jeudi 30 juin 2016

RAINER MARIA RILKE

Ô mes amis, vous tous, je ne renie aucun de vous ; ni même ce passant qui n’était de l’inconcevable vie qu’un doux regard ouvert et hésitant. Combien de fois un être, malgré lui, arrête de son œil ou de son geste l’imperceptible fuite d’autrui, en lui rendant un instant manifeste. Les inconnus. Ils ont leur large part à notre sort que chaque jour complète. Précise bien, ô inconnue discrète, mon cœur distrait, en levant ton regard.   .   RAINER MARIA RILKE   .       Photographie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 28 février 2016

POEMES D'AMOUR...Extrait

Viens avec moi. Le matin ne le saura jamais,et dans la maison nulle lampe n'épiera ta beauté...Ton parfum imprègne comme un printemps les oreillers :le jour a mis tous mes rêves en pièces, -tresses-en une couronne. .   RAINER MARIA RILKE   . .  
Posté par emmila à 20:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 5 janvier 2016

RAINER MARIA RILKE

Et ta chevelure qui d'un coup s'est défaite,à ce vent inconnu reprends-la, -attache-nous à ce bouleau tout procheavec ce lien le temps d'un baiser.Et puis : aucune volonté proprene viendra mouvoir nos membres.Cela qui fait bouger les branches,à quoi pensent les forêts,nous fera ondoyer au gré du vent.Être sans dessein autant qu'il est possible,telle est notre aspiration d'humains ;Apprenons toi et moi la leçon de la rose :ce que tu es et ce que je suis. .   RAINER MARIA RILKE Berlin, février 1898   .   Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 30 décembre 2015

LETTRES A UN JEUNE POETE...Extraits

L'amour, c'est l'occasion unique de mûrir de prendre forme, de devenir soi-même un monde pour l'amour de l'être aimé. ... L'amour est difficile. Que deux êtres humains s'aiment, c'est sans doute la chose la plus difficile qui nous incombe, c'est une limite, c'est le critère et l'épreuve ultimes, la tâche en vue de laquelle toutes les autres ne sont que préparation. C'est pourquoi les jeunes, débutants en toutes choses, ne savent pas encore pratiquer l'amour : il faut qu'ils l'apprennent. De tout leur être, de toutes leurs forces... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 16 décembre 2015

POEME A LA NUIT...Extrait

Le rêve est la traîne de brocart qui tombe de tes épaules le rêve est un arbre, un éclat fugitif, un bruit de voix -; un sentiment qui en toi commence et s’achève est rêve ; un animal qui te regarde dans les yeux est rêve ; un ange qui jouit de toi est rêve. Rêve est le mot qui d’une douce chute tombe dans ton sentiment comme un pétale qui s’accroche à ta chevelure : lumineux, confus et las -, lèves-tu seulement les mains : c’est encore le rêve qui vient, et il y vient comme tombe une balle -; tout, ou presque, rêve -, et toi, tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 21 janvier 2014

POEMES A LA NUIT...Extrait

Jadis, combien souvent nous sommes demeurés, étoiles face à face,lorsque, la plus libre de la constellation,cette étoile de parole se détachait des autres et appelait.Etoiles face à face nous nous étonnions,elle, l'étoile parlante de la constellation,moi, bouche de ma propre vie,étoile jumelle de mon propre oeil.Et la nuit nous accordait, ô combien,cette complicité qui veille jusqu'au matin. .   RAINER MARIA RILKE   .  
Posté par emmila à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 25 octobre 2013

LIVRE DE LA VIE MONASTIQUE...Extrait

J’aime les heures sombres de mon être où s’approfondissent mes sens; j’ai trouvé en elles, comme en de vieilles lettres, mon quotidien déjà vécu, vaste et surmonté, comme une légende. Elles m’apprennent que je possède l’espace suffisant pour une vie seconde et large et hors du temps. Et parfois je suis comme l’arbre qui, mûr et bruissant, accomplit sur la tombe le rêve que l’enfant d’autrefois (que ses chaudes racines enserrent) perdit dans les tristesses et les chants. Qu’un jour, un seul, se fasse le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 26 juin 2013

VERGERS...Extrait

Comme un verre de Venise sait en naissant ce gris et la clarté indécise dont il sera épris, ainsi tes tendres mains avaient rêvé d'avance d'être la lente balance de nos moments trop pleins.   .   RAINER MARIA RILKE   .          
Posté par emmila à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 11 mars 2013

RILKE

Je te vois, rose, livre entrebâillé,qui contient tant de pagesde bonheur détaillé qu'on ne lira jamais. Livre-mage, qui s'ouvre au vent et qui peut être lules yeux fermés ...,dont les papillons sortent confusd'avoir eu les mêmes idées   .   RAINER MARIA RIKE   .      
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 16 février 2013

DEUXIEME ELEGIE

Oui, c'est vous que j'interroge sur ce que nous sommes. Je le sais, tant de bonheur à nous entre-saisir, c'est que toute caresse retient, que rien de ce que vous découvrez si tendrement ne vous échappe, que vous éprouvez là le pur sentiment de la durée. Ainsi l'éternité vous semble promise dès l'étreinte. Et pourtant...Une fois passées la peur des premiers regards, la longue attente à la fenêtre, la première promenade à deux, la toute première dans le jardin : êtes-vous encore des amants ? Quand vous vous offrez vos lèvres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,