vendredi 17 juin 2016

HERITAGE SENAN

Nous sommes du pays où la mer et le ventOnt donné aux rêves des enfantsLe goût salin des pierres usées par les embrunsEt la pluie compagne des chagrins  Un pays si petit face au grand océanQu'on ne voit pas son ombre au couchantUn trait sur l'horizon fait de quelques maisonsDe granit et de brun goémon.Ici par grand soleil aux langueurs des étésPeu de plages où l'on vient se dorerUn nuage effacé ne fait pas oublierQu'une vague peut tout emporter (bis)D'une roche fragile à l'abord des gros tempsBateau frêle à la cape souventQuand... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 7 mai 2016

FRANCIS ROYO...Extrait

... nous n’attendions que l’aubequ’un blé entre nos bras devienneune paroletu disaistu seras la meret nous entendions des îlesl’invisible murmurel’oeil noir dans la nuitqui s’attardel’absinthe de nos jours .   FRANCIS ROYO   .    
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 4 novembre 2015

CE N'EST QUE VIVRE...Extrait

Peut-être n'est-il pas, hélas, de phares dans la nuit ? Que sommes-nous sinon reflets de lune et vibrations du vide, nuances et passages fluctuations flux et reflux, et le creux et le grouillement et le désordre et l'harmonie . Nos géographies s'éparpillent Nos terres s'érodent et se désorientent Nous n'avons inventé ni l'axe ni l'éclat Nous sommes méandres et mouvances oscillations et scintillements . N'est-il pas, oh, n'est-il pas, quelque part, une île fourmillante et nue, gonflée de sève, une île où vivre... [Lire la suite]
mercredi 26 août 2015

AUX LIANES

pour tresser des lianes entre les hommesles faire frères au delà des lumièresau delà des terreursje marchemarche vers l'hommepas à paspas qui vaqui ne va paspeaux couleurs d’ombrespeaux des nombrespeaux zébréesdes coups secs du fouetclaquements des dentsdents blanchesà ma peau blanched’idées noiresai-je la mémoire de mes idéesconvictions affoléesJean Mételluss’échappechapeilots oubliésmersdes terresterres mèresqui tremblent sous les misèresfroides nuits des tropiques piquantes piques de ceux qui se prennent pour des rois de... [Lire la suite]
mardi 11 novembre 2014

MOT-ÎLE

Une pensée pour Paul   Un mot est tombéDans la merIl n'a pas fait de bruitMais je sais qu'il granditQu'il grandit dans ma nuitEt que j'irai un jour dans mon îleIncognito soloEt sans prendre le bateau   .   PAUL  VINCENSINI   .         .  
Posté par emmila à 00:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 9 octobre 2014

SANS AILES...

Comment il entre en nous par le seuil du silence, le mot.Pour qu'entre nous soit dit, comment elle nous tient, la parole,Des entrailles aux lèvres,En ce fin tremblement de ce qui pourrait-être,Si jamais.Comment elle nous dresse en désignant le monde,Visant en nous ce qu'il en fait de nous, le signe.La parole aux brisants.En cette île du soir où viennent les oiseauxLa voix qui vient de rien.Comment elle nous dresse au pavillon d'effroi,enfants de l'horizon, humbles fils du miroir, humains.Comment elle nous tresse de ce qui n'est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 23 septembre 2014

LE LIVRE DU VIDE MEDIAN...Extrait

Toujours la mer renouvelle le lieu de naissanceToujours la mer invite au pur effacementMais le bleu de la nuit rallume la flamme des astresMais le bleu d'aurore enlève la brume des îlesSe lève la déesse, dévoiléeElle délaisse là sa rivièreDe diamants, pour ne s'envelopperSurvolant les écumes de larmesQue de l'éclat du ventToute la fragance alorsEt tout le bruissementDe l'unique rose de l'instantLes pins lèvent leurs bras, les palmiersOuvrent leurs paumes, d'un gesteIls signent, au nom de la terreLeur inépuisable reconnaissanceMais le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 19 mai 2014

PASSAGERE DU VENT

« Passagère du ventl’île emmurée murmuremurmures de l’oublimurmures d’outre-montset d’outre-mer murmures.À l’assaut des tempêteselle offre sa carènegonfle ses âpres flancsfait chanter ses voilureshisse haut le pavoisde ses fières souffranceset l’écho du torrentà l’abri des regardspanse ses plaies secrètesbalancées par les pins.Alors arriméeà jamaisà sa rive sauvagesurgit la voixde ceux qui se sont tus. » .   ANGELE PAOLI   .  
Posté par emmila à 21:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 19 mars 2014

AU COEUR DU COEUR...Extrait

Pour un coin d’eau de traces et d’herbe verteOù l’oeil serait nu le coeur de roséeLes mains feuilles ouvertesJe vaisAile au soleilMarchant pour l’étoileSon odeur de résine et de rêve d’enfantC’est la route des fables la route des genêtsQue bordent les noirs sourires d’enracinésVoici l’île la fleur la découverteVoici l’oiseau chanteurVoici les lendemainsLes mensonges aux yeux de mouettes. .   ANDREE CHEDID   .      
Posté par emmila à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 13 juillet 2013

ELEGIES BALTIQUES...Extrait

Qui pourra étaler la tempête, survivre à ses violences ? Les plus vieux chênes jusqu’au cœur ont volé en éclats ; les genévriers flexibles se courbent en arceaux où passe le vent. Toute la balle s’est envolée de ces régions, le temps est venu pour le grain durci d’être semé entre les rochers et les dunes, mais le blé ne germe pas dans ce sable entassé. La forêt a donné abri à tes frères. Tes sœurs se sont cachées dans le sein de la mer. Toi-même tu tangues sur cette île-refuge et plein d’angoisse observes l’autre rive : d’énormes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,