lundi 29 août 2011

LA PANTHERE CACHEE A LA NAISSANCE DES EPAULES...Extrait

 Elle a la chevelure plus lointaine qu’un plaisir qui vient de passer, et dans le sourire mille promesses n’empêchant pas la pluie. Ses couleurs sont une palette de tremblements: tantôt cicatrice d’ombres et tantôt clair de couteau. Aucun facteur ne sonne à sa porte parce qu’on ne lui connaît pas de demeure. On ne lui connaît pas de fin non plus, car elle est libre comme un arbre. Et comme l’arbre, elle monte. Viens Recueille-la à flots dans tes yeux Son jardin, forteresse qui exhale l’intrigue et douce mort que flaire le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 5 mai 2011

DÎWÂN...Extrait

 Le Désir, dans la pré éternité des pré éternités, est l’Absolu, – en Lui, à Lui, de Lui, Il apparaît, en Lui, Il a paru ; Le Désir n’est pas contingent, puisqu’Il est l’attribut d’entre les attributs pour celui qu’Il a tué et qu’Il ressuscite. Ses attributs sont de Lui, en Lui, non pas choses créées, le créateur d’une chose est celui qui projette ses choses. Quand Il a déclenché le début, son Désir a projeté un attribut dans ce qui commençait, et le Désir y a fait chatoyer son chatoiement. Le Lam avec l’Alif adjoint s’est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 11 avril 2011

LES OBSCURCIS

A l’étroit dans nos cagesNous écrivons sans bouger la mainLes mots qui nous font défaut pris dans les livres désaffectésMeurs si tu veux disons-nous à celui qui a effacé ses contoursMais réveille-toi avec le coq qui clame le jour trois strates plus hautLes passants qui nous empruntent nous disent clos sur de grandes insatisfactionsIls sont ceux qui crientNous sommes ceux qui écoutentNos colères brèves comme feu de résineux nous surviventNous échangeons nos impressions avec d’autres obscurcis consignés dansNos cahiersSans nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 27 mars 2011

MESNEVI...Extrait

L’œil de la mer est une chose, l’écume en est une autre ; délaisse l’écume et regarde avec l’œil de la mer. Jour et nuit, provenant de la mer, se meuvent les flocons d’écume ; tu vois l’écume, non la mer. Que c’est étrange ! Nous nous heurtons les uns contre les autres comme des barques; nos yeux sont aveuglés ; l’eau est pourtant claire. Oh, toi qui t’es endormi dans le bateau du corps, tu as vu l’eau ; contemple l’Eau de l’eau. L’eau a une Eau qui la pousse, l’esprit un Esprit qui l’appelle.” . JALÂL AL DIN RÛMI . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 10 mars 2011

SOLEIL DU REEL...Extrait

 Un peu avant l'aube une lune se fit voir au firmamentDu firmament elle descendait et elle eut souci de nous.Semblable au faucon qui enlève un oiseau tandis qu'il chasseCette lune m'enleva et s'en fut courir au firmament.Lorsqu'en moi je fis inspection, je ne me vis plus moi-mêmeParce qu'en cette lune mon corps avait reçu la grâce de devenir semblable à l'âme.Dans l'âme, comme je pérégrinais, je vis seulement la luneAu point que le mystère de l'éternelle théophanie fut entier dévoilé.Les neuf cieux descendaient tous au sein de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 3 mars 2011

AMORISCO...Extrait

Dans l’arbre j’entends un oiseau. L’éther est désir quand chantent les oiseaux et moi, debout sur ma terrasse, j’offre mes jours aux tornades du hasard. Debout sur ma terrasse je suis gavé de cette faim qui part dans le chant de l’oiseau. Et j’ai peur que mon cri ne me brise, Que le cri que retient ma langue aille décréter ma folie. Ô oiseau affamé de désir, Ô trapèze volant, corde raide, et singe qui grogne sur un toit. Oiseau, tu as de la chance. Debout sur ma terrasse mes ailes sont siècles de désir. Je suis le Bédouin sur les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 10 février 2011

AUBE...Extrait

  Cendre et texte d’avantle fait que tu en sois ivreses ancrages ses errementsnuance lunaire à modulertoute relation connaissanteta nomadité chronique l’effaçantne subsistera ni objetni en deçà ni au-delà sauf l’aubeface aux yeux morts du récitant   (...)   la seule rémanencela séance à reprendre à son débutet toute sa généalogie dévoyéesans énumérer les rues sansles relier à la nuit attendueet avant que n’arrive la Ponctuelleferme les yeux avantpour le jaillissement du miraclede mots lunairesdans ces... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 2 février 2011

AHMED FOUAD NEJAM

Quand le soleil se noie dans une mer de brume, Quand une vague de nuit déferle sur le monde, Quand la vue s'est éteinte dans les yeux et les cœurs, Quand ton chemin se perd comme dans un labyrinthe, Toi qui erres et qui cherches et qui comprends, Tu n'as plus d'autre guide que les yeux des mots. . AHMED FOUAD NEJAM (Merci Serge!) .
Posté par emmila à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 14 janvier 2011

ÊTRE ET DESÊTRE...Extrait

Les mues de l’ombre                         que je suis                         ne sont que les traces                         de mes exils d’être..FOROUGH FARROKHZÂD.
Posté par emmila à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 24 novembre 2010

RÛMI

... Pendant des années j'ai tourné avec les étoiles......ils entrent tous dans la danse, la danse......sans le vent du désir comment un monde pourrait-il s'ébranler...Ouvre tes lèvres: le sucre abondant est ce que je désireÔ soleil de toute beauté, sors un instant des nuagesCar ce visage rayonnant de lumière est ce que je désireJ'ai entendu dans ton ciel l'appel du tambour au fauconTel un faucon,je suis revenu car le bras du roi est ce que je désireL'amour, c'est s'envoler vers le ciel,l'amour, c'est déchirer cent voiles à chaque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,