jeudi 21 juin 2018

GIULIO ENRICO PISANI

Je me souviens de cette vieille fermière suisse à laquelle je demandai – morveux immigré de 8 ans voulant se faire un peu d'argent de poche – si je pouvais lui faire des courses et qui me demanda, méfiante: "À qui appartiens tu ?" (comprenez «De qui es tu l'enfant, quel est ton pays, ta famille, ta caste, ton clan...). Innocent, ignorant, mais fier comme un coquelet, je me dressai sur mes ergots et répondis : «À personne! Je ne suis pas un esclave.» Et elle de me remettre vertement en place : "Va-t-en alors, petit effronté!" Eh... [Lire la suite]

vendredi 15 juin 2018

JOURNAL...Extrait

En moi un immense silence, qui ne cesse de croître.Tout autour, un flux de paroles qui vous épuisent parce qu’elles n’expriment rien.Il faut être toujours plus économe de paroles insignifiantes pour trouver les quelques mots dont on a besoin.Le silence doit nourrir de nouvelles possibilités d’expression…Les pétales de rose jonchent mes livres.Une des roses jaunes est épanouie à ses dernières limites et me regarde, béante, de son grand œil…Je suis si reconnaissante de ces quelques heures,et aussi de la concentration qui ne cesse de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 14 juin 2018

LE LIVRE ROUGE...Extrait

Le savoir du coeur ne se trouve dans aucun livre et dans la bouche d'aucun professeur, mais il grandit en toi comme la graine verte sort de la terre noire.Mais comment puis-je acquérir le savoir du coeur ? Tu ne peux acquérir ce savoir qu'en vivant pleinement ta vie. Tu vis pleinement ta vie quand tu vis aussi ce que tu n'as jamais vécu, ce que tu as laissé les autres vivre et penser. Tu vas dire : "Je ne peux tout de même pas tout vivre et penser ce que d'autres vivent et pensent." Mais tu dois dire : "La vie que je pourrais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 13 juin 2018

POUR MILA - DIALOGUES AVEC L'ANGE...Extraits

Pour Mila qui a 14 ans aujourd'hui . Le feu intérieur est le plus important que l'on possède. La terre appartient à ceux qui portent en eux la plus haute musique. Je me tourne vers les rares individus et les incite à élever leur musique intime, tout comme à bâtir sur l'avenir  Edith Södergran . . . . "Hier, pour une humanité enfant, l’ange était un être mythique, loin et surnaturel, accessible seulement à quelques élus. Aujourd’hui, pour une humanité qui entre dans son adolescence, l’ange descend dans l’ordinaire, et... [Lire la suite]
lundi 11 juin 2018

NICOLAS MATHIEU

"Ecoute-moi. Demain, nous serons vieux et lents. Il y aura tes enfants et tes dossiers, tes lessives et les gens au bout du fil, des lois et des embouteillages, le brouhaha du diner et le trop plein de tes journées. Demain, tu seras loin et chacun dans notre coin, nous devrons faire bonne figure. Demain, il faudra à nouveau respirer, gagner de l'argent et remplir le frigo, aller chercher les petits à l'école et lire des journaux, rire encore et vieillir aussi, peu à peu, inévitablement. Ce métier de vivre, nous le ferons du mieux... [Lire la suite]
samedi 9 juin 2018

LETTRE DE GASTON CHAISSAC A RAYMOND QUENEAU

Je ne me dis pas artiste, je ne me dis pas poète, mais je me sens artiste, je me sens poète parfois. Je me sens paysan. Je me sens traceur de piste, guide. Je me sens dompteur. Je me sens prêtre. Je me sens voyageur. Et je me sens surtout le spectateur d’une pièce ou tous les hommes et tout ce qui existe sur  la terre, jouent un rôle. Je me sens soldat qui doit lutter pour la paix. Je me sens tout.   .   GASTON CHAISSAC  Mars 1946    .       Gaston Chaissac photographié par... [Lire la suite]

samedi 2 juin 2018

JEAN EMMANUEL DUCOIN

 Quand nous tombons enfin les masques de l'éphémère, il nous arrive de découvrir la source même de nos désirs les plus enfouis, de ceux qui donnent sens et existence à la littérature majuscule, par la grâce d'un texte qui nous hantera aussi longtemps que durera la vie, puisqu'il nous semble, à perdre raison, que nous l'avions toujours connu et aimé, ce texte, lu et relu tant il naît en nous à l'évidence de ce qu'il y a peut-être de plus sacré dans l'écriture : la singularité, l'unicité absolue, l'absence totale de... [Lire la suite]
samedi 19 mai 2018

BALADES...Extrait

Il Y A QUELQUE CHOSE DE SERVILE dans l’habitude de nous mettre en quête d’une loi à laquelle obéir. Il nous est permis d’étudier les lois de la nature à notre convenance et pour notre convenance, mais une vie qui a bien tourné ne reconnaît pas de loi. C’est une découverte certes déplorable que celle d’une loi qui nous astreint là où auparavant nous ne savions pas que nous étions liés. Vis librement, enfant des brumes… et, par rapport au savoir, nous sommes tous enfants des brumes. L’homme qui prend la liberté de vivre est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 19 mai 2018

LE MONDE D'HIER, SOUVENIR D'UN EUROPEEN

« Et de fait, rien ne rend peut-être plus palpable l’énorme régression dans laquelle est entrée l’humanité depuis la première guerre mondiale que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et à leurs libertés. Avant 1914, la terre appartenait à tous ses habitants. Chacun allait où il voulait et y restait aussi longtemps qu’il voulait. Il n’y avait pas de permissions, pas d’autorisations, et cela m’amuse toujours de voir l’étonnement des jeunes lorsque je leur raconte qu’avant 1914, je voyageais en Inde et en... [Lire la suite]
mardi 8 mai 2018

FRANCOISE HERITIER....Extrait

" L'événement s'envole, mais reste l'essentiel, inscrit dans le corps, qui resurgit au charme furtif d'une évocation, au frisson d'une sensation, à la force étonnamment vive et parfois incompréhensible d'une émotion. À quoi cela tient-il sinon à cette voix intérieure brûlante, cette dynamo vitale dont nous ne savons même pas que nous l'avons élaborée au fil du temps. Le souvenir n'est plus mais la mémoire sensuelle du corps parle toujours. Nous sommes un tissu muni de capteurs qui enregistrent des empreintes tenaces, lesquelles nous... [Lire la suite]