mercredi 1 mai 2013

HEATHER DOHOLLAU - HOMMAGE

" Une  page du ciel où s'inscrit la terre     Ses arbres frêles, la fumée de ses feux     Où brûle une heure d'Avril     Par la blancheur de la page     S'échappent les paraphes des nuages     Leur fuite infinie     Hors de si peu d'espace     Le paysage est rentré dans la fleur de l'oeil     La cascade de la vue s'étale en cette eau ultime     Où dans un long regard, le coeur se mire ..."  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 5 octobre 2012

WESTBOURNE ROAD, PENARTH

M'installant pour les orages Devant la fenêtre Tournant le dos Aux animaux de l'arche Sauvés immobiles De l'eau gros bleu des murs La chambre est sombre Et en bas dans le jardin Les roses sont noires Au printemps vieilli Hors du regard du soleil Les jours pâlissent Comme sous une souche Les tiges blanches s'entremêlent En frêles étreintes Dans un abri de mort Mais l'enfance est Maintenant se voit déjà À rebours des ans Que de temps perdu À tirer des traits D'un compte continu À gommer les traces D'un paysage... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 5 octobre 2012

LA VIE EST DANS LA VIE

La vie est dans la vie Ce qui est entré dans la mort Nous parle toujours ailleurs Une certaine musique Une équivalence de lumière -Mais si cela est vrai Où est le lieu réel -Dans l'amour qui perdure Et trace dans la ressemblance l'unique L'identité est dans la douleur Et les couleurs éparses du monde Sous l'angle du cøur Peignent une seule rose . . . HEATHER DOHOLLAU . . . Oeuvre Jaya Suberg    
Posté par emmila à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 11 août 2012

SUITE POUR LES ABSENTS

Une  page du ciel où s'inscrit la terre     Ses arbres frêles, la fumée de ses feux     Où brûle une heure d'Avril     Par la blancheur de la page     S'échappent les paraphes des nuages     Leur fuite infinie     Hors de si peu d'espace     Le paysage est rentré dans la fleur de l'oeil     La cascade de la vue s'étale en cette eau ultime     Où dans un long regard, le coeur se mire  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 11 août 2012

SEULE ENFANCE ET AUTRES POEMES...Extrait

   Le ciel passait       Par dessus les murs      Des jardins.      Chacun découpait       Son drap du jour      L'air fut bruissant d'anges      Mitoyens.      Des autres      J'avais connaissance       Par le ciel.       Il y avait une lumière fraiche sur la route      Le croisement restait vide ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 18 janvier 2012

HEATHER DOHOLLAU

Comme une main effleure les cordes La mémoire prend L’une après l’autre Les notes d’un lieu Créant sa seule musique Une certaine lumière L’espace des fleurs L’ombre d’un mur Un dégagement de chemin Parmi les pierres D’où vient le chant d’une identité L’écho qui capte La voix d’un dieu? . HEATHER DOHOLLAU .
Posté par emmila à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 6 août 2011

LE POINT DE ROSEE...Extrait

  Ce qui est là dans le là Point à la ligne Retour insurgé D’un seuil de blanc Et distance conçue Comme parcours sans bord Mais vrillé dans l’espace D’une voie étroite Main courant dans le temps De l’arc-en-ciel Chaque couleur a sa place De simple appui   L’instant est le creux Où tombent les choses Ourlées de lumière Bercées de l’ombre Par la fenêtre Le bleu se loge aux yeux Les livres habitent leur marge Et blanc sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 25 mai 2011

LES PORTES D'EN BAS...Extrait

"Au British Museum j’ai pris le Glad Day de Blake – celui qui reste est forcément un faux. L’opération était délicate, mes yeux n’étaient pas encore habitués à ce genre d’enlèvement, il fallait faire très attention et au début ils se fermaient trop tôt. Il y avait pourtant le temps – il y en a toujours. Dans la grande salle personne ne s’occupait de moi, des garçons désinvoltes et charmants remettaient en place des cartons et, au centre, devant un pupitre surélevé, un monsieur très digne prenait note des besoins des quelques... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 20 février 2011

AQUARELLEES...Extrait

D'abord le silence où la chute d'une pomme    Déplace le chant des oiseaux    S'infiltrant avec l'air par les fenêtres mal jointes    Car personne ne peut tisser dans sa tête    Des nombres absents sans que les eaux de dehors    Ne le prennent léger pour un présent voyage    Et aux jours de fête le souffle du soleil    Peut tendre les voiles pour une traversée soudaine    Où hors de lui le voyageur frôle les voix    Seul dans ses liens... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 20 février 2011

SEULE ENFANCE ET AUTRES POEMES...Extrait

  Par -dessus les murs, le ciel      et le jardin tant de fois revu en rêve,      le poirier n'abrite plus personne      et l'échelle a été enlevée il y a longtemps.      Comme un mandala vide, la pelouse,      s'y tenir au centre c'est tomber dans un puits      qui traverse le temps.      Transposer cette chute en distance franchissable,      c'est restituer la présence... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,