lundi 19 janvier 2009

TAHAR BEKRI

 Si ton char tue ma prière     Si le canon est ton frère     Si tes bottes rasent mes coquelicots     Comment peux-tu effacer ton ombre     Parmi les pierres ?      Si mon église est ton abattoir     Si tes balles assiègent ma croix     Son mon calvaire est ton bougeoir     Si les barbelés sont tes frontières      Si ta haine par-dessus le toit de ma maison     Confond minaret et mirador     Si ta... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 14 octobre 2008

LE LABOUREUR DU SOLEIL...Extrait

"J'ai pristes cheveux un à unj'ai tissé une barqueDans la brise de tes yeuxj'ai navigué vers les îlesaux tulipes bleuesIl neigeaitsur les coquelicotsde tes lèvresTristeétait l'enfantqui avait faimIl pleuvaitdes étoilessur le toit de mon coeurJ'ai pris ta main de luneet j'ai fait un pain"   .   TAHAR  BEKRI   .    
Posté par emmila à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 3 juin 2008

RETOUR A NOUAKCHOTT...Extrait

Je te retrouve dans le souffle du ventExsangue brûlé par le sable sans relâcheTant de dunes impatientes le long de ma routeSurgissent des limbes de l’inconsolé mirageLes caravanes portées par la distance d’antanImmobiles et langoureuses l’ombre aussi rareQue l’acacia sec et endurci sous le soleil de plombMon chant comme prière implorant le firmamentJ’ai de toi désert la soif affranchie des frontièresLe rêve qui s’enlise ensablé habillé de lumièreTout l’océan aimant chargé de lourdes piroguesButin d’arc-en-ciel pour des frères noirs et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 16 mai 2008

SENGHOR A BEL-AIR

Qui dira à la mer la douleur de l’écumeLe silence de la tombe sous nos fronts émusFleurs en plastique ciment encore fraisOraisons sous l’œil de la tourterelle faroucheInconsolée sur les branches nuesCette herbe sauvage pour seule compagnieComme pour bercer l’élégie majeureEt nos pas tremblants pour te voir amiLa parole dans l’indifférence du cimetièreAssourdissante dans le trouble des acaciasPerdue nouée dans nos gorges avaresDe tant d’oubliFallait-il au rêvePoète aux Chants d’ombreTant de vicissitudes pour célébrer la farce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 7 mai 2008

TAHAR BEKRI

Ils s'en allaient errer leur âme par les soirs où s'évade la mer Brûlés par le poème et par le songe                    Tahar Bekri         Le coeur rompu aux océans .
Posté par emmila à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 15 février 2008

L'EPOPEE DES NUS

L’épopée des nus Ils arrivèrent sombres et nusAux portes des villes repuesLe ciel sourd aux étoilesLes mouettes pour seules compagniesEt des rêves comme des miragesRemplis d’or et de défiIls échouèrent sur le large des côtesOù le partage a couleur d’oubliOù ton nomDéroule sa houleDans les affres du sable humilié sans merciO vieil océanQuel gouvernail pour attendrir les vaguesQuelle mer pour recevoir les fleuves et les rivièresMêler sel et douce sourceSans bois mortsSans eaux troublesMais le limonFertile et fraternel . TAHAR... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 8 août 2007

OUED, GABES

Dis-moi si l'eucalyptus endurcitTon écorce si la pierre écouteToujours le vent si le sable retientNos demeures dans l'ardent souvenirL'attente des eaux entremêle absenceEt retour des mirages Sur les bords ravinésSe dessèchent les ans comme figuiers avaresAmi des crues las des rives monotonesNoué dans le lit des lauriers amersTu cries aux vallées ingrates à pleine gorgeJ'emporte vos échos chants bravant l'orageNoces de feu dans les ciels sauvagesCette palmeraie née de mes entraillesDebout entre mes yeux et là mer TAHAR BEKRI... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 8 août 2007

C' ETAIT LE TEMPS.....

C'ETAIT LE TEMPS... C’était le temps des jarres remplies de dattesDans les cabanes aux toits de palmeLa lampe à pétrole notre trésorLes citronniers parfumaient nos demeuresGuêpes et abeilles pour la meilleure aigreurDans les treilles se confondaient raisins et étoilesLa nuit tombait céleste comme une figue noire Tahar Bekri
Posté par emmila à 01:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]