurPliez le cheveu en deuxLe rapprocher de ses lèvres Et frôler la lampe qui y loge Prendre le cheveu Le caresser et retrouver l’once manquante.JALEL EL GHARBI.
mardi 27 juillet 2010

PRIERE DU VIEUX MAÎTRE SOUFI LE LENDEMAIN DE LA FÊTE....Extrait

Dis-moi le GrammairienToi qui connais les déclinaisonsLes subordinationsLa nature et la fonctionEt l’élision des chosesLequel prête son nom à l’autreL’amour ou l’absoluQu’il t’arrive de nommer AmourJ’ai cherché cet AmourDans les livres, sur les routesDis-moi le GrammairienAi-je le droit de trouver l’absoluDans le vermeil d’une fraiseJ’ai sorti les plus beaux poèmesPour voir mon amourEt ma plus belle chemiseJ’ai oublié mes prièresDis-moi d’où nous vient l’amour des sources,Des dunesSerait-ce une métaphore de la métaphoreOu... [Lire la suite]