vendredi 11 novembre 2016

OSAMA KHALIL AL DIAB...Extrait

Qui a dérangé mon sommeil,laissez-moi dans l’eau doucelaissez-moi voyager parmi les étoiles d’eauvous m’avez assez crucifié dans les anciens livresassez recouvert de vos prières jaunesLà-bas dans l’eau douceun pistachier d’Alep,sous son ombre une femmerassemble les gémissements de l’air,elle élève des souvenirs,tout autour parmi les herbesbourgeonnent les blessuresqui sont des visages de réfugiésLaissez-moi là-basen compagnie des motsqui courent effrayéspour entrer dans le poème,puis ils claquent la porte derrière euxavant de tourner... [Lire la suite]

mercredi 12 octobre 2016

ELLE LANCAIT SA VIEILLE VAISSELLE

Elle lançait sa vieille vaisselle à la lune qui répare les assiettes ébréchées ravaude le linge des noces et classe par ordre de tristesse les photos jaunies par le regard de la lampe Tout l’univers se partageait les taches ménagères de ma mère les vents adverses soufflaient dans les tiroirs négociaient dans ses volets et balayaient vers la ville les miettes de rêves qu’elle grignotait dans son sommeil Mère si négligente sur ta corde de linge séchaient les nuages au blanc douteux qui suscitaient le sarcasme des rossignols et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 30 septembre 2016

ZIAD MEDOUKH...Extrait

Ô soldats occupants, Ô colons agresseurs, Ô sanguinaires apatrides, Vous qui vous avez occupé notre pays, Volé notre terre Et humilié notre peuple Par des orgies de punitions collectives, Par des agressions et des crimes quotidiens Partez ! Vous qui êtes élevés dans la haine et la violence, Vous tuez de sang froid nos gosses lanceurs de cailloux, Vous brûlez sans foi ni loi nos bébés dans leurs lits, Vous attaquez brutalement nos lieux saints, Vous encerclez nos villages et nos champs, Vous détruisez nos maisons et vous arrachez nos... [Lire la suite]
dimanche 7 août 2016

L'ETE A GAZA

L’été à Gaza n’est pas l’été d’ailleurs, C’est un été très particulier Un été merveilleux où surnage une beauté Qui transperce les yeux Un été lumineux , un été vivant Un été ensoleillé aux nuits tranquilles Un été plein d’espoir, Un été doux fleurit aux rayons de chaque heure. Mais c’est un été passionné, passionnant et bouleversé Qui apparaît , dans le sang et la patience, Un été que même la poésie la plus colorée Et le grondement des textes écrits Ne pourraient décrire, Un été sans vacances pour les enfermés. En été, à Gaza, A... [Lire la suite]
samedi 6 août 2016

CHANSON POUR BAB TOUMA

Jolis les yeux des femmes à Bab Touma*jolis jolis…lorsqu’ils contemplent tristement la nuit le pain les ivrogneset belles sont ces épaules gitanes sur les litsqu’elles m’accordent les pleurs et le désir ô mèreah que ne suis-je un caillou coloré sur le trottoirou une chanson longue dans la ruellelà-bas dans un creux de boue lissequi me rappellerait la famine et les lèvres sans abrioù les petits enfantssurgissent comme la malariadevant Dieu et les rues sombres.Ah que ne suis-je une rose dans un jardin quelconqueun poète mélancolique... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 21 juin 2016

AU SUD DU SILENCE...Extrait

Parce que leurs noms étaient trop larges pour leurs corps d’étrangersils se taillèrent des noms de voyage dans le tissu rêche des chemins Des noms pliables sous la peaupour les villes qui fument leurs hauts fourneaux pour oublier les prairies asphaltées. Sur les cils de la lune il y a de la poussière disent-ilset ils frappent aux portes des femmes pour retrouver une patrie.   .   VENUS KHOURY GHATA   . Caroline Ortoli    
Posté par emmila à 15:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 20 avril 2016

UNE MIGRATION SANS FIN...Extrait

Un jour, Nous revenions de la fontaine Au petit matin, Tu m'as demandé :  "Que hais-tu Et qui aimes-tu ?" Et j'ai répondu, De derrière les cils de la surprise, Mon sang circulant à grande vitesse Comme l'ombre d'une nuée d'étourneaux : "Je déteste le départ ... J'aime la source et le chemin Et j'adore le mi-matin." Alors tu as ri Et les amandiers ont fleuri Les nuées de rossignols ont chanté Dans le bois Question Qui a quarante ans d'âge, Je salue sa réponse ; Et réponse  Aussi vieille que ton départ, Je salue sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 13 février 2016

ON DIT QUE TU AS BON ESPOIR...

 Le poète Ashraf Fayad (né à Gaza en 1980) a été condamné à mort par décapitation, le 17 novembre 2015, pour apostasie (renoncement à la religion), au motif que ses poèmes contenaient des idées blasphématoires. Il s’agit, après cent cinquante exécutions en 2015, d’un nouvel acte d’obscurantisme et de barbarie d’une monarchie absolue de droit divin, dont la France est l’un des principaux four-nisseurs d’armes.   D’origine palestinienne, Ashraf Fayad a représenté l’Arabie Saoudite à la Biennale de Venise en 2013, année où il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 20 janvier 2016

FLORILEGES

Je n’étais qu’interrogation dans le ventEt me suis fait mirage sans échoJe suis vague et langage.Un jour je me fondrai dans l’apocalypse et le brouillardLaissant closes toutes les portes de l’infini en attente du diable.Le fleuve des instants s’accroupit dans le jardin des fleurs.Les bouches sont figées.Elles n’expriment qu’une litanieDe tourment et de désespéranceEt l’immensité du passé nous lie au zéphyr et au zéro.Rire encore et toujoursProvoquer les gouvernantsRefuserSentir la honteRegretter ses fautesSe réjouirVanter ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 19 janvier 2016

BENIS SOIENT LES MORTS

(…) Amer sous notre langue le goût de la parolede l’appel et du baiser de la femmeNos cœurs se rétractentcomme une poignée d’air dans la mainJusqu’à quand :Rouillés, mornes, broyés par les questions ?Anges ?- Nous ne sommes pas des angesNous n’avons pas d’aileset le bleu n’est pas notre couleur(…) Renards ?- Où est le champ librela volupté de la traqueet l’assurance du retour à la grotte de la nuit ?Tyrans ?- Nous n’avons tué que nous-mêmesnos jourset l’âme décrépite de nos enfants en proie au désespoirHumains ?- Mais nous ne... [Lire la suite]