vendredi 9 décembre 2011

ÎLE PRECAIRE...Extrait

Mais cela même Ton nom sur la page Comme une île infiniment Comme une île tout au bord   Le temps à peine…   L’écriture comme un regard             S’injecte du sang nécessaire au souffle   Ton cœur s’écarquille aux quatre vents . GUY  ALLIX . Oeuvre Jean Chainey http://www.galerie-creation.com/jean-chainey  
Posté par emmila à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 19 octobre 2011

ÎLE

Roches, cerclées de vos chemins qui dansent, Île, sursaut figé, soudaine solitude,o château de la mer qui voit s’évanouirNuages et bateaux! Non pas qu’elle t’épargneNi ne cesse jamais, l’érosion de tes jours!Les eaux sapent sans fin le socle de tes grottes Et vont rongeant le bras que tu tends vers la terre Ce sont les hurlements de tes tréfonds mobiles Qu’épouvantent surtout tes pins échevelés. Debout quand même et toi et moi! Oui, notre jeu Fut parfois de se voir comme des inconnus,Car il se peut que l’amour même écarte.Debout... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 28 septembre 2011

PERVIGILIUM MORTIS...Extrait

Quelle île nous conçut des strophes de la mer ? Onde où l'onde s'enroule à la houle d'une onde, Les vagues de nos soirs expirent sur le monde Et regonflent en nous leurs eaux couleur de chair.Un souffle d'île heureuse et de santal soulève Tes cheveux, innombrables ailes, et nous fuit De la nuit à la rose, arôme, dans la nuit, Par delà ton sein double et pur, Delphes du rêve. . PIERRE LOUYS .
Posté par emmila à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 27 septembre 2011

LA NUIT...

La nuit perd ses eaux et la carte de ses branches. A ses chevilles la mare frissonne et redevient visage. Elle multiplie ses naissances, enroule ses cordons, enterre ses placentas aux pieds de l'arbre aux rêves. Elle va son chemin de mère du monde avec au corps le ventre rond des aurores en sursis. Elle porte ses pas sur pilotis pour traverser les rides du temps et caresse la joue de nos mystères d'une main pleine de connivence. Et c'est parler pour son corps que de dire l'enfantement des fumées bleues à l'autre bord d'un dieu tombé.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 20 novembre 2010

RIVES EN CHAMADES...Extrait

« Fuir l’île couveuse d’impuissanceOrpheline du faste des funéraillesFuir l’île au destin d’un cœur brisé          J’outre-passe le fil de la Mer »                             « Seule la soie de ma peauHabille mon âmeEt laisse tomber au bord de la falaiseLes scrupules intrépides » .. .DANIELE  MAOUDJ . . . .
Posté par emmila à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 17 juillet 2010

CITADELLE...Extrait

Je te veux dessiller les yeux sur le mirage de l'île. Car tu crois que dans la liberté des arbres et des prairies et des troupeaux, dans l'exaltation de la solitude des grands espaces, dans la ferveur de l'amour sans frein, tu vas jaillir droit comme un arbre. Mais les arbres que j'ai vus jaillir le plus droit ne sont point ceux qui poussent libres. Car ceux-là ne se pressent point de grandir, flânent dans leur ascension et montent tout tordus. Tandis que celui-là de la forêt vierge, pressé d'ennemis qui lui volent sa part de soleil,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 27 avril 2010

YVON LE MEN

J’ai ouvert la porte        il a ouvert son besoin de parler     de me parler        d’elle     de l’île        où l’on se dit bonjour        dix fois par jour     où l’escargot a priorité        sur le passant     où le bruit des galets        est un chant     qui empêche de dormir ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 20 mars 2010

LES ÎLES...Extrait

"Comme le sel dans l'océan, comme le cri dans l'espace, comme l'unité dans l'amour, je suis répandu dans toutes mes apparences. Si tu le veux, elles rentrerons en moi comme les oiseaux fatigués rentrent le soir au nid. Détourne la tête, nie l'instant. Pense sans donner d'objet à ta pensée. Abandonne-toi comme fait le jeune chat pour que sa mère puisse le saisir dans sa gueule et le porter dans un endroit où personne ne le trouvera." .. .JEAN GRENIER .. .
Posté par emmila à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 21 octobre 2009

REGARD

Regard des semences intérieures au bord des paupièresRegard des pluies tissées d'absenceQui tend le fil de l'horizonRegard des mangroves sur les eaux du métissageApprend nous à aimer la solitude des îles Regard qui récolte le coton des nuagesRegard d'herbe tendre sur la courbe des femmesDonne-nous la vérité des larmes du matin Regard des peuples dont la guerre se souvientRegard des histoires mortes sous l'écorce des défaitesQu'un pont de mémoire rassemble leurs vignesEt leurs vagues aux crêtes du sang humain Regard de vive... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 4 février 2009

L'ÎLE

L’île a des lis Et des lilasPour les délices il y a des lits là.Pas de soucis,Cent liseronsViens tes soucis vite s’enliseront.Un cycle amèneCycle centaure, Sous les lilas où j’oublie tes cent torts, Un cyclamen Des centauréesEt des pensées pour le temps dépensé. L’île à délicesA des lilas,Avec des lis j’ai porté ton lit là. . LOUISE DE VILMORIN .
Posté par emmila à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,