vendredi 2 janvier 2009

LE CHERCHEUR D'ABSOLU...Extrait

Le désert, c'est aussi l'apprentissage de la soustrac­tion. Deux litres et demi d'eau par personne et par jour, une nourriture frugale, quelques livres, peu de paroles. Les veillées du soir sont consacrées aux légendes, aux contes, au rire. Le reste appartient à la méditation, au spirituel. Le cerveau met le cap en avant. Nous sommes enfin débarrassés des futilités, des inutilités, des bavardages. L'homme, cette étincelle entre deux gouffres, trace ici un chemin qui s'effacera après son passage. Soustraire, se soustraire ;... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 1 septembre 2008

THEODORE MONOD

“Ce saccage de la planète, je crois que c’est une très grande imprudence. Bien sûr, les politiciens vivent au jour le jour, il ne peuvent pas réfléchir à une échelle suffisante, mais les biologistes, et les géologues pensent déjà à ce qui se passera dans mille ans, dans dix mille ans, etc.. (…) Bien sûr, on peut espérer que l’Homme finira par “s’hominiser”, parce que l’Homme c’est autre chose qu’un matricule, c’est autre chose qu’une carte d’électeur, c’est autre chose qu’un tube digestif, c’est plus vaste… c’est plus vaste… Si on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,