samedi 23 février 2008

VÉRITÉ TOUJOURS

Oui, oui, c'est la vérité, la seule;yeux entrouverts, lumière éclose,pensée ou sanglot, clef ou âme,cette veillée, cette science du bonheur,savoir que le jour n'est pas épine,mais vérité, ô douceur. Je t'aime.Écoute-moi. Quand n'existait pas le silence,quand déjà tu étais corps et moi la mort,alors, quand le jourNuit, bonté, ô lutte, nuit, nuitSous la clameur ou les seins, sous le sucre,dans la douleur ou la salive seulement,là dans le mensonge, oui, tant attendu,nuit, nuit, l'ardent ou le désert.VICENTE ALEIXANDRE Des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 février 2008

IL EST BIEN TARD

Je viendrais comme le silence prudent.(Je ne sais qui disait cela.)Sous une lune de nacre ou de feu,dans l'immense flamme ou au fond du froid,dans cet œil profond qui veillepour éviter les lèvres quand elles brûlent.Je veux réussir, je veux dire que toujours,que sur le mont en croix je vends la vie,je vends cet imprévu qui supplée aux regardsignorant que le rose est mort et à jamais. . VICENTE ALEIXANDRE Des épées comme des lèvres .
Posté par emmila à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 14 septembre 2007

MER DU PARADIS

MER DU PARADIS de Vicente Aleixandre Me voici face à toi, mer, encore...La poussière de la terre sur les épaules,encore imprégné de l'éphémère désir épuisé de l'homme,me voici, lumière éternelle,vaste mer infatigable,ultime expression d'un amour sans limites,rose du monde ardent.Lorsque j'étais enfant,c'était toi la sandale si fraiche à mon pied nu.Une blanche montée d'écume au long de ma jambedoit m'égarer en cette lointaine enfance de délices.Un soleil, une promessede bonheur, une félicité humaine, une candide... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]