mercredi 9 août 2017

LES PETITES TERRES...Extrait

Il y aura ce que nous avons été pour les autres, des bribes, des fragments de nous que parfois ils crurent entrevoir. Il y aura ces rêves de nous qu’ils nourrirent, et nous n’étions jamais les mêmes, nous étions chaque fois ces inconnus magnifiques qu’ils inventaient, ces idées de nous telles des ombres fragiles dans de vieux miroirs oubliés au fond des chambres, et qui ajoutées à nos propres rêves, nos propres et inlassables tentatives de nous-mêmes, composeront durant quelques années encore de la vie sur cette terre, cette étrange... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 17 octobre 2016

L'EAU DE LA SOURCE

C’est l’automne. Le vent s’empale aux crocs des arbres laissant tomber leurs feuilles comme on enterre un os. La terre les dévore pour réchauffer sa chair. Déjà, les oiseaux ont crevé les yeux des tournesols et des épis de maïs. Les fruits gèlent sur les branches avant le vin d’hiver. Les épinettes gonflent leurs gobelets de résine. Les insectes frileux rejoignent l’invisible. Les criquets sèchent dans les plinthes et retournent au silence. La pluie d’octobre éveille les enfants de poussière. Je me perds partout mais ne retrouve que... [Lire la suite]
jeudi 22 septembre 2016

LA FEMME AVEC QUI JE SUIS EN AMOUR

Le crève-cœur faibli, sans doute serait-il possible d’adresser un début de motet à un être de lumière ; encore faudrait-il que me vînt quelque figure ou sa feinte, signe quelconque avant-coureur ouvrant leur envol aux vocables, les laissant s’affranchir de l’horizon fielleux. Prémices : aux entrailles, une fougue métissée d’euphorie, un réveil de visées sans dessein pour l’instant, de silencieuses effigies augurant un futur incertain. Mais l’orpailleur du temps n’écrit-il pas : « L’étreinte poétique comme l’étreinte de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 11 août 2016

LE MENEUR DE LUNE...Extrait

Ma faute serait de croire que ce que je possède m'appartient. Tout ce que je suis m'est donné dans un miroir et est bel et bien tel que je le vois, mais, seul réel, me force à ne toucher de lui qu'une image. C'est que la mort est en moi. Qu'elle m'emporte si je n'accepte pas de l'épouser. Quand je touche un objet, elle abrite mes regards de la main pour me permettre de le voir.   L'être est indivisible. A prétendre qu'un être est, on lui donne pour contenu tout ce dont on conçoit l'existence. Mais comment dire cela de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 30 juillet 2016

MAHAMUDRA...Extrait

Né du moi confusdu corps troublé et de l’esprit démentné des pages du savoirjetées au ventné du vol de la mouette rieuseet des échos de son criné des images embraséesdans le sombre océan de la nuitné de tant de contradictionsglace brûlante et feu geléle blanc, le vide, le nuvoilà ce que j’ai toujours recherchéIci, sur l’île aux oiseauxoù l’océan vient déferleren cercles d’écume rageuseautour des rocs fracturésoù l’esprit s’élèvesur les ailes du fouou bien s’abîme à contemplerle quartz blanc d’un caillouj’ai retrouvé mon être vraiqui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
mardi 10 mai 2016

ETTY HILLESUM

Il faut oublier des mots comme Dieu,la Mort, la Souffrance, l'Eternité.Il faut devenir aussi simpleet aussi muetque le blé qui pousseou que la pluie qui tombe.Il faut se contenter d'être. .   ETTY HILLESUM   .  

dimanche 3 avril 2016

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

Je suis tout juste un peu d'air qui passeair où naviguent mes amis les oiseauxair qui pénètre les poumons de la vie( celui qu'ils rejettent, que respirent les feuilles )un peu d'air qui passe sans heurt sur les rochers,que traversent les sabres, les poings, les ballesj'accueille les rayons du soleil et le noir invisible de la nuitj'entoure la présence de la mortson inconnaissance peut-êtremes longs bavardages avec la merle sable, les cailloux, les herbes et les arbrestensions et raideurs confiées à la dansede l'air n'importe où qui se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 22 janvier 2015

GRAINE DE PIN COLONNAIRE ...Extrait

À quelques pasdu Jour de l’AnUn matin d’antanpar temps de ventet temps de tempêteQuand tremblent   La terre              Le corps                   Le cœur                        L’être Par tant de houlesurgit en flash brouilléen histoire de fouUne folie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 25 novembre 2014

SOLEIL D'INSOUMISSION...Extrait

Que pourrais-je vous donner de plus grand que mon gouffre ?Etre lucideC’est perdre connaissanceEtre libreC’est perdre l’équilibreEtre vengeurC’est terrasser la vengeanceEtre intactC’est terrasser l’évidenceEtre aux aboisC’est passer au-delàInvincible est la détresseDe celui qui voit...Quand vous ditesQu’il faut marcher avec ceux qui construisent le printempsPour les aider à ne pas être seulsEt pour ne pas être seul soi-mêmeDans sa tour de pierreDévoré de lierreJe vous donne raisonEt quand vous ditesQu’on n’a de raison d’êtreQue pour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 19 novembre 2014

ARGILE

Argile pétrie de rêves durables De corps que l’eau départage Rêves de jade et de rosée Corps de souffles et de sang Quelle main hors de la mémoire Pétrissant l’un et puis l’autre Pétrissant le vide médian Où tout désir sera échange Qui est brisé sera comblé Qui est comblé sera tout autre Argile pétrie de corps durables De rêves dont les corps sont nés Rêves de souffles et de sang Corps de jade et de rosée   .   FRANCOIS CHENG   .    Oeuvre Paul Sieffert  
Posté par emmila à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,