jeudi 16 février 2017

QUESTIONS DE POESIE

Dans ta patrie de neige, Quête muette des mots depuis toujours, jusqu'à l'ultime frontière. Viens boire à l’arc-en-ciel de la beauté Au grand passage Au lien à la terre Point de paroles vaines pour l’enfance absente des mots Natale est la lumière Silencieuse la pierre du retour Au peuple du poème. Qui se réduit à l'isolement ? Qui va vivre en exil intérieur ? Quelle étoile est la plus triste ? Natale est la lumière Désenchantée et écartelée entre rêve et néant. Qui veut franchir le grand passage ? Qui porte le chant ? Qui porte le... [Lire la suite]

samedi 24 décembre 2016

NOËL D'ENFANT AU PAYS COUPE

Un Noël comme tant d’autresdans ces années du pays coupéune parole lointainedes voix entendues au moment de s’endormirdont on se souvientcomme des jours de neige, qui les étouffent,depuis des jours et des nuits, il neigeet j’ai quatre ans,il neige depuis six jours, ou plus ?des Noëls de lune froide avec le ciel ramasséle ciel qui se perd dans le brouillard de la forêt et du volcandes chandelles de glace et les doigts rougis dans la neige prise à pleines mainsIl neigeait toujours à Noël.Décembre, dans mes souvenirs, est blanccomme les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 24 décembre 2016

NICOLE BARRIERE ...Extrait

un enfant suffit, présentune main suffit, tenduedans le tumulte des sanglotsCe jour, cette heurela nudité des multitudes cherche l’autreouvre la page et dit : je t’aime.dans le silence, les images des solitudesles cieux gris sentent venir la lumière.Et le monde se lèvecœur battant jubilationlibère et envahitl’abime du seul mot fraternitésJours ordinaires d’entente et d’appelMême l’obscurité des jours de pauvreté,c’est toujours l’étable des humbleset l'espoir d’un jour beau d’accueilsur la vieille terre des pleurs,Le silence soudain... [Lire la suite]
jeudi 1 décembre 2016

PRIZREN

L’enfance, les herbes, le lac le jadis du monde je pense comme le granit Des temps immémoriaux bien des fantômes reviennent dans la forteresse des mots Des lieux, des gens s’entrecroisent la nuit, le temps les oliviers et les oiseaux le temps semble fait de lumière pas d’obscur sur les places il fait beau. Des tziganes cheminent Et jouent le long de la rivière L’air entraine la danse il y a dans l’air des prières païennes des appels magiques et des pans silencieux d’histoire des prairies entrevues remplies de mémoire des... [Lire la suite]
mercredi 27 juillet 2016

HUMBLE FRESQUE DES CONSOLATIONS DU MONDE

Des Christ Des suaires Des prophètes Des arbres rouges d'oiseaux Flottent dans l'attente, Don Quichotte Les apôtres Des cantiques Des baies rouges Des branches de buis Le rituel dérisoire et toujours répété de la croyance en la tendresse humaine L’enfant, l’oiseau, les loupsPar-dessus les pleurs, il reste l’amour Du plus ordinaire des jours En plus simple apparence, l’ange Se pose sur les mains jointes Comme on voit près de l’arbre décimé Un corbeau solitaire dépecer la misère humaine Comme on lit les prières arrachées aux... [Lire la suite]
mardi 26 juillet 2016

BASALTE ROUGE

De si loin revenu par magie amant veilleur pris dans les bras mains maladroites rendre la chair vive être brasier et fagot de purs blasphèmes hallucinés soufre, herbe brûlée langue obscure de quelque étranger brûle lucide les plaintes blasphèmes vie coupée versets redoutés prière d’insérer enfer noces de terreur bandit éclopé que guettes tu au bout de l’exil ? j’emprunte les yeux des femmes aimées pour éclairer mon chemin la nuit bouillonne viens aiguiser les mots sur la pierre mots tranchants de l’agonie qui crie :... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 20 juin 2016

CHAOS

Il n'y a personne pour nous dans le monde tant l’incandescence emporte tout passage ardent, amour fervent, j’ai cru à la rédemption des sillons de feu du poème j’ai cru à la tourmente des ailes de papillon dans la lumière j’ai cru à la nostalgie de l’enfant du vieil homme et la mer s’est levée la tempête, le bateau de l’amour s’est heurté au réel des torches brûlantes ont incendié les habitudes et nul n’a su dompter les mots de l’horreur Pour vous les brulées vives D’avoir résisté au viol Pour vous les égorgés, D’avoir osé votre... [Lire la suite]
mercredi 28 octobre 2015

DE L'EXIL

Légers les martinets dans l’oblique des rais Suivent le vent, éclairs légers Ton regard les suit. Tu as fui le ciel chargé de la guerre Tu te souviens, les ombres Le pas rouge de l’aube Te voilà posé sur l’autre rive Tout déborde dans tes rêves La lumière, les collines, les feuilles Ton histoire n’émeut personne Tu te perds dans le halo des âges. Rien, la vie ou le vide t'ensevelit La nuit, l’autre face du rien L’horizon, son étendue vide Les étoiles, des points de lumière Où tu deviens nomade Et plus tard l’oasis, l’imposture ... [Lire la suite]
lundi 19 octobre 2015

TESTAMENT

La poésie doit dire quelque chose. Dire quoi ? Le malheur cueilli par Dieu dès l’enfance ? Le voile blanc d’une aube désertant la mémoire ? Une silhouette rivale et une ombre muette ? L’expérience de la compassion, autre énigme de la bonté ? Que me veut la poésie ? Me racheter ? Rencontrer Dieu chez mes ennemis Paradoxe…Dieu est l’ennemi. Absent, laid, haineux, Dieu est la foudre de l’âme Il la traverse de haut en bas comme les longs arbres Dont les racines s’immergent dans les marais Dans la voix du poème, Le vers sortent... [Lire la suite]
dimanche 18 octobre 2015

L'ART D'ECRIRE

Tu exprimes le manque, l’incertitude, l’abandon peut-être Le gouffre où tu te débats Tu affectionnes un style et cherches le ton qui te ferait exister tu es là dans l’immensité, le bleu et la voix la voix se heurte au bleu et l’horizon renvoie un écho ne cherche pas l’écho l’écho est l’exil du même rapproche-toi de la sérénité, les puissants battants du songe ailes ouvertes répétant à l’infini le geste heureux d’aller vers l’autre et tu découvres la précarité de l’être, ou le refus ou le silence ou la mort Tu crées en... [Lire la suite]