vendredi 26 février 2021

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

De qui sommes nous les souvenirs Les ombres portées Les figures fragiles d'un rêve Que l'éveil du dormeur soufflera Telle flamme de chandelle Cohorte de fantômes, nous traversons le temps Par des routes noyées Des sentiers ruisselants Ainsi, l'eau dont nous sommes le trouble, le grain d'écume blanche Nous mène des rivières souterraines Où après la chute, nous nous étions tapis Vers ces lieux aveugles, ces scènes Au milieu des visages, des yeux qui pleurent, des bouches qui rient Il est des formes humaines Qu'à la rupture... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 15 février 2021

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

Je ne peux entendre ce chant Sans le regret d'un monde où je ne serai plus N'est-ce pas cela le ravissement Des ombres d'ambre s'élevant de l'âtre Et disparaissant La tragédie de la lumière vouée aux cendres La pleine gravité de l'instant S'évaporant tout en pesant d'avoir été Ainsi, où vont nos prières ? Jamais je n'ai pu aimer Sans soudain me glisser au terme de l'éternité J'ai écrit tant de lettres d'adieu Et j'en ai tant jeté au feu Tel un sage qui sa vie durant se prépare A ses ultimes heures Qu'il m'est impossible... [Lire la suite]
mercredi 16 décembre 2020

SOUS LE SEIN D'UNE MERE....

En pensée avec ma fille Vincia . . Une rose croît, se multiplie sans fin Sous le sein d'une mère Frêle cocon d'ouate Couleur d'amande amère et de corail Qui sent bon le bonbon Qui sous la langue fond Et vous monte à la bouche Comme par inadvertance Au détour d'un chagrin A cause d'une absence D'un mot tracé sur la buée d'un carreau S'écoulant en longues larmes d'eau . Lorsque la main divine en deux ouvre la mère Il en pleure toujours une fontaine claire A la claire fontaine Il y a longtemps Bien avant la... [Lire la suite]
vendredi 13 novembre 2020

MARC BONNANT...Extrait

Ils marchaient lentement sous le ciel de novembre, En suivant un chemin qui longeait la yeusaie ; Derrière eux l’horizon blondissait comme de l’ambre, Mais ils étaient ensemble et cela suffisait. . Dans le jour finissant ils se tenaient la main Et allaient d’un pas lent sans échanger un mot, S’étant dit bien plus tôt, tout au long du chemin, Ce qu’il fallait se dire, sous les cieux abismaux. . Maintenant que les ombres autour d’eux se rassemblent Et dévorent les contours du domaine forestier, L’un et l’autre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 30 octobre 2020

COMME UNE AUBE A JAMAIS...Extraits

   Jean-Pierre Santini, écrivain, poète, éditeur corse, actuellement arbitrairement détenu à Paris.... Maintenu en détention provisoire, malgré la présomption d’innocence, malgré le fait qu’en droit français, la détention provisoire doit être l’exception et non la règle, malgré la proposition d’un contrôle judiciaire au domicile de sa fille sur le continent, malgré une détérioration de son état de santé du fait de son âge ( 76 ans ), de ses pathologies et de 18 jours complets de grève de la faim, malgré le contexte... [Lire la suite]
samedi 24 octobre 2020

UNE VIRGULE, LA VIE

Une nouvelle de Jean-Pierre Santini, écrivain, poète, éditeur corse, actuellement arbitrairement détenu à Paris.... Maintenu en détention provisoire, malgré la présomption d’innocence, malgré le fait qu’en droit français, la détention provisoire doit être l’exception et non la règle, malgré la proposition d’un contrôle judiciaire au domicile de sa fille sur le continent, malgré une détérioration de son état de santé du fait de son âge ( 76 ans ), de ses pathologies et de 18 jours complets de grève de la faim, malgré le... [Lire la suite]

jeudi 22 octobre 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

La nuit noire Je la veux croire Miroir de notre monde Espoir qu'en la myriade de ses brillants À la surface d'une eau si dangereusement profonde Se murmure le reflet de toutes les créatures Lueurs écartelées d'amour Qu'efface la lumière du jour Féconde fantaisie de la Nature Fleurs, oiseaux, baleines Suspendues au vent, aux gouffres, à l'écume Plantes des sylves, des mares, des dunes Bêtes à poils, à soie ou à plumes Parmi elles, vacillant dans l'obscurité béante Des points de feu Quelques hommes silencieux . . .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 19 septembre 2020

U LAMENTU DI U CASTAGNU

  U Lamentu di u castagnu hè statu cumpostu da Antone Battisti Paoli (1858-1931), dettu Paoli di Tagliu. U lamentu hè statu publicatu in A Tramuntana in u 1905 è in A Muvra, in u 1926.   . Or chì l'averaghju fattu À lu corsu cusì ingratu Chì m'hà fattu la sintenza À morte m'hà cundannatu. Senza sente tistimonii Nè cunsultà lu ghjuratu. . M'hà dichjaratu la guerra Cum'è à un veru malfattore. M'hà messu li sbirri appressu Chì m'attacanu terrore. O Corsu,... [Lire la suite]
lundi 24 août 2020

MARIE-JOSE NAT ET LA CORSE

  Cliquer sur ce lien . https://mobile.france.tv/france-5/une-maison-un-artiste/une-maison-un-artiste-saison-8/1884527-le-palazzino-de-marie-josee-nat-a-bonifacio.html   .     .  
Posté par emmila à 13:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 21 août 2020

LE MAQUIS

Voulez-vous - Amici mei - que je vous dise un mot sur le Maquis ? Le nôtre, celui de Corse, A Macchia, que l’Empereur reconnaissait à son odeur, comme un parfum de femme…Un mot, me direz-vous, c’est bien peu de chose. Mais c’est un mot d’amour, un amour aussi grand que cette étendue sombre et légendaire de verdure et de vie, qui murmure au vouloir de la brise, mugit au vent du mistral, souffre et meurt tel un être de chair. Et qui me tient au cœur.Il est près de ma porte, ce Palais vert, son odeur est chez moi, ses couleurs à mes yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,