jeudi 12 février 2009

FEUILLES D'HERBE...Extrait

« …Ô perplexité, nœud triple, mare sombre à l’eau profonde, qui s’illumine, qui se dénoue ! Se hâter là où suffit l’amplitude d’air et d’espace ! Découvrir une nonchalance inouïe, suprêmement naturelle ! Débâillonner la bouche ! Avoir envie d’invérifiable ! De transes ! Foncer libre ! Aimer libre ! Intrépide et casse-cou aller de l’avant ! Flirter avec la mort par provocation, par séduction ! Gravir d’un bond l’échelle du ciel jusqu’à l’amour qui m’attend ! M’y porter de toute l’ivresse de mon âme ! Me perdre si c’est écrit !... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 29 janvier 2009

WHITMAN...

  Trop longtemps tellement longtemps Amérique,   Comme tu voyageais en tes routes infiniment pacifiques tu ne rencontras que joie et prospérité,   Mais aujourd'hui, ah! aujourd'hui est arrivé pour toi l'heure d'apprendre à       l'école de l'angoisse aiguëe, de te colleter sans faiblesse avec la douleur noire du destin,...   .   WALT  WHITMAN (1860!) .     
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 9 janvier 2009

POÈTES DE L'AVENIR

  Poètes de l'avenir! orateurs, chanteurs, musiciens l'avenir!         Ce n'est pas à moi maintenant de justifier ni répond qui je suis,         Ce sera à vous, la classe nouvelle, indigène, athlétique continentale, plus grande jamais vue,         De vous dresser et me justifier, oui à vous!               Moi je n'ai guère écrit qu'un ou deux mots d'indication       pour le futur, Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 25 juin 2008

FEUILLES D'HERBE...Extrait

Découvrez Rokia Traoré! Esclave aux enchères!J'aide le crieur . . . . cette ganache ne connaît pas son métier. Allons Messieurs voyez-moi là l'étrange créature,Quoi que les enchérisseurs proposent, leur enchère ne saurait être haute assez pour cet homme,Pour cet homme le globe est en gésine demeuré des quintillions d'années sans plante ou animal aucun,Pour cet homme ont les cycles tournoyants régulièrement et sans relâche roulé. Dans la tête que voici la cervelle toute ébahissante,En quoi et sous quoi tient la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 25 juin 2008

FEUILLES D'HERBE...Extrait

Penser au temps . . . . penser jusqu'au bout la rétrospection,Penser à aujourd'hui . . et aux âges continués dès lors.As-tu pressenti que toi-même tu ne continuerais pas? T'es-tu effrayé de ces insectes-là sous terre?As-tu craint que le futur ne te soit rien? Est-ce rien qu'aujourd'hui? Et le passé sans nul commencement rien?Si le futur n'est rien ils sont tout aussi assurément rien. Penser que le soleil s'est levé à l'orient . . . . qu'hommes et femmes étaient déliés et réels et vivants . .. que toute chose était déliée et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 3 juin 2008

FEUILLES D'HERBES....Extrait

"Qui dégrade autrui me dégrade ;Et rien ne se dit ou se fait qui ne retourne enfin à moi." "Whoever degrades another degrades me ;And whatever is done or said returns at last to me." . WALT  WITHMAN . (Feuilles d'herbes - Leaves of Grass) ....
Posté par emmila à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 23 avril 2008

O MOI ! O LA VIE !

O Moi ! O la vie ! O moi ! O la vie ! Les questions sur ces sujets qui me hantent, Les cortèges sans fin d'incroyants, les villes peuplées de sots, Moi-même qui constamment me fais des reproches, (car qui est plus sot que moi et qui plus incroyant ?) Les yeux qui vainement réclament la lumière, les buts méprisables, la lutte sans cesse recommencée, Les pitoyables résultats de tout cela, les foules harassées et sordides que je vois autour de moi, Les années vides et inutiles de la vie des autres, des autres à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 2 février 2008

PAR LA LONGUE SCANSION DES VAGUES

Par la longue scansion des vagues rappelé à moi-même, résumé sur moi-même, Sur chaque crête l’ondulation d’une ombre d’une lumière - Rétrospective de joies, voyages, études, panoramas muets - scènes éphémères, La longue guerre passée, les batailles, les scènes d’hôpital, les blessés les morts, Moi-même à toutes les étapes les phases - ma jeunesse oisive - ma vieillesse toute proche, Mes trois fois vingt ans et un peu plus de vie rassemblée, de vie passée, A l’épreuve du plus grand idéal, en l’absence de calcul,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 janvier 2008

FEUILLES D'HERBE...Extrait

...J'ai dit que l'âme n'est point davantage que le corps,Et j'ai dit que le corps n'est point davantage que l'âme,Et que rien, ni Dieu, n'est d'aucun plus grand qu'il ne l'est à soi-même,Et que tel qui marche cent toises sans sympathie se rend à son propre enterrement, revêtu de son linceul,Et que toi ou moi avec nos poches percées de leur sou vaillant avons loisir de faire achat de la fine fleur de la terre,Et que le coup jeté d'un œil ou la présentation d'un haricot dans sa cosse confond le savoir de tous les siècles,Et n'est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 23 janvier 2008

FEUILLES D'HERBE...Extrait

...Je suis le poète du corps,Et je suis le poète de l'âme. Les plaisirs du ciel sont avec moi, et les peines de l'enfer sont avec moi. . . .Ceux-là, je les greffe et les accrois sur moi-même . . . . ceux-ci je les traduis en une langue neuve. Je suis le poète de la femme mêmement que de l'homme,Et je dis qu'il est aussi grand d'être une femme que d'être un homme,Et je dis qu'il n'est rien de plus grand que la mère des hommes. Je chante un nouveau chant de dilatation ou fierté,Nous avons eu l'esquive et la dépréciation... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]