mardi 13 décembre 2016

QUATORZIEME POESIE VERTICALE - DECIMOCUARTA POESIA VERTICAL...Extrait

Ecrire un poème sur rien, où toutes les transparences peuvent flotter, ce qui n’a jamais connu la condamnation de l’être, ce qui l’a abandonné déjà, ce qui est sur le point de commencer et ne commencera peut-être jamais. Et l’écrire avec rien ou presque rien, avec l’ombre des mots, les espaces oubliés, un rythme qui se détache à peine du silence, et un silence marqué dans un point de l’autre côté de la vie. Un poème sur rien et avec rien. Peut-être que tous les poèmes passés, futurs ou impossibles pourraient tenir en lui, au moins... [Lire la suite]

samedi 12 novembre 2016

PAR MANQUE D'Я

L’homme épelle sa fatigue.Épelle et soudaindécouvre d’étranges majuscules,inespérément seules,inespérément hautes.Qui pèsent plus sur la langue.Pèsent plus mais échappentplus vite et c’est à peines’il peut les prononcer.Son cœur se rassemble sur les cheminsoù la mort éclate.Et il découvre, tandis qu’il continue d’épeler,de plus en plus d’étranges majuscules.Et une grande peur l’étreint:se trouver devant un motécrit seulement de majusculeset ne pouvoir alors le prononcer.   . ROBERTO  JUARROZ Poésie verticale I . ... [Lire la suite]
dimanche 30 octobre 2016

FIDELITE A L'ECLAIR...Extrait

Chaque poème a quelque chose de l'éclair. Je ne dirais pas que le poème " est " un éclair, mais qu'il y a en lui un éclair. Tel est le point de départ, il implique une exigence, mais il est très difficile d'être fidèle à un éclair, de faire en sorte que le poème s'organise, croisse comme un organisme autour de cet éclair, cette petite illumination initiale. Très difficile qu'ensuite ne vienne pas s'y ajouter tout ce qui relève du caprice, de la virtuosité de celui qui connaît le langage. Non: il faut que les choses naissent comme naît... [Lire la suite]
lundi 16 mai 2016

POESIE ET REALITE...Extrait

La poésie est une tentative risquée et visionnaire d’accéder à un espace qui a toujours préoccupé et angoissé l’homme : l’espace de l’impossible, qui parfois semble aussi l’espace de l’indicible. J’ai toujours pensé la poésie comme la plus éminente manifestation de cette histoire occulte des hommes et de la correspondance ineffable avec la réalité qui s’y révèle, au delà du gonflement du simple temps linéaire, au delà des formules et des systèmes qui codifient la connaissance, la prière, le regard, le geste, le lieu, l’amour, le... [Lire la suite]
dimanche 6 mars 2016

IL Y A UN VIDE

A côté de chaque ligne, il y a un vide. Est-ce l’ombre que la ligne projette ou le modèle qu’elle copie? De toute manière, qu’est-ce qui soutient la ligne et comment ne se perd-elle pas dans le vide? Sous chaque couleur, il y a un vide. Chaque couleur est-elle la naissance d’un abîme ou seulement sa surface habitable ? De toute façon, que dit ainsi la couleur et que dirait-elle s’il n’y avait pas de vide? Dans chaque corps, il y a un vide. Le corps est-il un refuge du néant ou seulement un malentendu entre ses cavités? Mais alors... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 29 janvier 2016

POESIE VERTICALE...Extrait

Je me suis réveillé, un morceau de rêve entre les mains,et n'ai su que faire de lui.J'ai cherché alors un morceau de veillepour habiller le morceau de rêve,mais il n'était plus là.J'ai maintenant un morceau de veille entre les mainset ne sais que faire de lui.A moins de trouver d'autres mainsqui puissent entrer avec lui dans le rêve. .   ROBERTO JUARROZ   .   Oeuvre Kasia Derwinska  
Posté par emmila à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 5 décembre 2015

LA TRANSPARENCE

Inaugurer la transparence, voir à travers un corps, une idée, un amour, la folie, distinguer sans obstacle l'autre côté, traverser de part en part l'illusion tenace d'être quelque chose. non seulement pénétrer du regard dans la roche mais ressortir aussi par son envers. Et plus encore: Inaugurer la transparence c'est abolir un côté et l'autre et trouver enfin le centre. Et c'est pouvoir suspendre la quête parce qu'elle n'est plus nécessaire, parce qu'une chose cesse d'être interférence parce que l'au-delà et l'en-deçà se sont unis;... [Lire la suite]
lundi 7 septembre 2015

JUARROZ

Les paradis perdus n’existent pas. Le paradis est une chose qui se perd tous les jours, comme se perdent tous les jours la vie, l’éternité et l’amour. Ainsi perdons-nous également l’âge qui semblait croître et pourtant diminue chaque jour. car le compte est à l’envers. Ou ainsi se perd la couleur de ce qui existe, en descendant comme un animal bien dressé marche par marche, jusqu’à ce que nous soyons sans couleur. Et comme nous savons au surplus que les paradis futurs non plus n’existent pas, il ne reste alors d’autre issue que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 6 janvier 2015

QUINZIEME POESIE VERTICALE

   Éteindre la lumière, chaque nuit,    est comme un rite d’initiation :    s’ouvrir au corps de l’ombre,    revenir au cycle d’un apprentissage toujours remis :    se rappeler que toute lumière    est une enclave transitoire.    Dans l’ombre, par exemple,    les noms qui nous servent dans la lumière n’ont plus cours.    Il faut les remplacer un à un.    Et plus tard effacer tous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 7 novembre 2014

LA CHANSON INTRADUISIBLE

Prendre sa main pour oreiller. Le ciel le fait avec ses nuages, La terre avec ses mottes Et l’arbre qui tombe Avec son propre feuillage. Ainsi seulement peut s’écouter La chanson sans distance, Celle qui n’entre pas dans l’oreille Parce qu’elle est dans l’oreille, La seule qui ne se répète pas. Tout homme a besoin D’une chanson intraduisible.   .   ROBERTO JUARROZ   .    
Posté par emmila à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,