dimanche 18 juillet 2021

AXION ESTI SUIVI DE L'ARBRE LUCIDE ET LA QUATORZIEME BEAUTE...Extrait

Les eaux joueusesles traversées ombreusesdisent l’aube avec ses baisersqui commencehorizon -Et la sauvage colombefait vibrer un son dans sa cavernebleu éveil dans le puitsdu joursoleil –Le noroît offre la voileà la mercaresses de chevelurepour ses rêves insouciantsrosée –Vague dans la lumièreà nouveau donne renaissance aux yeuxLà où la vie cingle vers le largeVievu du lointain –     .     ODYSSEAS ELYTIS     .  Oeuvre Emile Nolde

lundi 31 mai 2021

LA MER CONTRE LE NEANT

Une forme visible, aérienne, compacte, contre le quartz que perce, minéral, le regard. Des points incandescents, des lames lentes longues, des profils irisés, d'incandescentes masses. Des voix brèves surgies de leurs blanches racines, dessinent dans les airs une végétation d'ailes. Des volumes précis de vibrantes voyelles fondent lueurs et choses en une exacte transparence. Des jardins édifiés sur l'iris de l'aurore fondent la splendeur dans des sources, des fleuves blonds entre les branches. Vers des oui lumineux, incises... [Lire la suite]
samedi 15 mai 2021

REGARD SUR LA POESIE NATIVE AMERICAINE...PIN SAUVAGE AERIEN

Une éruption de reinettes,rondes vertes, surprisedu rouge contrele cyprès nu et grisdans les bois en hiver. Pin sauvage cardinal,plante aérienne feuille-plumeou chien-boire-eau.*Pointes de fleurs lumineuses —un plumage exotique. La manièredont elles contournent le tronc.Contre la peaucette proximité me manque,expression lactée. Avant qu’elles ne se verrouillent,leur chagrin révélépar cet éclat.Chercheuses de lumière,acrobates en position. Au-dessus des marécagesun milan raseles herbes... [Lire la suite]
samedi 24 avril 2021

HYMNE PREMIER (fragment)

    Soupçon d’âme dans l’argile Alors il parla et il y eut la mer Et je vis et j’admirai Et dans le sein de la mer il sema des petits mondes à mon image et à ma ressemblance : Chevaux de pierre à la crinière dressée et amphores sereines et dos oblique des dauphins Ios Sikinos Sérifos Milos « A chaque mot son hirondelle pour t’apporter le printemps au cœur de l’été » dit-il et des oliviers en grand nombre afin qu’ils tamisent entre leurs doigts la lumière et que légère sur ton sommeil elle s’étende et aussi des... [Lire la suite]
lundi 19 avril 2021

TERESA WILMS MONTT...Extrait

Maria Teresa Wilms Montt de las Mercedes, née le 8 septembre 1893 à Viña del Mar et morte le 24 décembre 1921 à Paris, fut une écrivaine et poète chilienne. Très tôt, son esprit libre et créatif se heurta à une société patriarcale intransigeante. En 1916, elle se rendit à Buenos Aires pour échapper à cette ambiance particulièrement oppressante. Cette ville lui permit d'acquérir cette liberté qu'elle convoitait depuis tant d'année. Elle travailla pour le magasine Nosotros et publia ses deux premiers écrits en 1917. Son premier... [Lire la suite]
samedi 10 octobre 2020

RESONNANCE...

la terre se rend à l’évidence des fleursau poids de l’ombre à la désolation de l’eaususpendue entre la révolte et l’ennuije me laisse emporter par l’amoursi près d’ailleursles mots attendent notre venueles étoiles s’abandonnentle soleil monte les escaliers de l’âmela maison s’illumineje reviens du silence comme un noyéles grandes eaux de l’origine m’ont pris la main beau corps de sultane aux mille chevaux confondusje hume ton odeur capiteusesuivant la courbe de tes hanchesje me laisse emporter par la tentation de naîtreencore une... [Lire la suite]

samedi 10 octobre 2020

IL ETAIT UNE VOIX

  ... comme une blessure au cœur de la mémoire un secret perdu soudainement retrouvé la vie nous rompt le cœur et nous ouvre au hasard nous sommes si nus dans la lumière si pauvres et tant reclus le soleil est un songe au fond des mains un peu de cendre éclose visitée par la mer matins muets de nos enfances en ruine quel cri nous ouvre l’âme quel ailleurs inconnu nous arrive au hasard par des mots retenus que le vent soudain libère les yeux rivés sur l’aube l’oreille tendue de douceur nous attendons la... [Lire la suite]
samedi 4 avril 2020

POESIES...Extrait

« De moi je ne sais rien d’autreque ce que le vent murmurele soir quand tout se tait ce que les nuagesme disenten sillonnant le ciel Aujourd’huij’ai aussi comprisce que les oiseauxont écrit pour moien décrivant leurs cerclesdans le bleu de mon jour. »     .     LUISA FAMOS 1930-1974   .   Oeuvre Catherine Reineke - Manry  
lundi 30 mars 2020

THE GARDENER...Extrait

Un poème de Tagore pour les coeurs troublés    .   Paix ! mon cœur, laisse le temps des adieux être doux.Qu’il ne soit pas mort, mais accomplissement.Que l’amour se transmue en souvenir et la douleur en chants.Que le vol de l’oiseau par le ciel s’achève en le repli des ailes au-dessus du nid.Que l’ultime caresse de ta main soit délicate comme la fleur de la nuit.Reste tranquille, Ô ma Belle Fin, quelques instants, dis tes derniers mots en silence.Devant toi je m’incline et j’élève ma lampe pour illuminer ton chemin ... [Lire la suite]
vendredi 27 mars 2020

LETTRE D'ITALIE

  Francesca Melandri, écrivaine italienne, a envoyé cette lettre... comme une bouteille à la mer.   Lettre d'Italie, Il est 00h28 à Brescia. « Je vous écris d’Italie, je vous écris donc depuis votre futur. Nous sommes maintenant là où vous serez dans quelques jours. Les courbes de l’épidémie nous montrent embrassés en une danse parallèle dans laquelle nous nous trouvons quelques pas devant vous sur la ligne du temps, tout comme Wuhan l’était par rapport à nous il y a quelques semaines. Nous... [Lire la suite]