jeudi 18 mai 2017

DE LA NECESSITE DU POEME - DEBUT DE LA PREFACE

Dès mon enfance, Sous le pommier Je promenais mon rêve, Je devenais printemps. On entre en son poème comme en un monastère de mousses et de fougères, d’eaux souterraines et de pluies de lumière qui n’en finissent pas de tapisser nos âmes, si, du moins, nous acceptons d’accueillir en nous ce murmure très bas, d’une assurance inouïe. Entre la feuille et l’arbre réside la Présence. Et c’est à raison qu’elle nous livre, dès lors, sans détour sa profession de foi : Ma vérité est végétale, Mon église, un nénuphar. … et... [Lire la suite]

dimanche 16 avril 2017

VLADIMIR MAÏAKOVSKI...Extrait

Est-ce vous Qui comprendrez pourquoi, Serein, Sous une tempête de sarcasmes, Au dîner des années futures J’apporte mon âme sur un plateau? Larme inutile coulant De la joue mal rasée des places, Je suis peut-être Le dernier poète. Vous avez vu Comme se balance Entre les allées de briques Le visage strié de l’ennui pendu, Tandis que sur le cou écumeux Des rivières bondissantes, Les ponts tordent leurs bras de pierre. Le ciel pleure Avec bruit, Sans retenue, Et le petit nuage A au coin de la bouche, Une grimace fripée, Comme une femme... [Lire la suite]
dimanche 30 octobre 2016

KAMEL YAHIAOUI...Extrait

Le gigantesque marché des âmess'est saisi de ce mondeseul est préservé l'être dévouéà son ouvragequi a choisi sa routel'a tracéeafin d'entreprendre sa traverséeaussi rude que les veines du chêneet la cruauté du tourbillonil vaincra même les rafales de solitudesles siroccos des exilsla turpitude ne l’atteindra guèreil repoussera l'offre du diablegardera son âmejusqu'au jour où la mortla lui prendramais cela il le savait déjà   . KAMEL YAHIAOUI .      
Posté par emmila à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 13 juin 2016

HOMMES ET BÊTES...

A toi Centaure, à ta moitié humaine ; A vous chimères, et monstres incomplets ; A vous, hybrides, à vous énergumènes, que l'on traite d'impurs ou d'imparfaits ; Nous rallions nos cœurs, nos âmes pleines, Tous dans un même élan pour entonner Cette chanson où l'on s'est retrouvé A ce refrain toujours nous ramène : Hommes et bêtes, venez dessiner La carte de notre voyage immense, A l'impossible on est destiné Sur tous les chemins de TransHumance La terre sous nos pieds comme semelle Sur nos têtes les cieux comme chapeau... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 21 mai 2016

D'INFINIS PAYSAGES...Extrait

Oui, voici la colline et la vallée, Voici le lac et le reflet des nuages. La lumière les dévoile aube et soir ; Et le printemps revient à tire-d’aile ! Terre habitable, humain séjour provisoire : Il n’est vrai paysage que de nos mémoires… Ô pays ! ô âge ! Transplantés ici, Nos désirs et paroles nous unissent A tous les lointains, au grand iambe Du prime matin du monde. Ecoutons donc Le chant des âmes errantes, de leurs élans Inachevés, chant fondu dans les sources Et la brise, chant nôtre ! L’infini n’est autre Que nos énigmatiques... [Lire la suite]
vendredi 6 juin 2014

EN FILIGRANE, L'ARDENNE...Extrait

Dans la grisaille nos îles, collines aux courbes masquées.   Qu'aurions-nous été sans orages ?   Nous rêvions de départs brusques de rires calcinés par le temps d'arbres trempés de pluie serrés comme des bateaux   Nous rêvions d'une épaule qui nous toucherait l'épaule du rejet de nos masques trop étroits ajustés    sur nos âmes nues à les broyer.   .   AGNES SCHNELL   .              
Posté par emmila à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,