vendredi 10 mars 2017

LA NUIT A LA DERIVE ...Extrait

« Moi, Olga Orozco, du fond de ton cœur je déclare à tous que je meurs.J'aimais la solitude, l'héroïque durée de toute foi, l'oisiveté dans laquelle grandissent d'étranges animaux, des plantes fabuleuses, l'ombre d'une grande époque fluant au milieu des mystères, des hallucinations, et aussi le petit tremblement des bougies à la nuit tombante.Mon histoire est là dans mes mains et dans les mains de ceux qui l'ont tatouée.De mon séjour il reste les magies, les rites, quelques dates usées par le souffle d'un amour inhumain, l'épaisse et... [Lire la suite]

dimanche 26 février 2017

CHANSON / SONG

Va attraper une étoile filante, Fais qu'une racine de mandragore enfante, Dis-moi où sont les jours d'antan passés, Ou qui fit fourcher des Diables les piés, Enseigne-moi à ouïr chanter Sirènes, Me prémunir des piqûres de la haine, Et m'apprends Quel vent Sert à pousser esprit honnête en avant. Si tu es né pour des paysages impossibles, Voir des choses invisibles, Chevauche mil et une nuit, chevauche le Temps, Jusqu'à ce que l'âge sur toi neige des cheveux blancs, Toi, tu me diras, quand tu seras rentré, Toutes les merveilles étranges... [Lire la suite]
dimanche 26 février 2017

L'EXTASE...Extrait

Là où comme sur un lit un oreiller, Une rive en crue invitait les violettes A reposer leurs testes, Nous nous assîmes, l'un à l'autre tout entiers. C’était ferme ciment que celui de nos mains,Baume adhérent qui d’elles prenait source,Et, en nouant leurs rayons, nos regardsTissaient nos yeux sur un double cordon.Or enlacer ainsi nos mains était encoreLe seul moyen de ne faire plus qu’un,Et les images dans nos yeux le seul moyenDe faire route l’un vers l’autre. ...   . JOHN DONNE (1572-1631) . Oeuvre Francesco... [Lire la suite]
dimanche 26 février 2017

LES SEPT SOLITUDES...KAROMAMA

Mes pensées sont à toi, reine Karomama du très vieux temps, Enfant dolente aux jambes trop longues, aux mains si faibles Karomama, fille de Thèbes, Qui buvais du blé rouge et mangeais du blé blanc Comme les justes, dans le soir des tamaris. Petite reine Karomama du temps jadis. Mes pensées sont à toi, reine Karomama Dont le nom oublié chante comme un chœur de plaintes Dans le demi-rire et le demi-sanglot de ma voix; Car il est ridicule et triste d’aimer la reine Karomama Qui vécut environnée d’étranges figures peintes Dans un palais... [Lire la suite]
dimanche 26 février 2017

L'AUBE IGNOREE

La lune, avec son beau gréement d'étoiles rares, Aborde au port qu'un banc de nacres barre, Mais l'homme ingrat aux beautés de la nuit, Leurré de rêve ou travaillé d'ennui, Roule à l'abri de ses volets avares.   .   LANZA DEL VASTO   .     Photographie Bernard Liégeois  
Posté par emmila à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 19 février 2017

INSOMNIE

Je dis : ma Mère. Et c’est à vous que je pense, ô Maison ! Maison des beaux étés obscurs de mon enfance, à vous Qui n’avez jamais grondé ma mélancolie, à vous Qui saviez si bien me cacher aux regards cruels, ô Complice, douce complice ! Que n’ai-je rencontré Jadis, en ma jeune saison murmurante, une fille À l’âme étrange, ombragée et fraîche comme la vôtre, Aux yeux transparents, amoureux de lointains de cristal, Beaux, consolants à voir dans le demi-jour de l’été ! Ah ! j’ai respiré bien des âmes, mais nulle... [Lire la suite]

dimanche 19 février 2017

SYMPHONIE INACHEVEE....Extrait

C’était il y a très longtemps – écoute, amer amour de l’autre monde — C’était très loin, très loin – écoute bien, ma sœur d’ici — Dans le Septentrion natal où des grands nymphéas des lacs Monte une odeur des premiers temps, une vapeur de pommeraies de légende englouties.   Loin de nos archipels de ruines, de lianes, de harpes, Loin de nos montagnes heureuses. — Il y avait la lampe et un bruit de haches dans la brume, Je me souviens,   Et j’étais seul dans la maison que tu n’as pas connue, La maison de l’enfance,... [Lire la suite]
jeudi 2 février 2017

PAUL AUSTER ...Extrait

De la perte. Et d’une perte telle qu’elle pille l’esprit – jusqu’à la perte même de l’esprit. Commencer avec cette pensée : sans rime ni raison. Et puis simplement attendre. Comme si le premier mot venait seulement après le dernier, après une vie d’attente du mot qui était perdu. Ne pas dire plus que la stricte vérité : les hommes meurent, le monde déçoit, les mots n’ont aucun sens. Et par conséquent ne rien demander que les mots. Mur de pierre. Coeur de pierre. Chair et sang. Autant que tout ceci. Plus.   . ... [Lire la suite]
dimanche 29 janvier 2017

HOMME...Extrait

... On nous disait, vous vaincrez quand vous vous soumettrez. Nous nous sommes soumis et nous avons trouvé la cendre. On nous disait vous vaincrez quand vous aurez aimé. Nous avons aimé et nous avons trouvé la cendre. On nous disait vous vaincrez quand vous aurez abandonné votre vie. Nous avons abandonné notre vie et nous avons trouvé la cendre. Nous avons trouvé la cendre. Il ne nous reste qu’à retrouver notre vie maintenant que nous n’avons plus rien. J’imagine que celui qui retrouvera la vie, malgré tant de papiers, de luttes, de... [Lire la suite]
dimanche 29 janvier 2017

JE SUIS NE A OLYMPIE

J'ai fait mes premiers pas sur la poussière millénaire sous l'ombre grandiose des ruines sacrées. J'ai joué dans le stade antique, sur la terre foulée par les dieux et les héros. J'ai entendu les pierres raconter au vent les mythes et les légendes. Sous la lumière pâle et reposante du soleil couchant ou dans l'éclat du soleil de l'été, Mes yeux innocents considéraient comme naturelle la beauté indicible des statues et des monuments. Naturel comme le mouvement de la mer et l'odeur des pins. L'Hermès de Praxitèle. La Victoire de... [Lire la suite]